carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2015

Liberté, égalité, mais pas trop quand même…

Hier soir, les trolls étaient de sortie sur Twitter (comme souvent me direz-vous). Le problème ? Un tweet soulignant que dans les pages débats du Monde, comme d’ailleurs dans la plupart des débats organisés depuis vendredi, les femmes étaient bizarrement absentes*.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Hier soir, les trolls étaient de sortie sur Twitter (comme souvent me direz-vous). Le problème ? Un tweet soulignant que dans les pages débats du Monde, comme d’ailleurs dans la plupart des débats organisés depuis vendredi, les femmes étaient bizarrement absentes*.

La reprise du Tweet, accompagné d’une remarque méprisante, par une chroniqueuse du Figaro a déclenché un torrent d’injures. Les arguments, quand on arrivait à les discerner au milieu des fautes d’orthographes, ressemblaient à ça : « on a d’autres priorités », « vous n’avez pas autre chose à faire », etc…

Un instant, j’ai douté. J’ai failli retirer le tweet, me laissant gagner par cette idée que face à l’horreur et à la crise, il fallait faire profil bas et reporter les questions d’égalité à plus tard.

Mais il y a un problème dans ce raisonnement. Le même que lorsque qu’on nous intime de ne pas critiquer les choix sécuritaires du Président. Parce que, vous comprenez, face à l’horreur et la crise, la question de nos libertés individuelles paraîtrait bien anecdotique.

Comment pouvons-nous vendredi, expliquer partout que ce sont nos valeurs, la liberté et l’égalité qui ont été attaquées et, 48 heures plus tard, expliquer que ces valeurs n’ont plus d’importance ? Comment pouvons-nous croire un seul instant que c’est en mettant ces valeurs sous le tapis que nous réussirons à sortir de la crise ?

La liberté et l’égalité ne sont pas des anecdotes. Ce ne sont pas des suppléments d’âme qu’on peut se payer quand tout va bien. Ce sont des piliers fondamentaux de nos sociétés, sans lesquels nous n’avons aucune chance de faire reculer le terrorisme

C’est parce que ces valeurs dérangent qu’elles sont attaquées. Vous l’avez écrit partout depuis vendredi, vous avez déjà oublié ?

C'est justement dans ces périodes de crise, d’horreur, de douleur qu’elles sont particulièrement fragiles. C'est dans les périodes de crises que les libertés publiques reculent. C'est dans les périodes de crises que l'égalité entre les sexes marque un arrêt. C'est dans les périodes de crise que le racisme repart à la hausse**. 

Je refuse l’injonction qui m’est faite à cesser de penser ou de critiquer. J’affirme mon droit fondamental à comprendre les actions menées en mon nom. J’affirme mon droit fondamental de ne pas être d’accord et à le dire. J’affirme mon droit fondamental à défendre la liberté et l’égalité, même quand je suis bouleversée, triste et en colère. 

Parce que sinon, ils auront encore marqué un point.

Caroline De Haas

Militante de gauche, féministe 

* Nous avons été nombreux et nombreuses à le remarquer (voir par exemple Dominique Bouissou ici, Marie Cervetti ici, ou encore Alice Coffin ici).

** Les actes islamophobes se multiplient depuis vendredi (voir ici)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart