carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 mars 2019

Les dragueurs lourds n’existent pas. Ce sont des harceleurs

Lorsqu’on commence à parler de harcèlement sexuel, quasi systématiquement dans la conversation arrive cette remarque : « Oui mais attention, faut bien distinguer le dragueur lourd du harceleur hein ». Non.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De quoi parle-t-on ? Qu’est-ce qu’un « dragueur lourd », un « gros relou », « un forceur » ? Un dragueur lourd, c’est en général un homme qui tient des propos à connotation sexuelle, répétés, non désirés. Ces propos créent une sensation désagréable, un environnement hostile ou intimidant. C’est précisément la définition du harcèlement sexuel.

C’est l’article L1153-1 du code du travail qui le dit.

Le droit européen va même plus loin puisqu’il vise « tout agissement à connotation sexuelle ». Un acte unique peut donc être considéré comme du harcèlement sexuel. La Chambre sociale de la Cour de Cassation l’a d’ailleurs validé en 2017 comme le rappelle souvent l’AVFT.

En fait, c’est simple : personne n’a à subir de propos à connotation sexuelle non désirés, ni au travail, ni ailleurs.

A ce moment-là de la conversation, arrive fatalement le « on peut plus draguer alors ».

Comme si la drague était en fait l’étape qui précédait le harcèlement. Comme si le harcèlement sexuel était de la drague appuyée. Non.

 Le harcèlement sexuel n’est pas de la drague "plus plus". C’est de la violence.

Il n’y a pas une différence de degré entre la drague et le harcèlement sexuel (drague > drague lourde > drague très lourde > harcèlement) mais une différence de nature (drague ≠ harcèlement).

 En général, quand je raconte ça en formation, je vois le scepticisme en face de moi. Cette idée reçue selon laquelle il y aurait une sorte de « zone grise », une espèce de flou entre la drague et le harcèlement sexuel est profondément ancrée dans les têtes.

Je pose donc dans ce cas la question : « imaginons qu’à la pause, je commence à draguer l’une ou l’un d’entre vous, en essayant de récupérer son 06 ». Si la personne est partante, nous rentrons dans une relation en adultes consentants (et cela ne vous regarde pas)

Si la personne n’est pas d’accord pour boire un verre avec moi, me donner son n° ou plus si affinités, combien de temps je vais mettre à m’en rendre compte ?

Et c’est là le moment clé. Parce que la totalité de la salle, la totalité, répond : « ben, tout de suite ». Oui. Lorsque quelqu’un n’a pas envie de coucher avec vous, vous vous en rendez compte tout de suite.

On appelle ça un râteau. Ce n'est pas agréable ? C'est vrai. Mais ça arrive. Faut faire avec. On fait un pas de côté, on s’excuse et surtout, on ne recommence pas. On respecte le souhait de la personne de ne pas avoir envie (même si ça nous rend triste).

Jamais on entendra à la machine à café : « Untel, il m’a draguée, je lui ai dis non, et ben, figure toi qu’il a respecté mon choix. Quel gros relou hein ». Jamais. Nulle part.

Donc à partir du moment où la personne n’a pas envie (et la quasi totalité des gens reconnaissent qu'on s’en rend compte tout de suite), on arrête.

Imaginons maintenant que le lendemain, je recommence à faire des propositions, des allusions, des remarques ambiguës, à la personne qui m’a mis un vent. C’est qu’en réalité, je n’en n’ai rien à faire de son consentement. Je ne la drague pas, je la harcèle.

Je ne suis pas dans une relation d’égalité, de respect, de bienveillance, de séduction. Je veux mettre l’autre mal à l’aise, affirmer un pouvoir. Je suis dans une relation basée sur la violence.

Soit vous respectez l’autre et vous êtes attentif à son désir, son consentement. Ça s’appelle de la drague. C’est autorisé (tant mieux).

Soit vous ne respectez pas le désir de l’autre, vous lui faites des remarques qui la mettent mal à l’aise. Ça s’appelle du harcèlement. C’est interdit (tant mieux aussi).

Les dragueurs lourds n’existent pas. Ce sont des harceleurs sexuels.

Caroline De Haas, @carolinedehaas

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat