carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2014

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Congé parental : plus c'est gros...

Problème : comment justifier les 300 millions d'économies budgétaires qui seront réalisées en rabotant le congé parental ? Réponse : en parlant d'égalité pardi ! Personne ne peut être contre l'égalité entre les femmes et les hommes* donc tout le monde devrait être d'accord avec la réforme proposée.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Problème : comment justifier les 300 millions d'économies budgétaires qui seront réalisées en rabotant le congé parental ?

Réponse : en parlant d'égalité pardi ! Personne ne peut être contre l'égalité entre les femmes et les hommes* donc tout le monde devrait être d'accord avec la réforme proposée.

Et le gouvernement a, c'est vrai, un argument : le congé parental, pris quasi-exclusivement par les mères, est une trappe à précarité qui les éloigne du marché du travail. Anne Cécle Mailfert, porte parole d'Osez le féminisme, le souligne dans un article de Rue89 : "Plus une femme s’arrête, plus c’est compliqué pour elle de reprendre le travail. Elles sont placardisées, parfois virées. Et quand elles trouvent un nouvel emploi, il est en moyenne 10% moins bien payé que leur précédent."

Donc en réduisant le congé parental, on va permettre aux femmes de trouver un boulot et de sortir de la précarité. C'est logique. C'est même carrément limpide. Circulez, y a rien à voir.

Rien à voir. A l'exception d'un détail : 5 millions de chomeurs et de chômeuses cherchent un emploi en ce moment même. Faire le pari que réduire la durée du congé parental va permettre aux femmes de trouver un travail relève donc au mieux de l'utopie au pire de la naïveté. 

Autre petit détail : il manque 500 000 places en crèche pour accueillir les enfants de moins de 3 ans (voir Pas de bébés à la consigne). 60% d'entre eux sont gardés par un membre de la famille (une femme dans la quasi-totalité des cas). Réduire la durée du congé parental sans ouvrir de places suffisantes en crèches va donc placer dans une situation intenable des milliers de familles qui n'auront pas les moyens de payer un-e assistant-e maternelle et n'auront d'autre solution que de rester à la maison pour garder leur(s) enfant(s).

Ah, et encore un micro-truc : les hommes touchent en moyenne 27% de salaire en plus. Donc (je parle des couples hétérosexuels) quand il faut décider de qui prend le congé parental, et même quand on est de super bonne volonté, on est généralement pas maso au point de renoncer au salaire le plus élevé des deux parents pour une indemnité de quelques centaines d'euros par mois.

Les pères prendront un congé parental quand : 1. il sera mieux rémunéré 2. on aura fait reculer le sexisme dans les têtes (en parlant d'égalité à l'école par exemple) 3. que dans les entreprises, s'occuper d'un enfant ne sera plus considéré comme un "truc de bonnes femmes" (ça, c'est aussi dans la tête de Valérie Pécresse) 4. il sera mieux rémunéré.

En plus, ce n'est pas comme si les bonnes idées manquaient : en 2009, les député-es socialistes, dont Manuel Valls avaient déposé une proposition de loi concernant... le congé parental ! Elles et ils proposaient un congé indemnisé à 80% du salaire brut et dans lequel 20% était réservé pour l'autre parent.  En voilà une super proposition ! Dommage que les député-es socialistes ne soient pas au pouvoir...

Caroline De Haas, militante féministe

* certes, cette phrase ne tient pas compte d'Eric Zemmour et autres bizarretés

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel