Carta Academica
Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public
Abonné·e de Mediapart

61 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2021

Assange et les biais cognitifs

Les récentes décisions de justice à l’encontre de Julian Assange sont à l’image de l’attitude des autorités à l’encontre de celui qui a vraisemblablement le plus œuvré à la transparence de l’information : il ne sera pas extradé, mais pour des raisons qui ne touchent pas au fond du dossier. Et il reste en prison puisque les US font appel de la décision. Par Vincent Engel

Carta Academica
Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les défenseurs de Julian Assange doivent se battre contre deux types d’ennemis : les États qui ont décidé de faire taire le fondateur de Wikileaks, mais aussi les citoyennes et citoyens, voire certaines organisations internationales, qui se sont laissé convaincre par la campagne de désinformation et de calomnie orchestrée par les États-Unis. Et il est difficile de dire quel ennemi est le plus redoutable…

Que ce soit sur le fameux (fumeux) dossier suédois – les allégations de crime sexuel, dont on sait aujourd’hui qu’il s’agissait d’une pure diffamation et d’une procédure suédoise sous pression américaine –, celui du Russiagate ou des câbles diplomatiques, toutes les accusations que les médias, sociaux ou non, relaient à l’encontre de Julian Assange sont fausses. Un travail considérable a été mené par ses défenseurs pour les dénoncer l’une après l’autre, preuves à l’appui, et ces récusations sont disponibles sur le site de Belgium4Assange (www.belgium4assange.be). À titre d’exemple, même la justice suédoise reconnaît aujourd’hui à mi-mots, après avoir abandonné toutes les poursuites, que les accusations touchant au comportement sexuel d’Assange étaient une manipulation orchestrée par les Etats-Unis.

Et pourtant…

Il nous arrive de discuter de ce dossier avec des personnes que l’on apprécie, ouvertes, intellectuelles, engagées. Au départ, la position est tranchée : Assange est un sale type, un pervers sexuel, qui a fait élire Trump contre Clinton, qui est à la solde de Poutine. Argument par argument, dossier par dossier, évidence après évidence, notre interlocuteur reconnaît que, certes, les accusations sont fausses… « mais »…

En argumentation, on sait qu’une longue phrase pleine d’accords est annulée dès que surgit un « mais ». « Vous êtes intègre mais… » signifie « vous êtes malhonnête ». Au terme d’une conversation sur Assange, on arrive à cette situation absurde où l’interlocuteur reconnaît qu’Assange n’est coupable d’aucune des accusations que l’opinion publique relaie à son encontre, mais que… il l’est quand même.

Pourquoi ?

Sans doute la raison réside-t-elle dans nos biais cognitifs et dans le fait que notre cerveau n’est a priori pas conçu pour comprendre Nietzsche, la loi de la relativité et la poésie. Notre cerveau est là pour nous sauver la vie et répond donc, pour cela, à deux impératifs : la loi du moindre effort et l’instinct de survie. Autrement dit, il recherche la solution la plus sûre qu’il pourra trouver le plus rapidement possible.

Si à l’aube de l’humanité, la sécurité était une affaire de tous les instants pour laquelle l’individu devait essentiellement compter sur lui-même, elle est aujourd’hui majoritairement une affaire collective. Nous confions notre sécurité à l’État, raison pour laquelle, en particulier depuis la dernière vague d’attentats, nous avons aussi légèrement sacrifié certaines de nos libertés. Or, de quoi accuse-t-on Assange ? D’avoir révélé des « secrets d’État », révélations qui auraient conduit, de surcroît, à faire élire celui qui, aux yeux des Européens, représentait un danger majeur : Donald Trump.

Mais si le secret peut parfois être justifié, dans le cadre très précis d’une action policière ou militaire requérant la surprise, ce n’est pas le cas des dossiers qu’a diffusés Wikileaks ; dans ces cas, il s’agit de crimes de guerre ou de malversations. Assange n’a pas porté atteinte à notre sécurité ; il a contribué à dénoncer des pratiques absolument contraires aux lois de la guerre ou aux principes démocratiques des États et des gouvernements qui, pourtant, les ont commises. Comme le rappelle très justement Geoffroy de Lagasnerie dans l’essai qu’il a consacré à Assange, Snowden et Manning, « [n]ous avons tellement l’habitude d’associer État et secret que la transparence de la sphère politique et décisionnelle nous apparaît comme un irréalisable. Pourtant, on pourrait à l’inverse percevoir la transparence totale comme une condition évidente pour tout régime démocratique. C’est d’ailleurs une chose étrange, et qui appellerait réflexion, que nous acceptions si facilement que l’instauration d’un régime démocratique nécessite, malgré tout, le maintien d’une sphère non démocratique –comme si la promesse démocratique devait nécessairement rester incomplètement réalisée et être contenue et entravée[1]. » Et cette transparence, qu’on impose de plus en plus aux citoyens et citoyennes, à travers leurs connexions multiples, reste pour les gens au pouvoir un privilège délicieux qu’ils refusent de partager.

Autre aspect des biais cognitifs : aller au plus vite. Autrement dit, en l’occurrence, le principe du bouc émissaire. Attribuer à Assange la responsabilité dans la défaite de Clinton est grotesque et irréaliste. Aussi grotesque et irréaliste qu’un Trump refusant le verdict des urnes et appelant à des fraudes qui n’existent pas.

Il faut ajouter enfin que Wikileaks n’est qu’un site de diffusion d’informations contrôlées, une sorte d’agence de presse « 2.0 ». C’est la presse qui répercute ces informations et qui leur donne ce poids ; qui parmi nous va consulter le site de Wikileaks ?

Les biais cognitifs sont innombrables et omniprésents et face à des situations de stress, ils ont toujours une longueur d’avance sur la raison. Une manipulation massive, orchestrée par un État qui entend pouvoir continuer ses manœuvres occultes dans le seul but de maintenir son hégémonie mondiale, cherche à nous faire croire que la sécurité du monde est mise en danger par un seul homme : Julian Assange. Puisqu’il est controversé, il a ce qu’il mérite. Pourtant, aucune de ces accusations ne tient la route. Même la torture qu’il a subie, ce qu’a officiellement reconnu et dénoncé le rapporteur spécial des Nations-Unies sur la torture, ainsi que les autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants qu’il a endurés ces dernières années ne semblent pas susciter leur réaction.

En attendant, Assange reste en prison, en violation de tous les principes de justice démocratiques, sans parler des valeurs qui fondent cette démocratie à la défense de laquelle il a par ailleurs contribué de manière exemplaire. Le changement d’administration US ne modifiera sans doute pas fondamentalement la hargne et la violence étatiques dont il fait l’objet.

Vincent Engel

pour Carta Academica (https://www.cartaacademica.org/)

[1] LAGASNERIE Geoffroy (de), L’art de la révolte, éditions Fayard.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose