carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2019

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Je serai à la manifestation dimanche contre l'islamophobie

Et j'ai demandé qu'on retire mon nom de la liste des signataires de l'appel « Marche du 10 novembre à Paris: nous dirons STOP à l’islamophobie ».

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je serai à la marche contre l'islamophobie dimanche parce que j’ai peur.  J’ai peur pour les femmes qui portent le voile et qui sont victimes de violences chaque jour. Insultes, discriminations, violences physiques, menaces : les témoignages des femmes sont glaçants. Je marcherai dimanche pour dire mon soutien, pour dire que chaque femme a le droit fondamental de vivre en sécurité, quelle que soit sa religion, son âge, son orientation sexuelle ou son apparence physique. J’ai peur pour les musulmans qui sont victimes de violences dans la rue, dans les médias, dans leur travail. Un homme a ouvert le feu sur des musulmans à Bayonne fin octobre. Et on a l’impression que cet attentat est déjà oublié.

Je serai à la marche dimanche parce que je suis en colère. En colère de voir des responsables politiques alimenter la haine, le rejet et les discriminations. La parole publique n’est pas neutre. Elle a des conséquences concrètes sur la vie des gens. Aujourd’hui, les conséquences de la parole publique sont des violences. Qui visent principalement les femmes musulmanes.

Je serai à la marche dimanche parce que je me sens impuissante. J’ai l’impression de voir physiquement mon pays devenir plus raciste chaque jour sans pouvoir stopper le processus. Participer à un rassemblement des forces de gauche autour d’un mot d’ordre commun est pour moi façon d’agir.

J’ai demandé qu’on retire mon nom de la liste des signataires. Parce qu’il y a dans cette listes des personnes qui ont tenu des propos d’une violence sidérante à l’encontre des femmes. Et que je ne veux pas voir mon nom à côté du leur.

Parce qu’entendre un monsieur justifier le viol me fait penser au viol que j’ai subi. Savoir que ce monsieur est à côté de moi sur un appel me fait penser au viol que j’ai subi. Et que je n’ai pas envie.

Ils ont changé d’avis depuis ? J’en suis ravie. Je n’ai toujours pas envie de signer un texte avec eux.

Chercher parmi des dizaines de signataires deux noms, publier leurs propos datant d’il y a 10 ans est une manœuvre qui vise à déconsidérer la lutte contre l’islamophobie ? C’est vrai. Je n’ai toujours pas envie de signer ce texte avec eux

Je ne suis pas dupe, je vois celles et ceux qui commentent, se frottent les mains et qu'on entend jamais contre le racisme voire qui parfois l'alimentent. Qui vont monter au créneau d'un air réjoui pour dénoncer des propos inadmissibles tenus par deux signataires de l'appel à la marche. Et qui n'auront pas eu un mot pour dénoncer les propos racistes ou misogynes qu'on entend quotidiennement dans les principaux médias.

Le niveau de racisme est tel dans la société que c’est un débat secondaire de savoir si untel a appelé au viol ou pas ? Je ne pense pas. Et je n’ai toujours pas envie de signer un texte avec eux. Je pense que c’est une erreur stratégique de se dire que parce que la cause est valable, on est prêt à franchir des lignes rouge. Pour la cause. Ce n’est pas efficace.

Je manifesterai dimanche. Avec des amies féministes. Contre les violences racistes et islamophobes. Je continuerai à penser que pour en finir avec le racisme, il faut aussi en finir avec le sexisme et les violences sexuelles. Comme je continue à penser qu’on n’en finira pas avec les violences sexuelles sans penser aussi la fin des violences racistes, homophobes, transphobes ou liées au handicap.

A dimanche, j’espère !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Élu de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

Présidentielle 2022 : les comptes de campagne validés, Marine Le Pen en attente

La candidate d’extrême droite conteste les conclusions de la commission de contrôle sur le remboursement de sa campagne. Tous les autres comptes sont définitivement validés. Des irrégularités mineures ont été détectées, notamment dans la campagne d’Emmanuel Macron.

par Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog

Nous, les banni·e·s

À travers son nouveau podcast « Nous, les banni·e·s », La Cimade a décidé de donner la parole aux personnes étrangères qui subissent une décision de bannissement. Pour illustrer la violence des interdictions de retour sur le territoire français (IRTF), 5 témoins partagent leurs histoires, de leur départ vers la France jusqu’aux difficultés d’aujourd’hui.

par La Cimade

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy