carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 31 juil. 2020

Le féminisme et l'ennui

Depuis quelques jours, des tribunes sont publiées pour expliquer à quel point les féministes sont ennuyeuses. Cela me rend triste, parce je me dis que ces auteurs et autrices n’ont peut-être pas croisé beaucoup de féministes dans leur vie. Ce n’est vraiment pas de chance.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Croiser des féministes, c’est une des choses les plus enthousiasmantes qu’il m’est arrivé de vivre (et qui continue à m’arriver).

Attention, je ne dis pas qu’être féministe protège toujours de l’ennui, loin de là. Lorsque je me retrouve à attendre au commissariat à 2 heures du matin pour porter plainte car j’ai reçu un message menaçant une femme de viol, je m’ennuie. Lorsque lors d’une formation, un homme me dit : « Mais alors, vos trucs sur le harcèlement sexuel, ça veut dire que je pourrais plus envoyer une photo de l’Origine du Monde (de Courbet) à mes collègues ? », je m’ennuie. Lorsque je lis des communiqués de presse expliquant qu’il faut se battre contre la misandrie, je m’ennuie.

Donc ça arrive parfois. Mais la plupart du temps, pour moi, le féminisme, c’est le contraire de l’ennui. C’est la joie. C’est le plaisir. C'est le kiff.

Le féminisme, c’est d’abord une découverte intellectuelle qui a révolutionné - au sens propre - ma façon de penser le monde. Depuis que je suis féministe, tout - absolument tout - est plus qu'avant source d’intérêt, de questionnements, de remises en questions. Tout est curiosité. Quand on commence à penser le monde avec les lunettes du genre, c’est comme si on découvrait une nouvelle galaxie. L’espace s’ouvre, comme à la fin du film de Dolan où le héros écarte l’écran noir. Le féminisme déverrouille la pensée et ouvre un espace infini de jeux. C’est grisant. Parfois déstabilisant. Ennuyeux ? Jamais.

Le féminisme, c’est aussi une découverte que la colère peut-être une formidable source d’énergie. La colère de voir des amies se débattre des années après avec les conséquences des viols qu’elles ont subi enfants. Celle de recevoir un sms comme la semaine dernière d’une victime à qui un policier a dit qu’il ne prendrait pas la plainte ou comme début juillet d’une amie qui ne savait pas comment aider une copine victime de violences conjugales. La colère féministe est une source inépuisable pour agir, pour se battre, pour changer le monde. On s’amuse, on se bat, on avance, on gagne, parfois on se heurte à des murs et on repart. Dans l’activisme, il y a des moments durs, comme quand vous apprenez que le viol en réunion de Julie par plusieurs pompiers des Yvelines lorsqu’elle avait 13 ans a été requalifié en agression sexuelle. Quand un homme visé par une enquête pour viol est nommé ministre de l’intérieur. Ou quand la maire de Paris pour laquelle vous avez voté ne comprend pas pourquoi c’est un problème politique de choisir comme adjoint à la culture un homme qui a défendu un réalisateur mis en cause par 12 femmes pour des violences sexuelles et qui a professionnellement aidé à plusieurs reprises un écrivain mis en cause par au moins deux femmes pour des faits pédocriminels.

Mais ces moments difficiles sont souvent balayés mais les moments de mobilisation et de solidarité. Quand 100 000 personnes marchent dans les rues de Paris à l’appel de #NousToutes pour dire leur refus des violences. Que ce jour là, vous croisez une dame âgée, en larmes, qui regarde la manifestation et vous dit « merci, c’est le plus beau jour de ma vie » ou que vous voyez des jeunes filles de 14 ou 15 ans, courir avec leurs pancartes « ras le viol » lorsqu’elles entendent Aya Nakamura au camion sono. Quand vous croisez des collages féministes à presque chaque coin de rue. Quand vous accueillez la parole de victimes qui ont décidé de se battre et que vous voyez dans leurs yeux la détermination. Quand vous déjeunez avec une femme qui vous raconte que votre intervention a permis de faire cesser des faits de harcèlement dans son entreprise. De l’émotion, de la joie, une puissance incroyable. De l’ennui ? Pas une trace.

Le féminisme, ça a aussi été pour moi le moyen de reprendre le pouvoir. De réussir à quitter peu à peu tous les freins personnels qui m'empêchaient d’être heureuse. Mon rapport au corps, à ma confiance en moi, à ma capacité à changer le monde. Le féminisme, c’est une source d’énergie fabuleuse. Source d’énergie branchée sur les écrits et les témoignages de celles qui nous ont précédé et source d’énergie branchée sur les amies. Dans le féminisme, on trouve des amies, une sororité incroyable, un soutien permanent, critique, constructif. De l’ennui ? Pas un instant.

Et puis, le féminisme, c’est enfin pour moi construire un autre rapport au sexe et aux sexualités. De nouveaux horizons d’échanges avec son corps, avec le corps des autres. Une sexualité qui s’épanouit dans le consentement, dans une autre forme rapport à l’autre, dans un dialogue permanent, continu, respectueux. Une sexualité faites de découvertes, de jeux, de rires, de plaisir. De l’ennui ? Non, certainement pas.

Je vous parle depuis toute à l’heure de joie alors que je ne suis même pas sûre que ce soit vraiment le sujet de ces tribunes. Je parle de joie sans doute parce que depuis que j’ai lu le livre de Mathieu Magnaudeix sur les nouveaux activistes américains et son chapitre sur le plaisir de militer, je me dis qu’on manque en France de récits de kiffs dans l'activisme (c'est une autre histoire à écrire).

Mais je pense qu’au fond, vos textes ne parlent pas de cela. En réalité, votre ennui en dit plus sur vous que sur nous. Il dit votre privilège. Celui d’avoir la possibilité de s’ennuyer lorsqu’on parle des violences sexuelles. Ce que vous dites, c’est qu’en matière de rapport femmes - hommes, le monde dans lequel nous vivons vous va à peu près. Certes, il y aurait des choses à changer. Mais pas au point de s’énerver. Pas au point de hurler. Parce que pour vous, « globalement, ça va ». Et c’est là qu’on vous ennuie. Parce que pour nous, ça va pas. Moi, j'ai envie de hurler parfois. De crier.

Nos histoires de viols vous ennuient ? Le fait de dénoncer haut et fort la pédocriminalité et l’impunité vous ennuie ? Qu’on dise qu’une femme risque plus d’être victime d’un viol dans le lit conjugal que dans la rue vous ennuie ? Je vous comprends presque. Parce que ce n’est pas agréable à entendre. Découvrir que le monde dans lequel nous vivons repose sur un ordre sexuel injuste et inégal n’est pas plaisant. Vous appelez ça de l’ennui pour faire joli. Mais c'est plus de la gêne. On dérange.

J’ai une bonne nouvelle : nous allons continuer à déranger. Tous les jours. Tant que l’égalité ne sera pas acquise. Et si cela vous ennuie, au fond, c’est peut-être que le problème vient de vous ?

Caroline De Haas, militante féministe

noustoutes.org

* Ce texte a été écrit en réaction notamment à une tribune de Mazarine Pingeot publiée dans Le Monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND