carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

154 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 avr. 2022

Voter Macron - 5 arguments pour convaincre

Sans culpabiliser ses proches.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 24 avril, je vais voter Emmanuel Macron. (Je sais, ça saoule).

Voici les arguments que j'utilise pour essayer de convaincre mes proches de faire pareil.

D'abord, je sais que la situation est (très) pourrie. Voter pour un responsable politique qui pendant 5 ans a méthodiquement et sciemment participé à la montée de l'extrême-droite, du racisme, de l'islamophobie et accentué la dérive sécuritaire du pays, il y a de quoi péter un plomb.

Ensuite, voici les arguments que je n'utilise pas :

  • Si on vote pour lui en lui mettant la pression, il ne fera pas sa réforme des retraites. (Ne rêvez pas, si on bloque la réforme des retraites ça sera dans la rue et à l'Assemblée).
  • Il a dit que l'égalité serait encore la grande cause du quinquennat. (LOL)
  • Il a dit qu'il allait faire des trucs écolos. (re-LOL)

Argument n°1

Fermez les yeux. Imaginez-vous dimanche 24 avril au soir.

20h. Le visage de Marine Le Pen apparaît à la télé. Elle peut gagner. Pour de vrai.

Je ne pourrais pas me lever le lendemain et me dire que j'ai pas fait tout ce que je pouvais pour empêcher que Marine Le Pen soit élue. Même si c'est juste mon vote.

Marine Le Pen élue, c'est un programme fasciste, raciste, anti-féministe qui se met en place. C'est un programme de ségrégation. C'est Zemmour ou ses proches au gouvernement. Ce sont des néo-nazis à l'Elysée et sans doute à l'Assemblée. Avec l'extrême-droite au pouvoir, le niveau de violence raciste ou sexiste montera encore, impactant directement la vie de millions de personnes.

Je voterai Macron pour empêcher cela.

Argument n°2

Le pourcentage de voix de Marine Le Pen peut avoir un impact direct sur la vie de millions de personnes. Ce n'est pas seulement une question de victoire potentielle. C'est aussi une question de combien elle fait dimanche. 40%, 45%, plus ? Ce n'est pas pareil.

En fonction de son score, l'influence de ses idées, le sentiment de puissance des militant·e·s d'extrême-droite sera décuplé (et leur impunité avec). Chaque voix donnée à Macron fait baisser le score de Marine Le Pen.

Sur l'argument : "Macron va gagner, il n'a pas besoin de ma voix". Je préfère qu'il ait une voix de trop plutôt qu'il perde d'une voix. 

Argument n°3

Je veux continuer à pouvoir lutter. Pendant 5 ans, j'ai milité, manifesté. J'ai critiqué le gouvernement. J'ai pu m'exprimer autant que je voulais pour dire nos désaccords, nos déceptions, nos colères. Avec Marine Le Pen au pouvoir, je ne sais pas si cela sera possible.

Macron nous a tellement préparé à un basculement autoritaire que j'ai peur qu'avec les fachos au pouvoir, la machine de l'Etat se mettre au service de Le Pen en deux minutes chrono. Chaque voix donnée à Macron me permet de garder la possibilité de lutter.

Argument n°4

Je veux un maximum de député·e·s de gauche et écolos à l'Assemblée. Les député·e·s seront un outil - parmi d'autres - de résistance dans les années qui viennent. Si Le Pen arrive à l'Elysée, ce sera beaucoup plus difficile pour nous aux législatives. La gauche sera choquée, démobilisée et noyée avec la droite dans l'opposition. Je ne vois pas comment on fait des législatives un 3ème tour si le pays est dirigé par l'extrême-droite.

Argument n°5

Je veux qu'on gagne en 2027 pour changer radicalement nos vies. Si Marine Le Pen est élue, on va rentrer dans une période tellement sombre, triste, violente. Ce sera super difficile de construire de l'espoir, de l'enthousiasme et donc de faire de la politique.

J'ai reçu un SMS qui explique que tactiquement c'est mieux Le Pen à l'Elysée parce que ça permet que plus de gens soient en colère et donc se révoltent. Je suis tellement en désaccord. Les fascistes au pouvoir, c'est moins de libertés, plus de répressions, moins de mouvements sociaux.

Mettre Macron à l'Elysée, c'est se donner la possibilité de préparer la suite dans de moins pires conditions. (C'est pas super funky certes mais c'est mieux que le pire.)

Pour finir, si vous avez des gens dans votre entourage qui parlent de voter Le Pen par colère ou dépit, ça vaut le coup de regarder l'extrême-droite en face avec eux.

Marine Le Pen est une fasciste, elle est raciste, anti-féministe et socialement dangereuse. On peut pas faire comme si on savait pas. Son programme est public, elle l'assume : c'est le racisme constitutionnalisé, des droits sociaux supprimés pour des millions de personnes, l'interdiction du voile dans l'espace public et la présomption de légitime défense pour les policiers mis en cause pour des faits de violences.

Prenez soin de vous.

Caroline De Haas, militante féministe

Retrouvez ces 5 arguments sur Instagram.

D'autres ressources :

Regarder l'extrême-droite en face, par Esther Reporter.

Le post de Fiona Schmidt.

La vidéo de Usul

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement