carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 juil. 2011

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Martine Aubry remet les droits des femmes sur le devant de la scène politique

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’attention des journalistes a été attirée ces dernières semaines par une très forte mobilisation contre le sexisme dans les jours qui ont suivi l’arrestation du directeur du FMI. Cette expression n’avait pas pour objet de commenter ce qui s’est passé ou non à New York – tant que la justice n’a pas tranché, personne ne peut le dire – mais bien d’en finir avec le déferlement de propos misogynes, privés ou publics, que certains estiment appartenir à une soi-disant « culture gauloise ».

Contrairement à ce que pensent ces éditorialistes et commentateurs que le sujet n’a jamais vraiment passionné, il n’a pas fallu attendre ce mois de mai pour que l’égalité femmes-hommes fasse irruption dans le débat public. Plusieurs mobilisations ont largement œuvré depuis deux ans à faire des droits des femmes un sujet central pour les citoyennes et les citoyens.

En 2009, le gouvernement tente de supprimer les crédits publics alloués au Planning Familial. 150 000 personnes signent une pétition lancée par l’association. Le gouvernement recule. Des milliers de Françaises et de Français prennent conscience que les conquêtes féministes, notamment celles des années 70, ne sont pas acquises. Dans la foulée, plusieurs associations et magazines féministes se lancent et attirent des jeunes femmes et hommes pressés d’en finir avec les inégalités. En 2010, une mobilisation sociale immense refuse la réforme des retraites proposée par la droite. Dans tous les cortèges, les millions de manifestantes et de manifestants reprennent les slogans féministes et mettent au cœur de leurs revendications l’égalité professionnelle. En effet, les femmes retraitées touchent en moyenne 40% de moins que les hommes et aucune mesure dans le texte ne prévoit de s’attaquer sérieusement à cette injustice.

Les temps changent. Alors qu’on entendait souvent que le féminisme était démodé, alors que les combats pour l’égalité femmes – hommes semblaient appartenir au passé, nous avons vu ressurgir une aspiration profonde à l’égalité et un ras-le-bol général de voir les femmes discriminées en raison de leur sexe.

Les féministes, les femmes et l’égalité se sont donc invitées dans l’espace public. Et, en vue de l’élection présidentielle de 2012, elles ont bien l’intention d’y rester. Il n’existe aucune illusion dans les mouvements féministes sur la capacité de la droite à faire progresser la société sur ce terrain. Qu’il s’agisse des retraites, de l’accès à l’avortement ou encore du service public de la petite enfance, la droite n’a fait que casser les protections collectives et les droits des femmes.

L’exigence d’égalité s’adresse à la gauche. C’est de là que pourra venir le changement. Parce qu’elle a toujours combattu pour l’émancipation des individus, la gauche peut porter le flambeau féministe et offrir un débouché à toutes les mobilisations en faveur des droits des femmes. Encore faut-il qu’elle en ait la volonté. Et si elle a par le passé, beaucoup œuvré pour faire avancer l’égalité, force est de constater qu’il reste beaucoup à faire. En France, 80% des travailleurs précaires sont des femmes, les différences de salaire s’élèvent à 27%, 80% des tâches ménagères sont effectuées par les femmes, nous n’avons que 18,5% de femmes à l’Assemblée Nationale. Si nous voulons que toute la société change, cela passera donc forcément par des mesures ambitieuses pour l’égalité femmes – hommes. Tant qu’une moitié de l’humanité n’aura pas les mêmes droits que l’autre, c’est toute la société qu’on empêchera d’avancer.

C’est pour cette raison que de nombreuses militantes féministes ont choisi de s’engager auprès de Martine Aubry dans la primaire citoyenne qu’organise le Parti socialiste. En plaçant la question sociale au cœur du projet des socialistes, elle est la candidate qui s’engage pour des avancées collectives qui feront progresser les droits des femmes et donc les droits de tous. En proposant que l’égalité entre les sexes soit au cœur de son projet, en s’engageant contre le temps partiel ou pour l’ouverture de places en crèche, elle affiche sa volonté de passer des textes à la réalité. Martine Aubry est une des dirigeantes de gauche qui fait la question de l’égalité femmes – homme non pas une simple question de société mais un axe prioritaire de toutes les politiques sociales.

Enfin, comme elle l’a affirmé face à la crise grecque cette semaine en rassemblant tous les leaders de la gauche européenne, Martine Aubry propose de remettre l’action politique au service de l’intérêt général et refuse que les décisions prises soient dictées par des intérêts privés. Ce sont des conditions indispensables pour que les droits des femmes avancent, en France, en Europe et dans le monde.

Caroline De Haas, chargée, avec Françoise Héritier, des Droits des femmes dans l’équipe de campagne de Martine Aubry

Retrouvez l'article en anglais sur le site de The Guardian : http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2011/jul/21/france-women-rights-martine-aubry

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano