Caroline JEANSON
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2015

PLUMES, BATTUES, DEMOCRATIE, MACRON.

Caroline JEANSON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PLUMES, BATTUES, DEMOCRATIE, MACRON.

Nous étions habitués à décrypter les lois.

A les comprendre, à les traduire, à les appliquer. Mais jamais nous n’avions approché leur processus d’élaboration d’aussi près.

Nous avons suivi, heure par heure, minute par minute, les débats, les échanges, les reculs, les blocages.

Nous avons vu des élus détachés, indifférents, hypocrites. D’autres impliqués, sensibles, mobilisés.

Nous avons découvert les débats ouverts, publics, en Commission des Lois, où chacun défend son amendement, négocie, recule.

Nous avons alors vu un Ministre, entouré des deux députés ayant établi des rapports sur la loi, l’un pour, l’autre contre, confondus dans un même élan de soutien, déclamer en pleine Assemblée le vocabulaire de circonstance, à l’emporte-pièce, cosmétique fumeuse de la communication politique : malthusianisme, rentes de situation, privilèges, cooptation, verrouillage…

Nous avons vu heure par heure, la volonté acharnée de détruire une profession, en place depuis Saint Louis, qui a accompagné la France dans toutes ses étapes de croissance, ses guerres, ses réformes.

Nous avons vu une profession de juristes, assermentés, délégataires de l’autorité publique, qui accomplit quotidiennement de nombreuses missions de services publics, vilipendée car portant l’infamie de gagner, pour certains d’entre eux seulement, un peu plus que la moyenne (alors que ce même Ministre, qui s’indigne qu’on lui reproche des années passées dans une banque d’affaires, revendique le droit pour une jeunesse, soit-disant épanouie, d’être milliardaire…)

Et nous avons entendu, surtout, de la bouche même de ce Ministre, que des menaces de mort, ont été proférées par « DES officiers ministériels ».

Stupeur…

Nous découvrons finalement, quelques semaines plus tard, que LA menace, n’était qu’une photo parmi 140 autres, un brin potache et provocante, adressée par une Association de collaborateurs, sur le réseau public Twitter, et sur laquelle un notaire corse se mettait en vente et affichait ses compétences en matière de « plumes, battues, Macrons, Ferrand …».

Un mois après #JesuisCharlie, et les émois suscités par la Liberté d’expression, en France, le droit de rire de tout, même de ce qui peut choquer, même de ce qui peut ne pas être drôle, Maître Bartoli du fonds de ses montagnes corses, a froissé le Ministre.

Maître Bartoli s’est retrouvé convoqué, entendu, et va être prochainement sanctionné par ses instances professionnelles qui n’ont pas d’autre choix que d’anticiper ce qu’aurait pu exiger le caprice du Ministre courroucé, et vont ainsi éviter qu’il ne soit puni pour l’exemple.

Maître Bartoli a suscité un énorme élan de solidarité, aussi réactionnel en proportion que la manipulation du Ministre.

Maître Bartoli devenu quelque part aujourd’hui, à son corps défendant, le symbole d’un gouvernement sans argument, préférant brandir l’opprobre de ses contradicteurs à une dialectique sensée, étayée, pour construire une loi.

Nous avons découvert ainsi que nos impôts payent des Ministres, et c’est normal, payent des parlementaires, et c’est normal, payent des hauts fonctionnaires, et c’est normal, mais payent aussi des agences de com pour démolir l’honneur des officiers ministériels.

Et ça, ce n’est pas normal.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. Chacun et chacune à leur échelle, elles et ils dépassent les silences, les traumas et les assignations mémorielles.
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Journal — Écologie
Écologie : encore tout à prouver
Le remaniement ministériel voit l’arrivée du novice en écologie Christophe Béchu au ministère de la transition écologique et le retour de ministres délégués aux transports et au logement. Après un premier raté sur la politique agricole la semaine dernière, le gouvernement de la « planification écologique » est mis au défi de tenir ses promesses.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès