carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

2 Éditions

Billet de blog 18 oct. 2019

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

361 millions d'euros «supplémentaires» contre les violences ? Non, pas vraiment

Marlène Schiappa a annoncé débloquer 361 millions d’euros « supplémentaires » en 2020 contre les violences sexistes et sexuelles. Je suis allée regarder en détail.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un document transmis aux journalistes cette semaine, Marlène Schiappa présente le détail de ces 361,5 millions d’euros « supplémentaires » mobilisés contre les violences.

Je suis allée regarder, pour chacune des lignes, si elle correspondait à des dépenses supplémentaires par rapport à 2019 (ou pas). Chaque n° de programme correspond à un budget. Le détail de chaque budget peut être retrouvé sur le site du ministère des finances.

Prenons les programmes dans l’ordre. Le programme 137, celui qui correspond au budget du Secrétariat d’Etat. Il ne bouge pas d’un iota. Toutes les mesures prévues existent déjà en 2019 (et l’année d’avant). Aucune nouvelle dépense sur ce budget en faveur de la lutte contre les violences.

Concernant le programme 129, qui concerne la communication gouvernementale, Marlène Schiappa indique 2 millions pour 2020 (elle précise qu’il s’agit d’une estimation). Cette dépense n’est pas nouvelle. En fait, elle baisse. En 2018, le gouvernement avait lancé une campagne de communication de 4 millions d’euros.

Sur le programme 124, qui concerne le coût des personnels qui travaillent sur l’égalité et les violences,  le budget est en baisse. On passe de 179 agent.e.s à 161 (voir ici).

Oui, il n’y a que 161 personnes dans qui travaillent au service des droits des femmes du gouvernement français. Moins de personnels = automatiquement moins de temps consacré à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles dans les régions comme au niveau national.

Le programme 177, sur l’hébergement, est … intéressant (sic). La ministre prévoit de passer de 77,3 millions (estimés en 2019) à 90 millions. Problème : les 77,3 millions de 2019 calculés en tenant compte de la création de 530 places d’hébergement. Places d’hébergement dont aucune structure n’a vu la couleur. On pense qu’ils ont calculé les 90 millions en faisant une estimation à partir des nouvelles places annoncées en 2020 (250 places d’hébergement d’urgence et 750 places via l’allocation de logement temporaire). Si ces places sont aussi réelles que celles de 2019, ça devrait pas coûter très cher à l’État. J’ai quand même décidé de croire la ministre (oui, je suis comme ça). Et de compter que le programme 177 augmenterait bien de 12,7 millions d’euros, comme indiqué sur son document.

Sur le programme 101, qui correspond à la Justice, on trouve dans le DPT 2019 la trace des montants existants l’an dernier. On était à 7,4 millions. L’augmentation est donc de 2 millions.

Sur le programme 107, concernant les stages de responsabilisation, la ministre prévoit l’organisation de 54 stages. En 2016, il y en a eu 67. On est donc en baisse.

Le plus gros du budget est composé des programmes 152 (police) et 176 (gendarmerie). 221,6 millions d’euros. Les mesures sont détaillées ici. Elles existent depuis 1 an (plateforme en ligne) ou depuis 12 ans comme les psychologues en gendarmerie. Cette histoire de psychologues est par ailleurs juste énorme. Marlène Schiappa a déclaré que le gouvernement allait « recruter » 73 psychologues. Ils sont déjà là. Depuis 2007.

« Le ministre de l’Intérieur a lancé le recrutement de 73 psychologues ». Je vous assure que je ne m’en remets pas.

Sur le programme 216, qui concerne le Fond pour la prévention de la délinquance, on passe de 9 à 11,2 millions d’euros. + 2,2 millions d’euros. J’explique ici pourquoi compter intégralement ce budget comme « prévention contre les violences sexuelles » est malhonnête.

Récapitulons. On augmente de 12,7 millions l’hébergement (estimation), de 2,4 millions les mesures «  justice » et de 2,2 millions la prévention de la délinquance. Total : 17,3 millions d’euros de nouvelles mesures. Sur 361,5 millions.

Cela fait… 5% de nouvelles dépenses. 5%. Le gouvernement a donc décidé de reproduire quasiment à l’identique les mesures menées l’an dernier. Avec le succès que l’on connait (121 féminicides recensé à ce jour par le collectif Féminicides par compagnon ou ex)

Comment Emmanuel Macron peut-il dire qu’il fait de la lutte contre les violences une priorité s’il ne fait que reproduire les mêmes politiques avec les mêmes moyens ? Ces politiques n’ont pas suffit en 2019,  elles ne suffiront pas en 2020.

Et nous, Monsieur le Président, nous continuerons à compter. En attendant que vous vous décidiez à changer d'échelle. Et à débloquer les moyens suffisants.

Caroline De Haas, militante féministe

----

Retrouvez l'analyse du budget global dédié à l'égalité ici

© carolinedehaas

RDV samedi 23 novembre, à Paris, pour une marche nationale contre les violences sexuelles. Inscrivez-vous sur http://noustoutes.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez