Caroline Donati
Journaliste à Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2013

Syriart, 101 œuvres pour la Syrie

« Trois millions de Syriens ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence. Chacun d'entre vous peut y contribuer en achetant cette œuvre», «En achetant cette œuvre, vous contribuez au fonctionnement d'un hôpital de terrain »… Telle est la « valeur » indiquée si l’on veut connaître la mise à prix de chacune des œuvres réunies par Syriart et exposées depuis jeudi à l’Institut du monde arabe, à Paris.

Caroline Donati
Journaliste à Mediapart
Jaber Azmeh, Heaven, Syrie 2012 (70x105 - Tirage Fine Art sur papier coton) © 

« Trois millions de Syriens ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence. Chacun d'entre vous peut y contribuer en achetant cette œuvre», «En achetant cette œuvre, vous contribuez au fonctionnement d'un hôpital de terrain »… Telle est la « valeur » indiquée si l’on veut connaître la mise à prix de chacune des œuvres réunies par Syriart et exposées depuis jeudi à l’Institut du monde arabe, à Paris.

Car c’est une vente aux enchères bien particulière qu’organise ce lundi 21 janvier, à l’IMA, la maison Pierre Bergé et Associés :  le bénéfice de la vente de ces œuvres permettra d’appuyer des actions humanitaires en Syrie.

© 

L’initiative revient à la journaliste José Garçon, qui, avec sa consœur Agnès Levallois, spécialiste du Moyen-Orient et Nathalie Duhamel, ancien directeur d’Action contre la Faim ont crée « Syriart, 101 œuvres pour la Syrie », pour ne pas se contenter du constat d’impuissance devant la tragédie syrienne et la paralysie diplomatique alors que la répression a aujourd’hui probablement fait plus de 100 000 morts.

Il s’agit surtout, comme l’écrit José Garçon dans la préface du catalogue,  d’« affirmer au peuple syrien qu’il n’est ni seul ni oublié de tous». A commencer par ses frères arabes. Syriart a voulu rendre publique « la solidarité des sociétés civiles de la région, qui, souligne José Garçon, s’étaient peu exprimées jusque-là ».

 Plus de 50 plasticiens originaires du monde arabe et des diasporas ont répondu à l’appel : tous ont fait don d’une peinture, d’une photo ou d’une vidéo qui sera exposée puis vendue au profit des victimes civiles de la répression en Syrie. On y retrouve ainsi l’artiste palestinienne Larissa Sansour et ses fameux « Palestinauts » en route pour la Lune pour y planter le drapeau palestinien…

Larissa Sansour « Palestaunaut » © 

Associée à l’événement et active en Syrie depuis de longues années, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) recevra 40% des sommes recueillies pour ses actions en Syrie auprès des militants en danger, tandis que le reste sera reversé à des associations syriennes indépendantes. Les ONG bénéficiaires de cette vente ont été scrupuleusement identifiées, pour s’assurer que l’aide parvienne aux Syriens de l’intérieur qui en ont le plus besoin.

Ali Kaaf, Syrie, Rieft VI, Berlin 2011 (Peinture, 76x51 - Encre et brûlures sur papier) © 


La démarche de Syriart n’est pas uniquement caritative : il s’agit de mettre en valeur l’immense richesse de la création artistique du Proche-Orient, du Golfe et du Maghreb, qui participe des nouvelles scènes émergentes de l’art contemporain au même titre que l’Iran mais aussi la Russie, la Chine, la Turquie, le Brésil ou encore le Mexique.

Shadia Alem, Arabie Saoudite, the suprem Kaba of God, 2012, (Collage photographique, 200x120 - Tirage C-print) © 

Tatoués, mises à nu, étriqués, recroquevillés, inertes, ou déambulant dans le vide, les corps et visages sont omniprésents dans les œuvres de ces artistes, comme une arme brandie contre la privation de leurs libertés.

Majida Khattari, Maroc, Les Parisiennes 2, 2009 (photographie, 50x70 - Edition 2/3) © 

Comme l’écrit Pascal Amel, rédacteur en chef de la revue Art absolument, ces artistes qui mêlent esthétiques contemporaines et esthétiques issues des civilisations du monde arabe tissent « une nouvelle « esthétique de l’hybride » où se tressent de manière inédite le corps, le ludique, l’érotisme, la beauté, la spiritualité, la pensée conceptuelle, l’ornement, le politique, la critique sociétale, la subversion… »

Les processus révolutionnaires qui traversent leurs pays ne font qu’irriguer et amplifier ces dynamiques déjà à l’œuvre dans leur création. 

Yasmina Alaoui et Marco Guerra, Maroc, Dream, 2005 (photographie, 101,6x101,6 - Edition 4/5 ) © 

Syriart a réussi à réunir les œuvres de 6 Syriens, l’un d’entre eux travaille encore en Syrie. Depuis le début du soulèvement, les artistes syriens n’ont cessé de créer, postant sur la toile leurs œuvres, qui devient ainsi une plate-forme de leur résistance à la barbarie qui frappe leur pays et les leurs, le plus souvent dans la plus grande indifférence. 

© 

Un ouvrage leur est consacré (sous la direction de Delphine Leccas) sous le titre l’Art en Armes, témoignage de leur résistance en même temps que de la modernité de ces œuvres largement méconnues. 

Yaser Safi,Syrie, Sans titre, 2011 (45x55 - Gravure sur papier) © 

La vente se déroule à l’IMA, ce lundi 21 janvier à 19 heures, à l’Institut du monde arabe, 1, rue des Fossés Saint-Bernard, 75005. Elle sera faite au comptant et conduite en euros, les acquéreurs n’auront aucun frais supplémentaire en sus de l’enchère. Exposition, l’après-midi, du 17 au 20 janvier à la même adresse.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr