Une bouteille à la mer dans une enveloppe bleue.

J’ai participé au dépouillement dimanche soir, dans mon arrondissement du 18ème , à Paris. Une électrice a choisi de glisser une lettre dans l’enveloppe bleue. Une lettre ouverte, à qui la lirait. Ou pas.

bouteille bouteille

 

J’ai participé au dépouillement dimanche soir, dans mon arrondissement du 18ème,  à Paris. Une électrice a choisi de glisser une lettre dans l’enveloppe bleue. Une lettre ouverte, à qui la lirait. Ou pas.

Car on a pas le temps de lire, pas  trop de temps à perdre, et que mes co-scrutateurs aspiraient (autant que moi) à regagner  promptement leurs pénates, leur devoir citoyen accompli. Alors j’ai demandé aux responsables du bureau si je pouvais la prendre en photo cette lettre, histoire de la lire plus tard. Parce que ça me paraissait juste tristement dommage, que quelqu’un prenne la peine de s’exprimer sur une page et demie, sans personne  in fine pour le lire.

J’ai lu, je retranscris, sans penser faire offense, car la lettre (comme le vote) est anonyme, et que si cette dame a pris la peine d’écrire, je crois que c’était sûrement un peu dans l’espoir d’être lue. Si elle venait à se reconnaître et avait une vision différente de ceci, il va de soi que je supprimerai ce billet.

En attendant je la remercie d’avoir mis, pour moi, des mots sur ce que je ne savais plus formuler, étranglée par tant de colères contradictoires et simultanées.

Merci, Madame, de m'avoir rendue ma voix.

 « En 2007, j’ai voté « utile » au premier tour, et PS au second, en y croyant. Nicolas Sarkozy a gagné.

En 2012, je n’ai pas voté utile au premier tour, mais j’ai voté PS au second. Sans trop y croire, mais en me disant que ça ne pouvait qu’être mieux, qu’au moins le mépris et les tensions s’atténueraient, que le discours tout sécuritaire disparaîtrait. Le mépris a gagné, lorsque j’ai vu Najat Vallaud-Belkacem annoncer une réforme qui devait (sans moyens supplémentaires ?) renforcer l’accompagnement personnalisé, et ce, deux jours après l’annonce par le rectorat de Créteil de la suppression immédiate d’une cinquantaine d’heures sur la Dotation Horaire Globale de mon collège REP+ de Seine-Saint-Denis, puis d’une centaine d’heures sur les trois années suivantes (ces heures qui justement servaient à l’accompagnement personnalisé, à la prévention du décrochage, aux cours en demi-groupes).

Le mépris a gagné lorsque, quelques semaines plus tard, Claude Bartelone nous a refusé l’entrée au meeting d’entre-deux-tours des départementales à  Bondy, et que plusieurs militants PS nous ont bien fait sentir leur réprobation et leur agacement de « ces profs qui n’ont rien de mieux à faire » (que de se les geler sous la pluie jusqu’à la fin du meeting). Le discours sécuritaire a gagné lorsque Manuel Valls a été nommé Premier Ministre, et se confirme avec l’État d’Urgence appliqué aveuglement aux « trop musulmans » et aux « terroristes verts » ; et sa probable prolongation à venir.

En 2015, j’ai donc voté tout à fait inutile au premier tour, avec une liste à moins de 1%. Et par ce mot, je vote blanc au second tour. C’est déjà énorme. La plupart de mes amis s’abstiennent. Pas parce qu’ils s’en fichent, mais parce qu’ils vous vomissent et attendent la révolution démocratique pour vous mettre dehors et pouvoir à nouveau s’exprimer réellement.

Monsieur Bartelone, Messieurs-Dames du PS, avant de retrouver ma voix il va vous falloir oublier la politique et retrouver la Gauche, la vraie, l’utile.

Mesdames-Sieurs du PC et d’EELV, avant de retrouver ma voix il va falloir cesser les alliances avec ceux qui nous trahissent au quotidien.

Vous rendant, cordialement mais au centuple, tout votre mépris,

Une électrice Toulouso-Guyanaise du 18ème Arrondissement, étudiante à ses heures, « jeune », femme, prof en Seine-Saint-Denis. Bref, abandonnée et méprisée, directement ou par procuration… »

 

 

 

Je n’ai qu’une chose à ajouter, c’est que malheureusement cette dame se trompe, quand elle pense voter blanc. Électoralement c’est considéré « nul », dans la catégorie « autres ».

Et à la benne…

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.