carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

2 Éditions

Billet de blog 9 oct. 2014

Féminisation : la droite résiste

Il est des fois des paradoxes si gros qu’ils ne cessent d’étonner. Comment expliquer que la plupart des gens vous théorisent que la féminisation des noms est un sujet périphérique et que, lorsque ce sujet arrive dans l’actualité, il déclenche les foudres et les passions. Comment un sujet si peu utile au dire de ses détracteurs peut-il autant les passionner ?

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est des fois des paradoxes si gros qu’ils ne cessent d’étonner. Comment expliquer que la plupart des gens vous théorisent que la féminisation des noms est un sujet périphérique et que, lorsque ce sujet arrive dans l’actualité, il déclenche les foudres et les passions. Comment un sujet si peu utile au dire de ses détracteurs peut-il autant les passionner ?

Peut-être – c’est seulement une hypothèse j’en conviens – que la féminisation des noms n’est pas si futile qu’elle en a l’air. Et qu’au fond, elle est le reflet d’une évolution inéluctable de nos sociétés que la droite a du mal à digérer : l’égalité entre les sexes.

Il est vrai qu'il est difficile d'assumer son opposition à l'égalité entre les femmes et les hommes. La droite avance donc d'autres arguments (elle est futée n'est-ce pas ?)

D’abord, féminiser donnerait une « effroyable sonorité » aux mots. Comme si la perception du beau concernant le langage était identique pour toutes et tous et figée par on se sait quelle règle éternelle. Pour trouver un mot beau ou du moins qu’il cesse d’écorcher nos oreilles, il faut avant tout y être habitué. Or, comme le souligne l’Institut National de la langue française dans le guide de la féminisation des noms : « la pression de la norme, en français, est telle que tout mot nouveau fait sourire, dérange ou inquiète. Cela est d’autant plus regrettable que la créativité lexicale qui, depuis les origines, a enrichi notre vocabulaire de centaines de milliers de mots, est un signe de vitalité de la langue ». 

(Pour info, l’Académie Française a fait rentrer dans le dictionnaire ces dernières années des mots comme architecturer, historicisme ou entartrage. Pour la sonorité, on repassera) 

Ensuite, la féminisation « martyrise notre langue » et remet en cause 1000 ans de civilisation. D’abord, c’est faux (voire là encore le guide cité ci-dessus qui retrace l’histoire de la féminisation des métiers, très ancienne) et ensuite, franchement, quand bien même. Pendant la quasi totalité de ces 1000 années, les femmes (donc 51% de la population) n’ont disposé d’aucun droit ou presque. Alors si féminiser les termes remet en cause l’invisibilité multimillénaire des femmes et les inégalités, je ne vois pas bien le problème.

J’avoue quand même être impressionnée par la ténacité des députés : la féminisation des titres et fonctions ne date en effet pas d’hier. C’est en 1984 qu’Yvette Roudy installe la première commission. Pensez donc : Julien Aubert apprenait tout juste à écrire que déjà, on commençait à dire Madame la Présidente. Ils sont obstinés quand même. 

Ce que disait la ministre des droits des femmes de l’époque est pourtant assez simple à saisir : nommer les femmes, c’est les faire exister. C’est reconnaître les rôles et les places qu’elles occupent dans la société. Quand on vous dit « directeur » ou « président », vous pensez à un homme. Vous visualisez un homme. Vous citez un homme en exemple. Pour rendre visible les femmes, il faut les nommer, il faut dire « directrice » ou « présidente ».

Dire Madame la Présidente, c’est rendre visible le fait que les femmes peuvent exercer ces fonctions et qu'elles vont être de plus en plus nombreuses à le faire. Au final, est-ce que ce ne serait pas ça le vrai problème de Julien Aubert et François Fillon ?

Caroline De Haas, Militante féministe

NB : En cas de difficultés, pas de panique. Le fameux guide de la féminisation des noms explique très clairement les règles pour féminiser. Peut-être qu'un envoi de plusieurs exemplaires à l'Assemblée pourrait être utile (RDV sur Macholand à partir du 14 octobre !) 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat