CAROLINE TIGEOT
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2021

Nous sommes dans une impasse

Si se protéger du virus est indispensable, les moyens mis en œuvre par le gouvernement peuvent apparaître comme une aubaine pour entraver notre appétence au collectif, notre capacité à réfléchir et inventer ensemble. Lettre ouverte depuis le bocage bourbonnais à nos élu.e.s et à nos voisin.e.s, ami.e.s, inconnu.e.s ainsi que toutes celles et ceux que nous sommes impatient.e.s de rencontrer.

CAROLINE TIGEOT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lettre ouverte depuis le bocage bourbonnais à nos élu.e.s et à nos voisin.e.s, ami.e.s, inconnu.e.s ainsi que toutes celles et ceux que nous sommes impatient.e.s de rencontrer ou de serrer à nouveau dans nos bras,

Il y a quelques jours, encore, il était question d’instaurer le couvre-feu à 18h dans l’Allier.

La nouvelle nous est tombée, comme à chaque fois, depuis un monde lointain. Satellitaire. Et elle nous a cueilli.e.s, nous autres, habitantes et habitants du bocage bourbonnais. Nous qui essayons toujours, tant bien que mal, d’absorber la pelote d’injonctions qui nous sont faites depuis un centre de plus en plus lointain.

Après avoir vécu les confinements, les couvre-feux, la fermeture des secteurs arbitrairement qualifiés de non-essentiels ; après avoir enduré, les unes après les autres, toutes les strates des mesures prises dans l’urgence depuis le début de la crise sanitaire, nous en étions rendu.e.s là. À frissonner pour cette paire d’heures qui allait encore nous être retirée. À sentir dans nos ventres tout ce que ça pourrait, encore, confisquer à nos existences.

Finalement, la menace est levée. Provisoirement. On reste à 20 heures. Pourquoi ? Pourquoi pas ? Difficile de le comprendre. De l’appréhender. Qui préconise ? Qui décide ? Qui applique ? Quels chiffres préludent à quelles décisions ? Quelle logique se cache derrière la doxa du taux d’incidence ?
18 heures au lieu de 20 heures… Ici… Au beau milieu du bocage… Entre les vaches et les bouchures… D’où ça vient, ça ? Nous sommes 50 au kilomètre carré, par ici. Les seuls endroits où vous trouverez du monde sont les supermarchés.

Aujourd’hui, l'arbitraire de ces mesures n'échappe plus à personne. Et leur caractère improvisé relèverait de la farce si elles n'affectaient pas nos vies de manière aussi dramatique : destruction des emplois, détresse morale, solitude, déscolarisation…

Si se protéger du virus est indispensable, les moyens mis en œuvre par le gouvernement peuvent apparaître de plus en plus comme une aubaine pour entraver notre appétence au collectif, notre capacité à réfléchir et inventer ensemble.

Il est d’ailleurs frappant de constater que – tandis que nous végétons, masqués et reclus – la machine législative continue à plein régime, instruisant des lois toujours plus polémiques : séparatisme, sécurité globale, loi sur la recherche et l’enseignement, réintroduction des néonicotinoïdes… Autant de sujets sur lesquels il semble inconcevable de se passer du débat public.

Il apparaît clairement, un an après le début de la crise, qu’il n’y aura pas de retour à la normale. Les réponses aux crises finissent toujours par se sédimenter dans le Droit. Depuis 20 ans, par exemple, tous les régimes d’exception liés au terrorisme n’ont fait que se renforcer, années après années, pour finalement s’institutionnaliser.
Il n’y aura pas de monde d’après. C’est maintenant que cette situation nous incombe.

C’est maintenant que nous devons réfléchir, ensemble, à comment absorber cette épidémie sans démanteler ce qui fait précisément le ciment de la vie, c’est-à-dire la communauté, la circulation, la rencontre des corps et des idées.

Jusqu’à maintenant, le choix a été fait d’isoler sous contrainte l’ensemble de la population et de fermer strictement tous les lieux collectifs et de partage, sans considération pour les efforts pouvant y être faits pour s’adapter au contexte sanitaire.

On a d’abord joué le jeu – abasourdis. Mais, une année plus tard, l’évidence finit par nous sauter aux yeux : on ne peut plus nous demander ça, alors qu’en face, rien n’est fait pour travailler à la refonte d’un vrai service de santé publique.
En effet, en un an, rien ne nous a laissé entrevoir un quelconque sentiment de responsabilité des pouvoirs publics dans l’effondrement de notre système de soin. Une faible revalorisation des salaires... C’est tout ce qu’on aura vu sortir du Ségur de la Santé. Pas de plan. Pas de projet. Pas de vision. Pire : une volonté affirmée de poursuivre la gestion managériale de ce bien public.

Ici, chez nous, en 2021 : plus de médecins. Plus de généralistes. Plus de spécialistes. Les infirmiers sont débordés. Les hôpitaux saturés. Notre espérance de vie à la campagne est désormais de deux ans inférieure à celle des urbains. 20 ans que les professionnels et les usagers se mobilisent, manifestent, invectivent, se mettent en danger face à des gouvernants toujours plus sourds à la question.

Et maintenant que nous sommes dans une impasse : toujours rien.

Il nous reste la stupeur. Qui est l’état dans lequel nous nous trouvons depuis un an. Et qui est une négation même du vivre-ensemble.

Et cela, nous, adultes responsables et citoyens, ne pouvons pas le supporter plus longtemps.

C’est pourquoi, il nous semble légitime :

- de demander des comptes à celles et ceux qui nous gouvernent sur le travail accompli au cours de ces derniers mois pour envisager l’organisation collective de notre avenir prenant en compte le contexte sanitaire, social et écologique.

- de tout mettre en œuvre pour nous réunir, en dehors de la seule occasion du travail salarié. De trouver les moyens de nous voir à nouveau, de nous rassembler, de créer ensemble, de protéger le lien qui nous unit. Il est évident que cela peut se faire en minimisant les risques de contagion.

- de réclamer la réouverture des lieux de culture : musées, théâtres, bibliothèques dont rien ne prouve qu’ils sont des lieux de propagation, et d'inventer autre chose que la fermeture obtuse de ces lieux essentiels de convivialité que sont les bars et les restaurants.

Aujourd’hui, nous sommes gouvernés par la peur de tomber malade. Hier, nous étions gouvernés par la peur d’être victime d’un attentat.
Nous ne supportons pas d’être gouvernés par la peur.

Nous ne pouvons pas nous permettre de le supporter. Parce que nous sommes presque 8 milliards à cohabiter sur une planète qui nous rendra toujours coups pour coups si nous persistons à nous traiter – et à la traiter – en ennemis.
Aujourd’hui, nous voulons faire confiance à notre capacité collective à imaginer l’avenir.

« La peur a été en définitive le maître qui m’a fait le plus désapprendre »

Mia Couto

Texte porté par une centaine d’habitants du bocage bourbonnais

Rédigé entre Hérisson et Saint-Caprais par Karine Dumont, Fabien Granier, Valerie Schwarcz et Caroline Tigeot

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener