carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2019

Je serai à la manifestation dimanche contre l'islamophobie

Et j'ai demandé qu'on retire mon nom de la liste des signataires de l'appel « Marche du 10 novembre à Paris: nous dirons STOP à l’islamophobie ».

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je serai à la marche contre l'islamophobie dimanche parce que j’ai peur.  J’ai peur pour les femmes qui portent le voile et qui sont victimes de violences chaque jour. Insultes, discriminations, violences physiques, menaces : les témoignages des femmes sont glaçants. Je marcherai dimanche pour dire mon soutien, pour dire que chaque femme a le droit fondamental de vivre en sécurité, quelle que soit sa religion, son âge, son orientation sexuelle ou son apparence physique. J’ai peur pour les musulmans qui sont victimes de violences dans la rue, dans les médias, dans leur travail. Un homme a ouvert le feu sur des musulmans à Bayonne fin octobre. Et on a l’impression que cet attentat est déjà oublié.

Je serai à la marche dimanche parce que je suis en colère. En colère de voir des responsables politiques alimenter la haine, le rejet et les discriminations. La parole publique n’est pas neutre. Elle a des conséquences concrètes sur la vie des gens. Aujourd’hui, les conséquences de la parole publique sont des violences. Qui visent principalement les femmes musulmanes.

Je serai à la marche dimanche parce que je me sens impuissante. J’ai l’impression de voir physiquement mon pays devenir plus raciste chaque jour sans pouvoir stopper le processus. Participer à un rassemblement des forces de gauche autour d’un mot d’ordre commun est pour moi façon d’agir.

J’ai demandé qu’on retire mon nom de la liste des signataires. Parce qu’il y a dans cette listes des personnes qui ont tenu des propos d’une violence sidérante à l’encontre des femmes. Et que je ne veux pas voir mon nom à côté du leur.

Parce qu’entendre un monsieur justifier le viol me fait penser au viol que j’ai subi. Savoir que ce monsieur est à côté de moi sur un appel me fait penser au viol que j’ai subi. Et que je n’ai pas envie.

Ils ont changé d’avis depuis ? J’en suis ravie. Je n’ai toujours pas envie de signer un texte avec eux.

Chercher parmi des dizaines de signataires deux noms, publier leurs propos datant d’il y a 10 ans est une manœuvre qui vise à déconsidérer la lutte contre l’islamophobie ? C’est vrai. Je n’ai toujours pas envie de signer ce texte avec eux

Je ne suis pas dupe, je vois celles et ceux qui commentent, se frottent les mains et qu'on entend jamais contre le racisme voire qui parfois l'alimentent. Qui vont monter au créneau d'un air réjoui pour dénoncer des propos inadmissibles tenus par deux signataires de l'appel à la marche. Et qui n'auront pas eu un mot pour dénoncer les propos racistes ou misogynes qu'on entend quotidiennement dans les principaux médias.

Le niveau de racisme est tel dans la société que c’est un débat secondaire de savoir si untel a appelé au viol ou pas ? Je ne pense pas. Et je n’ai toujours pas envie de signer un texte avec eux. Je pense que c’est une erreur stratégique de se dire que parce que la cause est valable, on est prêt à franchir des lignes rouge. Pour la cause. Ce n’est pas efficace.

Je manifesterai dimanche. Avec des amies féministes. Contre les violences racistes et islamophobes. Je continuerai à penser que pour en finir avec le racisme, il faut aussi en finir avec le sexisme et les violences sexuelles. Comme je continue à penser qu’on n’en finira pas avec les violences sexuelles sans penser aussi la fin des violences racistes, homophobes, transphobes ou liées au handicap.

A dimanche, j’espère !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre