carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 avr. 2016

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

De l’utilité de la non-mixité dans le militantisme

Depuis quelques jours, la décision de la commission féminisme de Nuit Debout d’organiser des réunions non-mixtes fait débat. Elle rencontre même de franches oppositions, voire de l’agressivité. C'est pourtant un outil indispensable pour notamment permettre la prise de parole des femmes, lutter contre le sexisme et les discriminations.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Intéressant de noter que quand 15 ou 20 femmes décident de se réunir entre elles, le nombre de tweets et de papiers que cela peut déclencher. Il se passe chaque jour à la surface de la planète des centaines de réunions politiques, syndicales, professionnelles composées à 100% d’hommes sans que cela ne froisse personne.)

Lorsque nous avons créé l’association Osez le féminisme, en 2009, nous nous sommes posées la question de la non-mixité. Nous y avons assez vite répondu par la négative. Je me rappelle qu’à l’époque, on se disait : « les choses ont changé depuis les années 70, les rapports sociaux ont évolués et aujourd’hui, on peut construire l’égalité dans un espace mixte ». Ha ha ha ha.

Cela nous a pris 6 mois pour comprendre.

C’est notamment la médiatisation de l’association qui nous a fait percuter que la mixité, même dans un mouvement féministe, ne garantissait pas l’égalité.

Lorsque des premiers articles ont été écrits sur le mouvement, les journalistes nous demandaient quasiment à chaque fois « Et, vous avez des hommes ? ». Quand nous répondions par l’affirmative, les journalistes insistaient pour les interviewer. Un peu comme si le fait d’avoir des hommes rendait l’association plus légitime.

Un soir, j’étais absente d’une réunion des sympathisant.e.s. Une télé était venue filmer la réunion. J’appelle les copines dans la soirée pour savoir comment cela s’est passé. « C’était super, beaucoup de monde. Par contre, il y a 3 mecs qu ont monopolisé la parole ». C’était la première fois que des caméras s’invitaient à une de nos réunions. Et c’était la première fois qu’on remarquait une inégalité dans la prise de parole. Le mois d’après, lors de la réunion suivante, je me cale dans un coin de la salle avec mon cahier. Et je compte. Le nombre de prises de parole de femmes, d’hommes et leur temps de parole respectif. Les interventions étaient toutes limitées à 3 minutes par personne. Dans la salle, une centaine de personnes, 85% de femmes. A la fin de la rencontre, 33% des femmes présentes et 45% des hommes présents avaient pris la parole. Les femmes avaient parlé en moyenne 2 minutes, les hommes 4 minutes. Dans une réunion féministe, avec 85% de femmes, nous reproduisions les inégalités dans la prise de parole. 

Alors, me direz-vous ? Est-ce grave de ne pas avoir le même temps de parole ? Hum… Observez dans n’importe quel espace social comment se conquiert le pouvoir. Comment progressent les carrières. Comment naissent les responsables politiques, économiques, sociaux ou culturels. Par la parole. Donc oui, l’accès à la parole est déterminant. Sans accès à la parole, c’est plus difficile d’organiser sa pensée, de la confronter, de progresser, de prendre des responsabilités.

On entend depuis quelques jours « mais c'est grave, vous inversez la discrimination ». Sérieusement. Vous comparez une réunion d’une durée limitée, rassemblant un nombre restreint de personnes à un système politique, économique, social dans lequel nous vivons chaque jour ?

Oui, chaque jour. Nous vivons dans une société dans laquelle on nous rappelle systématiquement (ou de manière systémique) que nous sommes des femmes. On cherche un boulot ? On monte dans un bus ? On se promène dans la rue ? On ouvre un magazine ? On discute avec les parents lors d’un repas ? On regarde un film ? On joue à un jeu vidéo ? On veut avoir un enfant ? On ne veut pas en avoir ? On veut faire de la politique ? On demande une augmentation de salaire ? Bref. Tout le temps. Partout. Ce monde nous envoie un message clair : vous êtes des femmes. Et ce message n’est pas positif. 

Alors si on peut créer des espaces d’échange, de dialogue, de partage des expériences et de la pratique, pour en parler et trouver un moyen de sortir de cette situation, c'est tant mieux. Comme le souligne à juste titre Crêpe Georgette dans un article sur le sujet, lorsqu'on fait des réunions mixtes sur l'égalité ou le féminisme, on passe une bonne partie de la réunion à expliquer pourquoi il y a encore besoin de se battre. 

Il y a quelques années, toujours à Osez le féminisme, nous avons eu une réunion sur les violences sexistes et sexuelles. Il n’y avait, c’était un hasard, que des femmes. Au cours de la réunion, des témoignages sont apparus. Des femmes, qui n’avait jamais parlé, ont pris la parole. En ce qui me concerne, c’est la première fois que j’ai parlé en public du fait qu’un homme m’avait violée.

Le cadre non-mixte permet entre autres de participer à lever la chape de plomb des violences sexistes et sexuelles que nous subissons. Et ce n’est pas rien.

Ce dérange ? C’est normal. Que des personnes discriminées, victimes de violences, s’organisent entre elles pour trouver un moyen de changer la société, ça ne s’est jamais fait sans déranger. Tant mieux. C’est sans doute que nous avons touché juste.

Caroline De Haas, militante féministe

NB : quelques journalistes se sont émus sur les réseaux sociaux de l’organisation d’un camp d’été non-mixte, ouvert uniquement aux personnes non-blanches. Remplacez le mot « femme » par « noir.e » dans ce texte. C’est le même mécanisme. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes