carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 7 juil. 2020

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

La claque.

Lorsque lundi 6 juillet, Alexis Kohler a annoncé la composition du gouvernement, j’ai perdu mon souffle. Un instant. Comme si je venais de me prendre une gifle. Une claque soudaine, brutale.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une claque en tant que victime de viol. Une claque en tant que féministe. Une claque en tant que femme.

Par ce remaniement, le Président de la République nous confirme ce que nous savions déjà . Lorsqu’il a déclaré il y a 3 ans que l’égalité femmes – hommes et la lutte contre les violences étaient la grande cause du quinquennat, ce n’était au fond qu’une vaste fumisterie. Une opération de communication visant à donner l’illusion que la France s’engageait contre les violences à un moment de mobilisation internationale.

La réalité, c’est qu’Emmanuel Macron et son entourage n’en n’ont absolument rien à cirer des droits des femmes, de l’égalité ou de la lutte contre les violences. Ils s’en foutent. Complètement.

Certes, ce n’est pas la première fois qu’un Président de la République n’est pas féministe. Son désintérêt aurait pu rester poli et neutre. Son désintérêt est devenu militant et agressif. Cela faisait longtemps qu’un gouvernement n’avait pas été aussi ouvertement anti-féministe.

En nommant à la tête de l’institution censée recueillir les plaintes des femmes victimes, Gérald Darmanin, visé par une enquête pour un crime sexuel, Emmanuel Macron dit aux femmes de se taire. En nommant à la tête de l’institution censée juger les violences sexuelles Eric Dupond-Moretti, qui considère que les femmes « regrettent de ne plus être sifflées dans la rue », le Président nous dit que notre parole ne sera pas prise au sérieux.

© carolinedehaas

Le prochain ou la prochaine qui nous dira "Allez porter plainte !", je lui répondrai : "Mais comment ?"

Comment allons-nous porter plainte alors que le ministre de l’Intérieur est lui-même visé par une plainte pour viol ? Comment allons-nous porter plainte alors que le ministre de la Justice méprise ouvertement les femmes victimes ? Comment penser que nous allons nous sentir en sécurité dans un pays dirigé par des hommes qui banalisent les violences et dévalorisent celles qui luttent au quotidien pour accompagner les victimes ?

Depuis des années, les militantes féministes agissent pour que la parole des victimes soit entendue. Par nos mobilisations, nos marches, nos campagnes, nous avons fait de la question des violences un sujet politique de premier plan.

Le Président de la République vient de nous envoyer un message. Il aurait difficilement pu être plus clair. Femmes victimes de violences : on vous vous méprise. Féministes : votre avis ne nous intéresse pas. Femmes : taisez-vous.

Depuis #MeToo, en matière de lutte contre les violences sexuelles, la France a toujours un wagon de retard. Là, elle vient de laisser passer tout le train.

Nous étions dans la rue aujourd'hui. Nous y serons demain. Nous ne laisserons pas refermer la chape de plomb.

Caroline De Haas, militante féministe, #NousToutes

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85