carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 mars 2019

Les dragueurs lourds n’existent pas. Ce sont des harceleurs.

Lorsqu’on commence à parler de harcèlement sexuel, quasi systématiquement dans la conversation arrive cette remarque : « Oui mais attention, faut bien distinguer le dragueur lourd du harceleur hein ». Non.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De quoi parle-t-on ? Qu’est-ce qu’un « dragueur lourd », un « gros relou », « un forceur » ? Un dragueur lourd, c’est en général un homme qui tient des propos à connotation sexuelle, répétés, non désirés. Ces propos créent une sensation désagréable, un environnement hostile ou intimidant. C’est précisément la définition du harcèlement sexuel.

C’est l’article L1153-1 du code du travail qui le dit.

Le droit européen va même plus loin puisqu’il vise « tout agissement à connotation sexuelle ». Un acte unique peut donc être considéré comme du harcèlement sexuel. La Chambre sociale de la Cour de Cassation l’a d’ailleurs validé en 2017 comme le rappelle souvent l’AVFT.

En fait, c’est simple : personne n’a à subir de propos à connotation sexuelle non désirés, ni au travail, ni ailleurs.

A ce moment-là de la conversation, arrive fatalement le « on peut plus draguer alors ».

Comme si la drague était en fait l’étape qui précédait le harcèlement. Comme si le harcèlement sexuel était de la drague appuyée. Non.

 Le harcèlement sexuel n’est pas de la drague "plus plus". C’est de la violence.

Il n’y a pas une différence de degré entre la drague et le harcèlement sexuel (drague > drague lourde > drague très lourde > harcèlement) mais une différence de nature (drague ≠ harcèlement).

 En général, quand je raconte ça en formation, je vois le scepticisme en face de moi. Cette idée reçue selon laquelle il y aurait une sorte de « zone grise », une espèce de flou entre la drague et le harcèlement sexuel est profondément ancrée dans les têtes.

Je pose donc dans ce cas la question : « imaginons qu’à la pause, je commence à draguer l’une ou l’un d’entre vous, en essayant de récupérer son 06 ». Si la personne est partante, nous rentrons dans une relation en adultes consentants (et cela ne vous regarde pas)

Si la personne n’est pas d’accord pour boire un verre avec moi, me donner son n° ou plus si affinités, combien de temps je vais mettre à m’en rendre compte ?

Et c’est là le moment clé. Parce que la totalité de la salle, la totalité, répond : « ben, tout de suite ». Oui. Lorsque quelqu’un n’a pas envie de coucher avec vous, vous vous en rendez compte tout de suite.

On appelle ça un râteau. Ce n'est pas agréable ? C'est vrai. Mais ça arrive. Faut faire avec. On fait un pas de côté, on s’excuse et surtout, on ne recommence pas. On respecte le souhait de la personne de ne pas avoir envie (même si ça nous rend triste).

Jamais on entendra à la machine à café : « Untel, il m’a draguée, je lui ai dis non, et ben, figure toi qu’il a respecté mon choix. Quel gros relou hein ». Jamais. Nulle part.

Donc à partir du moment où la personne n’a pas envie (et la quasi totalité des gens reconnaissent qu'on s’en rend compte tout de suite), on arrête.

Imaginons maintenant que le lendemain, je recommence à faire des propositions, des allusions, des remarques ambiguës, à la personne qui m’a mis un vent. C’est qu’en réalité, je n’en n’ai rien à faire de son consentement. Je ne la drague pas, je la harcèle.

Je ne suis pas dans une relation d’égalité, de respect, de bienveillance, de séduction. Je veux mettre l’autre mal à l’aise, affirmer un pouvoir. Je suis dans une relation basée sur la violence.

Soit vous respectez l’autre et vous êtes attentif à son désir, son consentement. Ça s’appelle de la drague. C’est autorisé (tant mieux).

Soit vous ne respectez pas le désir de l’autre, vous lui faites des remarques qui la mettent mal à l’aise. Ça s’appelle du harcèlement. C’est interdit (tant mieux aussi).

Les dragueurs lourds n’existent pas. Ce sont des harceleurs sexuels.

Caroline De Haas, @carolinedehaas

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone