carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 28 nov. 2019

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

#NousToutes

A Paris et partout en France, nous sommes descendu.e.s par dizaines de milliers dans les rues pour dire notre colère, notre refus des violences sexistes et sexuelles.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis samedi dernier, dans ma tête, tournent en boucle les images de la marche #NousToutes.

Je revois la place de l’Opéra bondée de laquelle j’ai eu du mal à m’extraire pour rejoindre la tête de la manif. Mon téléphone qui sonne à 14h04 : « c’est la Préfecture de police. La place de l’Opéra est saturée. Il faut démarrer là ». J’entends à nouveau les slogans, les cris, les chants. Je ressens à nouveau la joie, la colère, la détermination. Je revois République entièrement violette et la foule dansant. Des dizaines adolescentes démarrer en trombe pour rejoindre le camion lorsque la sono lance Aya Nakamura. Je revois le visage d’une inconnue sur le bord du cortège, qui pleurait très doucement en regardant la foule. Le sourire des copines quand Amel Bent a chanté « viser la lune » à Nation. Je revois les journalistes me dire : « C’est énorme non ? ».

(Photo : F. Chevojon pour NousToutes)

Oui, c’est énorme. C’était énorme.

A Paris et partout en France, nous sommes descendu.e.s par dizaines de milliers dans les rues pour dire notre colère, notre refus des violences sexistes et sexuelles. Nous avons clamé, chanté, danser notre refus des oppressions. Nous avons dit notre refus du racisme, de la lesbophobie, de la transphobie, des discriminations que subissent les femmes en situation de handicap, de l’islamophobie et de l’antisémitisme. Nous avons affirmé notre exigence d’un monde dans lequel nous pourrions être pleinement libres d’aller et de venir. D’être en sécurité. D’être respectées. De respirer. De vivre comme bon nous semble.

Cette marche laissera des traces. D’abord par les mois de préparation qui ont précédé. Depuis juillet dernier, nous avons recruté des milliers d’activistes. Nous nous sommes formées. Nous avons ensemble, pendant des semaines, diffusé des flyers, animé des réunions, organisé des actions, parlé dans les médias des violences sexistes et sexuelles. Nous avons participé à faire de ce sujet un thème de discussion dans les repas de famille ou à la machine à café. Nous avons, peu à peu, fait monter le niveau de conscience. Chaque flyer diffusé, chaque discussion lancée sur le sujet, chaque argument avancé, chaque groupe WhatsApp créé a attaqué un peu l’énorme bloc de granit de l’ignorance et des violences.

Cette marche laissera des traces. J’ai vécu ce samedi 23 novembre comme un moment formidable de prise de pouvoir. A la fois individuelle et collective. Une prise de pouvoir individuelle car elle a été l’occasion d’être. D’exister. De chanter. De danser. De rire. De pleurer. D’occuper la rue. D'être entourée d’une foule bienveillante et joyeuse. Ce sentiment d'avoir pu être totalement soit même, au milieu de personnes de tous âges, de tous horizons, qui partageaient la même colère, est une ressource infinie de joie.

Une prise de pouvoir collective aussi. Nous avons fait bloc. Une masse immense de féministes affirmant leur droit fondamental à vivre sans être victimes de violences. A 20h, nous sommes rentrées dans toutes les maisons. Nous avons dit que nous allions en finir avec les violences. Nous avons dit à toutes les femmes victimes que nous étions à leur côtés. Nous avons dit à ceux qui harcèlent, agressent ou violent d’arrêter.

Les slogans, les pancartes, les chants : tout disait, derrière la volonté d’en finir avec des violences sexistes et sexuelles, le refus de l’ensemble des oppressions. Tout disait qu’on ne pouvait penser la fin des violences sexistes et sexuelles sans penser la fin de la société telle que nous la connaissons avec ses violences économiques, sociales, racistes ou politiques.

Cette marche laissera des traces. Elle a créé des dynamiques qui vont durer, perdurer. La rue respirait les rencontres, la solidarité, le courage. Il y aura des traces dans notre imaginaire collectif (« tu y étais ? ») mais au-delà dans l’imaginaire de notre pays et des mouvements féministes. En fabriquant un bout d’histoire, un morceau de la lutte des femmes pour leur émancipation, cette marche #NousToutes participe de fait à faire bouger le rapport de force.

Alors oui. Cette marche n’aura pas suffit à déclencher un plan national d’urgence contre les violences sexistes et sexuelles. Le gouvernement a d’autres priorités. Est-ce une surprise ? Pas vraiment.

Le gouvernement ne veut pas changer de cap. Nous le ferons à sa place.

Nous irons dans chaque entreprise, chaque administration, chaque université, chaque quartier, chaque coin de rue. Nous interviendrons dans chacun de nos repas de famille et chaque échange à la machine à café. Nous éduquerons nos fils. Nous protègerons nos filles. Nous interpellerons nos frères, nos pères et nos amis. Nous soutiendrons nos cousines, nos grands-mères et nos collègues.

Nous ne lâcherons rien. Aucun commissariat, aucun palais de justice, aucun article de presse. A chaque fois que vous banaliserez les violences, que vous blâmerez les victimes, que vous mettrez en doute la réalité de ce que nous vivons, à chaque fois, vous nous trouverez sur votre chemin.

Nous le disons à ceux et celles qui veulent nous faire taire : si vous humiliez l’une d’entre nous, nous serons 10 à nous lever autour d’elle. Si vous harcelez l’une d’entre nous, nous serons 100 à reprendre ses mots. Rien ne pourra nous arrêter.

Nous allons, pas à pas, faire monter le niveau de conscience de ce pays et le transformer. Nous allons, pas à pas, faire cesser les violences autour de nous. Puis autour de nos ami.e.s. Puis autour des ami.e.s de nos ami.e.s. Et ainsi de suite.

Nous sommes #NousToutes. Nous sommes un mouvement que rien ne pourra arrêter.

Rejoignez-nous ! http://noustoutes.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel