carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

147 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2017

Qu’attendez-vous pour nous répondre Monsieur le Président ? #1femmesur2

Dimanche dernier, nous avons lancé un appel au Président de la République pour lui demander de déclencher un plan d’urgence contre les violences sexuelles. Depuis, plus de 120 000 personnes l’ont signé. Et… Rien. Rien du tout. Pas une réponse. Pas une réaction.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

3 millions de femmes en France ont déjà subi – ou subissent encore – du harcèlement sexuel au travail. Chaque jour en France, 1500 femmes sont victimes d’agressions sexuelles et plus de 200 femmes sont violées, dans 90% des cas par une personne de leur entourage. Chaque année, plus de 100 femmes sont tuées sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon.

Nous parlons de violences massives. Qui pèsent à la fois sur les victimes mais au-delà, sur l’ensemble des femmes qui adaptent leurs comportements et leurs ambitions à cause de cette culture des violences sexuelles dans laquelle nous baignons.

Nous avons lancé un appel au Président de la République dimanche dernier. Depuis, plus de 120 000 personnes l’ont signé.

Et… Rien. Rien du tout. Pas une réponse. Pas une réaction.

Comme si ce que vivent au quotidien les femmes dans ce pays, les sifflements, les moqueries, les remarques sur leur physique, leurs habits, les insultes, les agressions, les viols, les coups, n’avait au fond, pas vraiment d’importance.

Je suis sidérée.

Suite à l’apparition sur les réseaux sociaux des hashtags #BalanceTonPorc et #MeToo, je m’étais dit que les choses allaient profondément changer côté politiques publiques. Que plus personne, chef de l’Etat inclus, ne pourrait faire comme si les violences sexuelles étaient un sujet parmi d’autres, qu’on traite deux fois par an, lors des journées mondiales.

Que l’Etat, les collectivités, les acteurs sociaux allaient enfin prendre conscience de l’ampleur de la crise et allait mettre sur la table les moyens conséquents.

J’avais imaginé que le Président de la République allait organiser une conférence de presse spéciale, retransmise en direct sur l’ensemble des chaînes de télé, en présence de l’ensemble des ministres, pour déclarer que notre pays allait en finir avec les violences.

A la suite de cette conférence de presse, sous la responsabilité de la ministre des droits des femmes (qui serait redevenue ministre de plein exercice), l’ensemble des ministères auraient mis en place un plan interne de lutte contre les violences sexuelles dans leur administration et auraient réuni les services pour mener des actions ambitieuses dans leur secteur d’activité.

Le ministre des finances aurait débloqué un fond d’urgence pour permettre à l’ensemble des ministères d’agir.

Le ministre de l’Intérieur aurait déclenché un plan d’urgence de formation de l’ensemble des policiers à l’accueil et la prise en charge des femmes victimes de violences. Sa collègue de la Justice aurait fait pareil. Elle aurait également réuni l’ensemble des magistrat.e.s du Parquet pour leur rappeler la loi et son application.  

La ministre du travail aurait organisé une réunion avec l’ensemble des partenaires sociaux pour en finir avec le harcèlement sexuel au travail : formation, négociation dans les entreprises et protection des femmes dénonçant des violences.

La ministre de la Santé aurait réuni les directeurs et directrices d’hôpitaux pour leur demander comment ils allaient agir contre les violences sexuelles (NB : l’hopital est un des lieux les plus concernés)

Le ministre en charge des associations aurait reçu les associations féministes qui accueillent les femmes victimes et aurait annoncé un doublement de leurs subventions.

La ministre de la Culture aurait réuni l’ensemble des responsables d’institutions culturelles dans son bureau pour leur demander un plan de travail immédiat.

Le ministre de l’Education nationale aurait réuni son administration pour travailler à la mise en place d’un « brevet de la non-violence » sur le modèle de celui passé au collège sur la Sécurité routière. Objectif : 100% des élèves formés au consentement et au respect.

Dans la foulée de cette mobilisation générale, les collectivités locales (certaines sont déjà très engagées), les syndicats, les associations comme les groupes de presse auraient déclenché à leur tour des plans d’actions ambitieux (moyens financiers, formation, communication, dispositifs d’écoute et de prise en charge des victimes).

Un mois après, le Président de la République serait venu parler au journal télévisé d’une grande chaîne pour faire le point et dire à nouveau la mobilisation des pouvoirs publics pour en finir avec les violences. Il aurait alors présenté la campagne nationale de prévention, la première d’une longue série, ayant vocation à percuter les esprits et faire changer les mentalités.

OK, je redescends. Cela n’est pas (encore) arrivé.

C’est compliqué ? Non.

Nous savons faire cela en France. Nous sommes des champions des politiques publiques.

Alors pourquoi ne se passe-t-il rien, ou presque ?

Pourquoi le Président a-t-il laissé la secrétaire d’Etat à l’égalité, qui dispose d’un budget ridicule, seule pour répondre à cette mobilisation sociale sans précédent ? Pourquoi n’a-t-il pas pris 1 demi-journée pour s’intéresser au sujet ?

Je ne sais pas.

Demandez-lui ! http://1femmesur2.fr/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é