carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

152 Billets

2 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2013

Le mâle blanc dominant est encore vivant, il est (notamment) à Libération !

Ce matin encore, Libération a fait preuve d’une intrépide originalité en publiant un article à la gloire du mâle blanc dominant. En ce début de XXIème siècle, on s’attendrait éventuellement à trouver ce type de billets dans Valeurs Actuelles ou des torchons du même acabit.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin encore, Libération a fait preuve d’une intrépide originalité en publiant un article à la gloire du mâle blanc dominant. En ce début de XXIème siècle, on s’attendrait éventuellement à trouver ce type de billets dans Valeurs Actuelles ou des torchons du même acabit. Non, c’est un quotidien dit « progressiste » qui ce matin ouvre ses colonnes à Luc Le Vaillant pour lui laisser vomir sa bile misogyne et réactionnaire (voir ici, version abonné-es).

Ce n’est pas la première fois que ce monsieur se distingue : il avait déjà, l’an dernier, volé au secours d’Ivan Levaï quand celui-ci avait expliqué que pour violer une femme, il fallait un couteau (pour rappel, la définition du viol, qui ne mentionne pas d’arme, quelle qu’elle soit).

L’auteur est manifestement resté bloqué au XIXème siècle, un siècle où les termes de libération et d’émancipation des femmes, de libération sexuelle et d’égalité ne faisaient pas partie du vocabulaire courant ni de nos grilles d’analyses. Depuis les choses ont un peu changé mais Luc Le Vaillant a du rater un épisode. Nous sommes en 2013, les femmes ont le droit de vote (si, si) et les politiques publiques s’occupent de nos vies privées. C’est vrai par exemple lorsqu’il y a un enjeu de santé publique (l’usage du préservatif) ou lorsqu’il y a un enjeu de protection des individus (le viol conjugal se passe dans l’espace privé, il est pourtant interdit – certes, depuis 1992 seulement, on ne peut pas en vouloir à Luc Le Vaillant, c’est un événement assez récent). "Le privé est politique" disaient les féministes engagées dans les années 70. Oui. Parce que les mécanismes de domination, les inégalités, les violences ne s'arrêtent pas aux portes d'entrées de nos maisons. Les pouvoirs publics ont donc fixé des règles, légiféré, éduqué, même lorsqu'il s'agissait de thématiques ayant trait à la vie privé.

On ne peut pas tout mélanger me direz-vous. Le préservatif et les violences faites aux femmes sont des sujets légitimes, c’est normal que les pouvoirs publics s’y intéressent. La prostitution, c’est différent.

Ah bon ? Le fait qu’il y ait en France des dizaines de milliers de personnes, en majorité des femmes, étrangères, souvent sans-papiers, qui soient victimes de la traite et exploitées à des fins de prostitution, ce n’est pas un problème ? Ce n’est pas un enjeu des politiques publiques ? Ce n’est pas l’affaire de ceux, en immense majorité des hommes (voir leurs témoignages), qui en achetant un rapport sexuel, financent ces réseaux et sont de fait complices de l’exploitation, les viols, les tortures que subissent ou qu'ont subi de nombreuses des personnes prostituées ?

Vraisemblablement, tout cela fait beaucoup rire Luc Le Vaillant. Et sans doute la rédaction de Libération qui continue à publier ses billets, même quand ceux-ci s’en prennent à la vie privée d’une responsable politique. Le fait que la légalisation de la prostitution en Allemagne, Espagne ou aux Pays-Bas ait entrainé une explosion de l’exploitation et de la précarité des personnes prostituées ne leur pose pas question. Le fait que des organisations de jeunesse, des dizaines d’associations de terrain qui accueillent chaque jour des femmes victimes de violence, notamment des personnes prostituées ou encore des survivantes de la prostitution s’engagent et prennent la parole pour l’abolition du système prostitueur ne leur semble pas digne d'intérêt. Enfermés dans leurs vieilles représentations moisies, ils n'entendent rien et ne voient pas le monde bouger sous leurs pieds.

Quand les générations futures se pencheront sur nos archives, elles analyseront sans doute ces documents historiques comme les ultimes sursauts d’une classe dominante voulant préserver à tout prix ses privilèges, parmi lesquels celui d’acheter le corps d’une femme quand bon leur semble, de siffler une femme députée à l’Assemblée Nationale ou encore de publier des vidéos expliquant comme agresser sexuellement une femme dans la rue.

Sans doute alors ils classeront ces mâles en fin de règne dans la même case que les hommes préhistoriques. Cela leur va comme un gant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat