carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 juil. 2016

Inquiétude, colère, détermination

Ce matin, Manuel Valls a annoncé qu'il allait à nouveau utiliser le 49-3. Jusqu'au bout, ce gouvernement aura décidé de nous ignorer, nous mépriser, nous brutaliser, répondant à une injonction du Medef de ne rien lâcher sur l'article 2.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin, le gouvernement s'est décidé à utiliser à nouveau le 49-3, passant en force contre sa majorité parlementaire, contre le pays. Toutes les sorties de crises, des plus timorées proposées par des députés socialistes à celles réclamées par les syndicalistes auront été écartées d'un revers de la main.

Ce matin, je suis inquiète, en colère et déterminée.

Inquiète de voir le décalage entre la force que nous avons soulevée ensemble tout au long de ces 5 mois de mobilisations et l'incapacité des responsables politiques de comprendre ce qui se passait. La rupture entre nous et eux est tellement profonde qu'elle emporte avec elle toute la classe politique. D'un tel déni démocratique ne peut sortir que du mauvais. Un gouvernement qui brutalise, méprise un mouvement social soutenu par 70% de la population renforce la défiance, le desespoir et le sentiment que notre voix, notre vote, ne sert au fond pas à grand chose. Un an avant une élection présidentielle, accentuer la rupture entre les citoyennes et citoyens et le monde politique comme ils le font aujourd'hui est irresponsable, dangereux. Et donc inquiétant.

Je suis en colère ensuite. Contre moi-même. Car si Manuel Valls est Premier ministre, c'est en partie de ma faute. En 2012, j'ai voté Francois Hollande. Pas dans un enthousiasme débordant certes mais convaincue qu'il était le meilleur moyen à ma disposition pour améliorer mes conditions de vie et celles des millions de citoyennes et citoyens qui se lèvent le matin pour aller au boulot, en chercher un, s'occuper de leurs enfants, vivre. Je n'attendais pas grand chose, j'ai quand même été déçue. 

Je suis déterminée enfin. Nous n'allons pas nous laisser faire. Nous nous sommes révélés des centaines de milliers au cours de ces 5 mois de mobilisations. Pétitions, vidéos, manifestations, nuits debout, grèves, interpellations... Nous avons utilisé tous les moyens à notre disposition pour nous faire entendre. Cela n'a pas suffit ? Nous en construirons d'autres. Ils ont réussi, avec ce projet de loi, à créer un lien entre nous toutes et tous. Ouvriers, employé.e.s, cadres, chômeurs et chômeuses, étudiant.e.s. Notre point commun, c'est le travail et les conditions dans lesquelles nous l'exerçons, nous en cherchons un ou nous nous formons pour en trouver un. Ce lien qu'ils ont malgré eux réactivé, nous allons le maintenir, le renforcer. 

Cette classe politique est défaillante. Nous n'allons pas la laisser nous diriger à sa guise, guidée par les intérêts de quelques puissants. Nous allons nous organiser. Et la renverser. Ne laissons pas retomber cette énergie incroyable que nous avons soulevée. Ne nous laissons pas abattre. Écrivons une autre histoire, la notre. 


Inscrivez-vous sur http://agcitoyenne.fr pour participer au projet. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS