carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2017

Qu’attendez-vous pour nous répondre Monsieur le Président ? #1femmesur2

Dimanche dernier, nous avons lancé un appel au Président de la République pour lui demander de déclencher un plan d’urgence contre les violences sexuelles. Depuis, plus de 120 000 personnes l’ont signé. Et… Rien. Rien du tout. Pas une réponse. Pas une réaction.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

3 millions de femmes en France ont déjà subi – ou subissent encore – du harcèlement sexuel au travail. Chaque jour en France, 1500 femmes sont victimes d’agressions sexuelles et plus de 200 femmes sont violées, dans 90% des cas par une personne de leur entourage. Chaque année, plus de 100 femmes sont tuées sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon.

Nous parlons de violences massives. Qui pèsent à la fois sur les victimes mais au-delà, sur l’ensemble des femmes qui adaptent leurs comportements et leurs ambitions à cause de cette culture des violences sexuelles dans laquelle nous baignons.

Nous avons lancé un appel au Président de la République dimanche dernier. Depuis, plus de 120 000 personnes l’ont signé.

Et… Rien. Rien du tout. Pas une réponse. Pas une réaction.

Comme si ce que vivent au quotidien les femmes dans ce pays, les sifflements, les moqueries, les remarques sur leur physique, leurs habits, les insultes, les agressions, les viols, les coups, n’avait au fond, pas vraiment d’importance.

Je suis sidérée.

Suite à l’apparition sur les réseaux sociaux des hashtags #BalanceTonPorc et #MeToo, je m’étais dit que les choses allaient profondément changer côté politiques publiques. Que plus personne, chef de l’Etat inclus, ne pourrait faire comme si les violences sexuelles étaient un sujet parmi d’autres, qu’on traite deux fois par an, lors des journées mondiales.

Que l’Etat, les collectivités, les acteurs sociaux allaient enfin prendre conscience de l’ampleur de la crise et allait mettre sur la table les moyens conséquents.

J’avais imaginé que le Président de la République allait organiser une conférence de presse spéciale, retransmise en direct sur l’ensemble des chaînes de télé, en présence de l’ensemble des ministres, pour déclarer que notre pays allait en finir avec les violences.

A la suite de cette conférence de presse, sous la responsabilité de la ministre des droits des femmes (qui serait redevenue ministre de plein exercice), l’ensemble des ministères auraient mis en place un plan interne de lutte contre les violences sexuelles dans leur administration et auraient réuni les services pour mener des actions ambitieuses dans leur secteur d’activité.

Le ministre des finances aurait débloqué un fond d’urgence pour permettre à l’ensemble des ministères d’agir.

Le ministre de l’Intérieur aurait déclenché un plan d’urgence de formation de l’ensemble des policiers à l’accueil et la prise en charge des femmes victimes de violences. Sa collègue de la Justice aurait fait pareil. Elle aurait également réuni l’ensemble des magistrat.e.s du Parquet pour leur rappeler la loi et son application.  

La ministre du travail aurait organisé une réunion avec l’ensemble des partenaires sociaux pour en finir avec le harcèlement sexuel au travail : formation, négociation dans les entreprises et protection des femmes dénonçant des violences.

La ministre de la Santé aurait réuni les directeurs et directrices d’hôpitaux pour leur demander comment ils allaient agir contre les violences sexuelles (NB : l’hopital est un des lieux les plus concernés)

Le ministre en charge des associations aurait reçu les associations féministes qui accueillent les femmes victimes et aurait annoncé un doublement de leurs subventions.

La ministre de la Culture aurait réuni l’ensemble des responsables d’institutions culturelles dans son bureau pour leur demander un plan de travail immédiat.

Le ministre de l’Education nationale aurait réuni son administration pour travailler à la mise en place d’un « brevet de la non-violence » sur le modèle de celui passé au collège sur la Sécurité routière. Objectif : 100% des élèves formés au consentement et au respect.

Dans la foulée de cette mobilisation générale, les collectivités locales (certaines sont déjà très engagées), les syndicats, les associations comme les groupes de presse auraient déclenché à leur tour des plans d’actions ambitieux (moyens financiers, formation, communication, dispositifs d’écoute et de prise en charge des victimes).

Un mois après, le Président de la République serait venu parler au journal télévisé d’une grande chaîne pour faire le point et dire à nouveau la mobilisation des pouvoirs publics pour en finir avec les violences. Il aurait alors présenté la campagne nationale de prévention, la première d’une longue série, ayant vocation à percuter les esprits et faire changer les mentalités.

OK, je redescends. Cela n’est pas (encore) arrivé.

C’est compliqué ? Non.

Nous savons faire cela en France. Nous sommes des champions des politiques publiques.

Alors pourquoi ne se passe-t-il rien, ou presque ?

Pourquoi le Président a-t-il laissé la secrétaire d’Etat à l’égalité, qui dispose d’un budget ridicule, seule pour répondre à cette mobilisation sociale sans précédent ? Pourquoi n’a-t-il pas pris 1 demi-journée pour s’intéresser au sujet ?

Je ne sais pas.

Demandez-lui ! http://1femmesur2.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal — États-Unis
Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu
En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.
par Alexis Buisson
Journal — Violences conjugales
Johnny Depp/Amber Heard : un risque que les procès en diffamation sapent #MeToo
Le procès en diffamation qui oppose depuis plusieurs semaines Johnny Depp à son ex-épouse, l’actrice Amber Heard, ne cesse de susciter le malaise. Outre le côté spectacle, la diffamation apparaît ici détournée de son objectif premier. Au risque de bâillonner de potentielles victimes dans d’autres affaires. 
par Patricia Neves
Journal — International
« Sauver l’Amérique », huit ans dans les pas de ceux qui prêchent l’intolérance
Qui sont ces prédicateurs qui tentent d’imposer leur radicalisation religieuse aux États-Unis ? Qui parviennent, alors qu’une majorité d’Américains soutiennent l’IVG, à guider le bras de la Cour suprême dans un projet de décision très défavorable au droit constitutionnel à l’avortement ? Thomas Haley a suivi l’un d’entre eux, filmant ses prêches, ses actions, sa vie de famille. Glaçant.
par Thomas Haley

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier