carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 févr. 2019

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Les excuses et les «excuses» #LigueduLol

Depuis quelques jours, de nombreuses femmes et des hommes victimes de harcèlement par un groupe Facebook d'hommes journalistes parisiens (la "Ligue du LOL") parlent, racontent, dénoncent. Et, près de 10 ans après les faits, des excuses arrivent. Parfois plutôt des "excuses".

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les formations de professionnel.le.s sur les violences conjugales, on donne un truc pour détecter les conjoints violents. C’est leur façon de s’excuser.

#LigueduLol

Dans un rapport d’égalité, de respect, quand on fait une faute, petite ou grosse, on demande pardon. Point. Sans chercher d’explications ou d’excuses. Dans un rapport de domination, il y a toujours un « mais » ou une virgule après les excuses. « Je suis désolé mais », « j’ai pas été cool, c’est parce que... »

La stratégie est simple : faire reposer sur d’autres (la victime, son boulot, sa famille, ...) la responsabilité du problème. On appelle ça l’inversion de la culpabilité. Dans nos formations, on propose aux professionnel.le.s de noter lors des prochains RDV la façon dont monsieur s’excuse quand il parle mal à madame. Le « mais » ou la virgule sont des signaux pour détecter les violences au sein du couple.

Dans les excuses ou les « excuses » publiées depuis hier par les hommes ayant participé à la #LigueDuLol, on voit les deux. Les excuses avec un point à la fin et les « excuses » avec plein de circonvolutions autour.

Ce n’est pas facile de demander pardon. C’est reconnaître qu’on a merdé, qu’on a fait du mal, qu’on a été violent. Ça renvoie une image de soi dégueulasse, qu’on a du mal à accepter. C’est la seule solution pour reconstruire une vie sans violence.

On ne naît pas violent. On le devient. On peut donc ne plus l’être. On peut changer. La première étape est de reconnaître les faits, de demander pardon et de mettre en place des actions pour que les violences ne recommencent jamais.

Est-ce que cela suffit pour les victimes ? Parfois oui, parfois non. Il faut aussi accepter que pour certaines victimes, le pardon n’est pas possible. C’est leur droit. C’est douloureux ? Faites avec.

Le procès #Baupin, les témoignages des victimes de la #LigueDuLol montrent la puissance - encore aujourd’hui - de #MeToo. Nous ne regardons plus les violences de la même manière. Le degré de compréhension du machisme et de sa violence intrinsèque est monté de plusieurs crans.

Cette accélération n’a pas permis d’en finir avec les violences machistes. La banalisation, la méconnaissance des faits, le déni, la tentative de trouver des excuses ailleurs sont encore fréquentes. Très fréquentes.

Les rédactions ne sont pas des espaces protégés. Au contraire. Le sentiment de savoir, d’être des gens biens (puisque exerçant un noble métier), renforce parfois au plus haut sommet de la hiérarchie, l’impunité.

Comment s’en sortir ? En parlant. De manière visible ou anonyme. En faisant appel à une association ou un syndicat. En menant des enquêtes. Les solutions existent. Parler, c’est aussi découvrir l’ampleur des violences.

Cette semaine, j’ai vu deux femmes parler d’un mec harceleur. La première avait été agressée 12 ans auparavant. L’autre l’année passée. La parole a été la première étape vers l’action. Pour que cesse l’impunité (ici d’un haut fonctionnaire)

Plein de courage et de force aux victimes de la #LigueDuLol, celles et ceux qui ont parlé et les autres. Je vois la douleur que c’est de suivre vos témoignages de l’extérieur, je suppose de très loin la violence de ce que vous vivez ces jours-ci. Soutien.

Caroline De Haas

© carolinedehaas

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Comment dire « non au fascisme » est devenu inaudible en Italie
La victoire du post-fascisme n’a surpris personne en Italie, où l’extrême droite s'est installée dans le paysage politique et médiatique depuis des décennies. Le « centre-gauche », impuissant et sans repères, porte une lourde responsabilité dans cette banalisation. Aujourd’hui, seules quelques rares organisations de jeunesse tentent de bousculer l’atonie générale qui s’est emparée de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk