carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 12 juin 2020

A toi, l'enseignant.e

Merci. Du fond du cœur.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À toi, la maîtresse du grand, qui a mis seulement quelques jours à t’adapter à la crise et nous envoie trois fois par semaine des choses à faire (et les corrections) pour qu’il ne perde pas le fil. Tu pars à la retraite dans quelques jours et tu m'impressionnes.

A toi, la maîtresse de la petite, qui a envoyé plein d'activités pédagogiques et a lancé des concours de tour Kapla entre les enfants pour maintenir le lien.


A toi, l’école qui a organisé un planning impossible pour leur permettre de retourner un jour ou deux à l’école, voir leurs ami.e.s et retrouver les enseignantes. 


A toi, la maîtresse chargée de l’enseignement à distance, qui a envoyé une histoire lue à voix haute lorsque ma fille était hospitalisée.


A toi, la directrice de l’école qui m’a appelé pour me rassurer et avec laquelle on a parlé de vos galères.


A toi, l’autre directrice, qui m’a engueulée le premier jour de rentrée par que j’étais en retard (coeur sur toi).


A toi, enseignante au collège, qui nous raconte comment tu jongles entre ton petit et tes élèves.


A toi, enseignante en primaire, qui nous racontait la stupéfaction devant les annonces contradictoires et incompréhensibles du gouvernement. 


A toi, enseignant à l’université, dont les élèves t’expliquaient qu’ils étaient en fin de forfait et pouvaient pas se connecter au cours en ligne.


A toi, prof en couple avec une enseignante, vivant dans un deux pièces (mais y a le Wifi que dans une des deux).

A vous toutes et tous, qui avez fait comme vous pouviez, avec parfois une connexion internet aléatoire ou un ordinateur vraiment trop vieux.

A vous toutes et tous, qui avez été parents en même temps qu'enseignant.e.s et qui avez du faire l'école à la maison en plus de l'école à distance.

A vous toutes et tous, à qui on a demandé de changer de métier du jour au lendemain, dans une période de stress intense, et qui avez assuré.
 Vous êtes des super-héros et héroïnes.

A toutes celles et ceux aussi qui ont craqué, décroché, lâché prise. Ça arrive. Et c’est pas grave. Prenez soin de vous et revenez en forme.

Je voulais simplement vous dire merci. Je suis tellement choquée des propos entendus ces derniers jours. Tellement en colère.

L’offensive organisée de quelques éditorialistes et du gouvernement contre les enseignant.e.s en dit plus sur eux que sur vous. Cela raconte le mépris qu’ils ont des êtres humains.

Alors je voulais vous le dire : ils ont tort. Nous avons été des millions partout en France à vous voir vous agiter, vous adapter et à vous engager. Je n’oublierai pas.

A vous toutes et tous : merci. Du fond du cœur.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema