De mal en Py

Pourquoi "l'appel" d'Olivier Py me met mal à l'aise?Bon, en débutant comme ça, je sens que je ne vais pas me faire que des amis. Surtout sur Facebook, qui relaye à l'envie la prise de position de cet homme de théâtre courageux entre tous. Tant pis.

PHOb885d274-b4ef-11e3-b595-f7bdb58831da-805x453.jpg

Pourquoi "l'appel" d'Olivier Py me met mal à l'aise?

Bon, en débutant comme ça, je sens que je ne vais pas me faire que des amis. Surtout sur Facebook, qui relaye à l'envie la prise de position de cet homme de théâtre courageux entre tous. Tant pis.

Entendons nous en préalable, je ne vote pas FN, non, et trois fois non.
Mais cette unanime condamnation, au soir du premier tour des municipales, venant de droite et de gauche, des électeurs FN et des abstentionnistes, "tous des cons", m'a fait mal. Mal à ma démocratie.  Les gens s'expriment. Oui, comme ils peuvent. Maladroitement, à tort peut-être, mais ils expriment. Un vrai ras le bol. D'un système, d'une oligarchie, d'une main-mise sur leur vie, et surtout d'une mise à mal de leur existence.
Cela suffit, c'est ce qu'ils disent, et les mépriser en leur répétant qu'ils votent (ou ne votent pas) comme des imbéciles, ne changera rien. La coupe est pleine.
En tenir compte serait, enfin, un vrai acte politique.

J'en reviens à Olivier Py (oui, je m'égare, mais j'ai toujours eu une mentalité de marâtre du Petit Poucet,  et j'adore perdre les lecteurs dans mes bois noirs…).
Qu'Olivier Py mette sa démission sur la table, en arguant qu'il ne peut pas envisager  de travailler avec une municipalité FN, c'est son droit de citoyen. Que je respecte profondément.
Qu'il dise ou sous-entende que le festival pourrait partir avec lui, là ça devient un problème.
Pour moi.
Artiste aussi, je précise.

D'abord parce que le festival ne lui appartient pas, ce n'est pas lui qui décide, tout directeur qu'il soit. Donc en parler comme il le fait c'est juste un effet de manche, et c'est bien à cause des effets de manches qu'on en est arrivé là. À ce ras-le-bol national.
Et puis aussi parce que c'est anti-démocratique au possible. On ne prive pas des gens d'une manifestation culturelle pour la simple raison qu'ils ne partagent pas vos convictions politiques, d'une. De deux, exclure n'a jamais ouvert l'esprit de personne. Ou alors qu'on me donne l'exemple du contraire?

Ensuite, cela me semble faire preuve d'une cruelle absence d'humilité et de remise en question.

Quoi, sept décennies de Festival, de fête de la culture, d'ouverture à l'autre et  à la culture de l'autre, et néanmoins, les gens d' Avignon votent comme ils ont voté dimanche? Alors la première des choses à faire serait peut-être de s'assoir, la tête dans les mains, sans effet de manche justement, et de prendre le temps de réfléchir…
 "Merde, qu'est-ce qu'on a raté?"
Clamer que l'héritage de Jean Vilar ne saurait rester dans une ville FN, c'est bien, ou plutôt "ça fait bien", mais s'interroger sur ce qu'on a fait de cet héritage serait peut-être aussi intéressant, non?
D'un côté un "in" élitiste et souvent auto-satisfait, de l'autre un "off" devenu au fil des années une gigantesque foire d'empoigne, rançonnant sans états d'âme les petites compagnies pour la location d'un fond de garage, et où l'on trouve de tout, le meilleur comme le pire. Fête de la culture avec un grand "C" mais parfois aussi avec un gros "cul".
L'héritage de Vilar tout ça?
Bon, admettons…


Reste que cette sorte de chantage me semble mal venu, et pour le moins maladroit. Claironner aux médias qu'on va prendre des sanctions contre les électeurs qui ne votent pas comme ils doivent (en punissant aussi les autres au passage d'ailleurs)? Même les politiques avec tout leur mépris affiché dimanche soir pour ceux qui n'ont pas voté pour eux, même les politiques, n'ont pas osé. Que cela vienne d'un homme de théâtre me fait mal.
Rester, résister, se battre dans la place et tirer la leçon de ses échecs, me semble être plus proche du véritable engagement de l'artiste. Même si c'est parfois un combat perdu. Car après tout c'est tristement vrai, ni Brecht, ni Wedekind, ni Schnitzler avec tout le talent de leur plume n'ont empêché l'Anschluss…

Alors Py, avec une conférence de presse?


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.