carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 oct. 2011

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Après les mal-baisées, voici venir les mal-violées

 Ce mercredi 6 octobre, sur l’antenne d’une grande radio publique, Ivan Levaï a tenu des propos qu’on ne pensait plus entendre sur le PAF. Et contrairement à ce qu’a affirmé Pascale Clark, ce n’est pas sa façon de parler de Dominique Strauss Kahn qui a déclenché les réactions.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce mercredi 6 octobre, sur l’antenne d’une grande radio publique, Ivan Levaï a tenu des propos qu’on ne pensait plus entendre sur le PAF. Et contrairement à ce qu’a affirmé Pascale Clark, ce n’est pas sa façon de parler de Dominique Strauss Kahn qui a déclenché les réactions. Ce qu’Ivan Levaï pense de DSK et sa communication le regarde et franchement, cela ne m’intéresse pas beaucoup. Même pas du tout. Par contre, quand un invité explique sur une radio écoutée par des millions d’auditeurs et d’auditrices, que les viols en France n’en sont pas vraiment, là, cela me regarde et me concerne.

Depuis que les mobilisations féministes contre les violences et contre le sexisme ont permis de remettre sur le devant de la scène la persistance des stéréotypes, on pouvait espérer que les médias ne tolèreraient plus des propos qui banalisent les violences sexuelles et surveilleraient leurs antennes comme ils surveillent et dénoncent à juste titre les paroles racistes ou antisémites. Pourtant, ce mercredi 6 octobre, j’ai entendu médusée que pour qu’il y ait viol, il faut « une arme ou un couteau », puis que parmi les 75000 viols qui ont lieu chaque année en France, une partie non négligeable seraient en réalité des « fantasmes ».

Ivan Levaï prouve ainsi qu’il méconnait, comme nombre de ses collègues journalistes, ce que sont les violences faites aux femmes en France. L’illusion de l’égalité femmes – hommes, inscrite dans les lois depuis plusieurs décennies, a fait penser que les choses seraient réglées. Et de fait, ont permis d’oublier la réalité : en France, plus de 200 femmes sont violées chaque jour, 75 000 par an. Ce chiffre est issu d’une enquête de l’Observatoire National de la Délinquance. Il ne s’agit ni des viols déclarés à la police (à peine 10%), ni des condamnations (environ 2% de ce total). Il ne s’agit pas du nombre de viols imaginés. Pas du nombre de viols cauchemardés. Pas du nombre de viols planifiés. 75 000, c’est le nombre de femmes adultes à qui on fait subir, de force, avec violence et ou par surprise, une pénétration, dans la bouche, dans le vagin ou l'anus, par un objet ou un sexe. 75 000, c’est le nombre de viols.

En expliquant que ces viols n’en sont pas, Ivan Levaï raye donc de la carte des dizaines de milliers de femmes. Il relativise les crimes que nous avons subi comme notre parole. Et c’est insupportable.

L’analyse de la persistance dans notre société d’une domination sur le corps des femmes est pourtant maintenant connue. Un étudiant en première année de sociologie pourrait expliquer en quoi, lorsque des crimes sortent de l’exceptionnel pour atteindre des chiffres aussi hallucinants, il ne s’agit plus de faits divers mais d’un fait social. Un étudiant en première année d’histoire pourrait expliquer en quoi l’organisation ancestrale de nos sociétés autour du pouvoir masculin a laissé des traces tenaces. Ces évidences ne semblent pas avoir encore atteint le cortex cérébral de tous nos éditorialistes et journalistes. Ivan Levaï n’est d’ailleurs pas le seul : en début de semaine, nous avons pu entendre des sportifs et commentateurs radio expliquer sur une autre antenne que le harcèlement sexuel pouvait être utile pour souder une équipe de rugby (sic).

Les médias n’ont donc manifestement tiré aucune leçon de ces derniers mois. Focalisés sur le cas d’un homme, ils n’ont pas entendu ce qu’ont exprimé les féministes et les 30 000 personnes signataires de l’appel contre le sexisme. C’était pourtant simple : nous en avons assez des propos misogynes tenus sur vos antennes. Ils véhiculent des stéréotypes tout aussi graves que le racisme ou l’antisémitisme. Ils nous font reculer sur le chemin de l’égalité femmes – hommes. En tant que médias, vous avez une responsabilité : celle d’éveiller, d’interroger, de critiquer. Pas celle de maintenir nos esprits dans des schémas archaïques. Quand un journaliste ou un invité le fait, prenez donc le temps de rectifier.

La chape de plomb qui muselait la parole des femmes a commencé à se lever : prenons garde, elle pourrait retomber.

Caroline De Haas

Militante féministe, ancienne secrétaire générale de l'UNEF, fondatrice d'Osez le féminisme en 2009

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost