CAROLINE RP
Resp. marketing et communication
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Lien 2 mai 2020

MASQUES ET MASCARADE

La pénurie de masques : un choix de gestion lourd de conséquences.

CAROLINE RP
Resp. marketing et communication
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-la-chine-va-livrer-un-milliard-de-masques-a-la-france_3890113.html

Le 28 mars dernier Olivier VERAN, actuel Ministre de la Santé, annonce enfin officiellement "la commande de plus d’1 Milliard de masques à la Chine pour 1,5 millions d'euros" (soit 0,0015 cts l'unité). Ces masques, payés grâce aux impôts et taxes des contribuables, ont commencé à être livrés le 29 mars, soit, dès le lendemain, sur le territoire français.

En entendant Robert SEBBAG, infectiologue de la Salpêtrière, s’insurger un mois plus tard, le 25 avril : "Je n’en peux plus, pour un bout de papier de Masque on est en train de souffrir et de contaminer !', je me suis bêtement demandé :

"Mais, où sont passés tous ces masques et à qui sont-ils destinés ?"

Les deux réponses sont tombées ce 1er mai 2020 :

  • depuis un mois, la grande majorité de ce matériel de protection sanitaire (500 millions environ) est stockée, au détriment de la santé des citoyens et des personnes en danger dans les EHPAD.
  • Et à qui sont-ils destinés ? En partie aux grandes surfaces, déjà privilégiées depuis plus de deux mois, par un monopole de la commercialisation des denrées non-alimentaires.

Quelle chance ! Un nouveau "marché", autorisé à revendre nos propres produits 0,95 cts l’unité, soit 600 fois plus cher que ce que nous les avons déjà achetés, et qui va rapporter des centaines de millions d'euros.

Face à cette décision, les pharmaciens expriment leur « dégoût » : souvent en rupture pendant cette période de réquisition gouvernementale (y compris pour leurs clients professionnels de la santé), ils ont dû refuser la vente aux particuliers sous peine de condamnation et doivent encore attendre pour recevoir leurs masques en tissu.
Au début, j'ai pensé à une mauvaise plaisanterie. Mais, en recherchant un peu, il s'est avéré que, visiblement, cette gestion de la pénurie ne date pas d'aujourd'hui…

Le gouvernement a-t-il honoré son devoir de « protection des populations » ?

« Nous avons des dizaines de millions de masques en stock en cas d’épidémie, ce sont des choses qui sont d’ores et déjà programmées », affirmait la Ministre de la Santé Française le 26.01.2020. Une intervention qui, factuellement, prouve que ce gouvernement était parfaitement conscient du devoir d’anticiper ces situations « à risques », sans pour autant, respecter son rôle et ses engagements.
En réalité, aucun Ministre ne pouvait ignorer, en ce début de crise, que :

  • le stock nécessaire d'1 Milliard et demi de masques, avait été détruit en 2012, sans jamais avoir été renouvelé,
  • la totalité des entreprises françaises de production de ce matériel sanitaire avaient dü fermer, faute de commande,
  • les infrastructures hospitalières subissaient toutes, des réductions de budget drastiques.

Petites entreprises et citoyens ont été délaissés pour privilégier des accords avec les Marchés Internationaux, qui ont concédé à la Chine, 80% de la fabrication du matériel sanitaire mondial, laissant le sort de toutes les populations entre les mains d’un seul pays étranger. Une position, rappelons-le, soutenue avec ferveur par Macron dans son programme Européen du 2 mars 2017, qui place dans ses 7 priorités : « La Chine est un acteur fondamental avec lequel la France et l’Europe doivent renforcer et équilibrer leurs relations dans les domaines sécuritaires, commerciales et écologiques. Nous lancerons dans cet esprit avec nos partenaires européens une initiative globale pour négocier un accord transversal avec la Chine. »

Si ces décisions avaient « servi de leçon », il serait possible de les reléguer à des erreurs du passé. Le problème est, que ces choix viraux se répètent et continuent de favoriser la propagation.

Depuis février, nos correspondants commerciaux français implantés en Chine déplorent sur les Chaînes de télévision (BFM, CNEWS…), « qu’aucune demande ne leur parvienne et que le gouvernement français ne réponde à aucune de leur sollicitation, malgré leurs relances », sous prétexte que certaines cargaisons ont été détournées.
Sauf que, depuis deux mois maintenant, la Chine alimente bel et bien l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Belgique, les USA… en quantité pharaonique. Mais pas la France, qui n'a formalisé ses commandes en masse, que le 28 mars.

Le coût de ces manquements ?

Le nombre d'hospitalisations, de réanimations et de décès aurait pu, scientifiquement, être divisé, au minima, de moitié (4 fois moins en Allemagne, au Japon, au Vietnam...).
Bilan de l'opération :

  • 24 590 morts (sans compter les personnes ayant succombé à domicile) et seulement 130 000 contaminés dépistés. Des séquelles irréversibles pour certains survivants, des conditions de souffrances respiratoires sans précédent et sans soins, pour les personnes âgées enfermées dans les EHPAD.
  • Un budget d'urgence 220 fois supérieur (110Milliards d'euros) à une politique de prévention (200 millions).
  • Une crise économique dont il est encore difficile d’estimer l’impact, en particulier sur nos TPE-PME (actuellement contraintes à ne plus exercer leurs activités pour 60% d’entre elles).

Alors, avant de m’endormir, je me suis posé une dernière question :

à combien le gouvernement avait estimé le prix de nos vies ?

La réponse est à moins de 1 euro : le coût d’un Masque agréé, lavable (3 euros), + une vingtaine de paires de gants (10 cts) = 3,10 tous les 4 ans (délai de péremption de l'équipement).

80 cts par an : c'est ce que nous ne valions pas. En revanche, ce que cette absence d'anticipation et de réactivité va nous coûter... je n'ose même plus compter et préfère aller me coucher.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes