carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2022

Créer une école de la Nupes

Un appel à créer une école de formation et d'actions remettre au coeur des débats publics les thèmes qui sont les nôtres : droit du travail, sécurité sociale, éducation, climat, égalité des droits, salaires.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette note rédigée par Caroline De Haas, Cédric Durand et Razmig Keucheyan a été envoyée aux responsables de la Nupes. 

Télécharger la note en PDF.


L'objectif

Créer une école de de la Nupes, outil de formation, de conviction et d'actions, pour faire émerger et exister des débats politiques dans la société autour de nos thématiques (social, écologie, égalité, ...).

L'objectif est à la fois de renforcer celles et ceux qui sont déjà activistes et d'aller chercher de nouvelles personnes, partout en France, pour renforcer notre force de frappe. Il s'agit de remettre au coeur des débats publics les thèmes qui sont les nôtres : droit du travail, sécurité sociale, éducation, climat, égalité des droits, salaires. En proposant des outils de masse pour comprendre, débattre et convaincre, il s'agit d'amener des dizaines de milliers de personnes à rejoindre le mouvement, en tant que simples électeurs ou électrices, sympathisant·es ou militant·es.

Plusieurs mobilisations des dernières années l'ont montré : sur les questions européennes (TCE), sociales (loi travail) ou sur l'égalité (mobilisations féministes), nous pouvons créer et diffuser des contenus exigeants, complexes et complets et des actions qui vont toucher massivement la société et faire bouger les lignes.

Nous pouvons "cranter" dans l'imaginaire collectif des sujets structurellement de gauche, qui permettront d'augmenter le niveau de rapport de force dans la société.

Si pendant 5 ans, le nombre de personnes pensant qu'il n'y a pas de "charges sociales" mais des cotisations sociales ou qu'il n'y a pas trop de fonctionnaires mais pas assez augmente sensiblement, que la rénovation thermique des logements est possible et prioritaire, que l'extrême-droite est dangereuse, la société ne sera pas la même.

Ce travail ne pourra passer uniquement par les parlementaires, au risque d'une "étatisation du mouvement" comme l'appellent Cédric Durand et Razmig Keucheyan dans une tribune parue dans Libération en juin 2022. Cette école aurait un autre atout, que les deux chercheurs soulignent également : "faire émerger une culture politique commune et former un personnel politique à même d'animer le mouvement social et d'exercer le pouvoir."

Nous avons 5 ans devant nous. Utilisons-les pour nous créer et renforcer une base sociale et électorale majoritaire dans le pays et dans les urnes.


Le projet

Créer une école de la Nupes, qui rassemble largement, accessible à toutes et tous, proposant des contenus variés sur des thématiques de gauche et écolos.

Un espace inspiré de l'éducation populaire proposant des réflexions, des campagnes et des actions. Un espace connecté à l'actualité parlementaire. Une école de formation permettant de devenir à son tour formatrice ou formateur.

Parmi les priorités de cette école, des thèmes qui permettent de re-créer une colonne vertébrale idéologique : la réforme des retraites, le droit du travail, la santé, les fonctionnaires (et pourquoi il en faut plus), les libertés publiques, la lutte contre le racisme et l'islamophobie, le remboursement à 100% par la sécu, l'importance des cotisations sociales, le RSA, les cantines gratuites, l'augmentation du SMIC, l'histoire de l'extrême-droite, lutter contre le complotisme ...

Nous sommes majoritaires sur beaucoup de thèmes mais cette majorité sur le fond ne se traduit pas dans les urnes. Cette école doit petit à petit permettre de regagner du terrain et de structurer. Il s'agit d'amener un maximum de personne à transformer leurs intuitions (par exemple contre la retraite à 65 ans) en convictions, en actions et en vote.


Des formations

  • Courtes (2 heures max), en distanciel et en présentiel, qui s'adressent à des dizaines de milliers de personnes.
  • Un format facilement duplicable, participatif, pédagogique et illustré sur le modèle des formations #NousToutes (100 000 personnes formées en 1 an).
  • Des événements qui créent un sentiment d'appartenance et dessinent des parcours de formation (tu as suivi telle formation, on te propose telle autre pour aller plus loin ou tel contenu plus poussé)
  • Des formations à la fois sur une vision du monde, les propositions clés de la Nupes, les actualités politiques ou du mouvement social. Des formations qui donnent envie d'agir, de s'engager, de recruter de nouvelles personnes.
  • A l'issue de chaque formation, un format vidéo (3 mn), des visuels, un replay disponible, une trace écrite (trois questions à un·e expert·e...).
  • Une stratégie pour que ces formations touchent le plus grand nombre, avec des actions ciblées sur les publics moins militant·es, moins proches des cercles associatifs ou syndicaux. 

Exemple de thèmes : "Comprendre la réforme des retraites", "Qui veut en finir avec le RSA (et pourquoi) ?", "Cotisations sociales ou charges sociales ?", "L'écologie politique : histoire et actualité", "Pourquoi Macron nomme des ministres mis en cause pour viol ?".

Objectif : 500 000 personnes formées en 5 ans.


Une lettre d'info

Une lettre d'information hebdomadaire sera créée avec 1 thème dédié (thème d'une formation) : 1 interview d'une expert·e, 1 livre à lire, 1 vidéo à regarder et diffuser. Des lettres d'infos spéciales pour contrer les arguments du gouvernement lorsqu'il raconte n'importe quoi (souvent).

Objectif : 1 million d'inscrit·es en 5 ans.


Des campagnes et des actions

Des campagnes de conviction et des actions seront lancées, adossées aux formations, pour faire exister, avancer des idées - ou résister à d'autres - dans l'espace public.

Ces campagnes peuvent s'articuler autour d'outils variés : réunions publiques, porte à porte, site internet de vulgarisation (loitravail.lol), vidéos de personnalités, tribunes, ... Elles visent à structurer le débat public autour de nos idées et propositions. Les actions peuvent prendre la forme d'actions en ligne ou de rassemblements.

Exemple : une opération "100 000 portes ouvertes" contre la réforme des retraites"

Objectifs : 15 campagnes de masse et 250 000 personnes participant aux actions physiques en 5 ans.


Devenir formateur ou formatrice

L'école de la Nupes proposera un parcours pour devenir formateur ou formatrice et animer des modules de base ou des modules avancés pour celles et ceux qui ont un domaine d'expertise spécifique.

Objectif : 1000 formateurs et formatrices.


Toutes ces formations et ses actions doivent être construites en lien avec l'inter-groupe parlementaire afin de permettre d'amplifier l'action de nos député·es ou de participer à créer une actualité parlementaire. 


Les conditions de la réussite

  • Une validation de Jean-Luc Mélenchon et des dirigeant·es de la Nupes.
  • Une articulation avec le Parlement de la Nupes
  • Des équipes dédiées et un financement pour créer un site dédié et des outils permettant d'organiser les personnes inscrites.
  • Un fonctionnement souple et réactif.
  • De la joie (beaucoup)

Télécharger la note en PDF.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe