carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 avr. 2020

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

«Non, je n’y arrive pas»

Dans les formations que j'anime pour #NousToutes, je demande aux participant.e.s de s'entrainer à poser la question « As-tu été victime de violences ? ». Et parfois, on me répond : « Non, je n’y arrive pas ».

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques jours, j’anime pour #NousToutes des formations sur les violences sexistes et sexuelles et les violences au sein du couple. Ces formations ont lieu en ligne, elles sont gratuites et peuvent accueillir jusqu’à 1000 personnes en même temps. Elles visent à transmettre quelques bases sur la question des violences (si vous voulez vous inscrire, c’est ici.)

Dans la formation, arrive un moment où je demande aux participant.e.s quel est le meilleur moyen de détecter les violences.

Souvent, quand je pose cette question, les gens me disent : « le meilleur outil, ce sont les oreilles, pour écouter la parole ». C’est vrai, bon outil. Ce n’est pas le meilleur. Ensuite les gens me disent souvent « Les yeux ? On peut observer le comportement de la personne ou des traces de coups ». C’est vrai, bon outil aussi. Ce n’est pas le meilleur.

 Le meilleur outil, c’est la bouche.

Celui qui permet de poser la question : « est-ce que tu es ou as été victime de violences ». A ce moment-là, en général, y a un blanc. Les gens se regardent, hésitent. « Poser la question, vous voulez dire ... euh ... directement ? »

Oui. C’est exactement ce que je veux dire. Directement.

Tout de suite, quand je dis ça, je reçois (dans le tchat de la formation en ligne) plein de messages me disant : « C’est cette question qui m’a sauvé la vie », « C’est quand on m’a posé la question que j’ai compris ».

Parce que poser la question de manière systématique, dès qu’on est dans un cadre confidentiel (RDV médical, entretien annuel au travail ou discussion avec une amie) est le meilleur moyen de détecter les violences.

Plusieurs personnes, sur tchat me disent que ça paraît un peu direct comme question. Je leur réponds toujours : essayez. Vous verrez.

Et je fais donc un petit exercice. Je leur demande de répéter après moi.

« Bonjour, as-tu déjà été victime de violence dans ta vie ? ».

« Bonjour, as-tu déjà été victime de violence dans ta vie ? ».

Et je leur demande : « C’est bon, vous y arrivez ? Oui ? Super. Donc ça marche, vous pouvez poser la question. ».

Dans mes formations en présentiel (dans une salle avec 10 à 15 personnes), ça fonctionne à tous les coups. Les gens répètent docilement puis rigolent quand je leur dis qu’ils n’ont donc pas de contre-indication pour poser la question. C’est un élément essentiel de nos formations. La détection systématique est le meilleur outil à notre disposition pour détecter et donc faire cesser les violences. 

Dans les formations en ligne, c’est différent. Pour la première fois de ma vie, quand j’ai dit aux centaines de personnes qui suivaient la formation « C’est bon, vous avez réussi à poser la question ? », plusieurs m’ont dit « Non, je n’y arrive pas ».

« Non, je n’y arrive pas ». Il y a un truc qui a craqué en moi. Un petit coup, entre le cœur et l’estomac.

Ce « Non, je n’y arrive pas », ce n’était pas un problème technique. C’était des personnes tellement abîmées par des violences qu’elles n’arrivaient pas à prononcer ces mots.

J’ai tout de suite dit que c’était chacun et chacune à son rythme. Et que si prononcer ces mots était trop douloureux, c’était peut-être le signal qu’on avait besoin d’un coup de main. Et qu’on pouvait trouver plein de contacts dans la liste de ressources réalisée par #NousToutes.

« Non, je n’y arrive pas »

Je voudrais dire à toutes celles qui se débattent aujourd’hui et qui se débattront demain avec des histoires de violences lourdes, fatigantes, envahissantes : je vous crois, vous êtes des héroïnes, vous n’y êtes pour rien, c’est grave et interdit ce qu’il vous a fait, on peut vous aider si vous voulez.

Vous allez voir, un jour, vous y arriverez. Aujourd'hui, ça vous paraît improbable ? Peut-être. Mais vous allez croiser des gens incroyables qui vous permettront de vous reconstruire, de vous aimer et d’aimer d’autres, de rire. Les violences feront toujours partie de nous. C’est pour la vie. Mais on peut avancer, rire, chanter, danser, aimer. Malgré elles.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol