Carta Academica
Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2022

Romain Rolland était-il « poutiniste » ?

Romain Rolland fut, pendant la Première Guerre Mondiale, l'un des principaux pacifistes, se revendiquant comme « Au-dessus de la mêlée » et refusant de rompre avec ses amis détenteurs d'un passeport ennemi. Vilipendé à son époque, ne serait-il pas aujourd'hui considéré comme un « agent de l'ennemi ». Par Anne Morelli

Carta Academica
Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est très difficile de faire comprendre, en Belgique, aux étudiants d'aujourd'hui, l'enthousiasme qui a poussé, il y a cent ans, d'autres jeunes à participer – pour certains volontairement – à la Première Guerre mondiale.

La rivalité entre les puissances européennes de l'époque leur semble incompréhensible.

Rappelons qu’au début de la Première guerre mondiale, la « Triple Entente » réunit la France, la Grande-Bretagne et la Russie tsariste dans le but d’isoler l’Allemagne. De l’autre côté, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie forment la « Triple Alliance ». Il est difficile de croire aujourd’hui que tous les « barbares » étaient réunis d'un même côté et les « démocrates » (alliés au tsar) de l'autre. Les jeunes actuels ont très généralement intériorisé la thèse de l’« inutile boucherie saignant une génération », et le nationalisme anti-boche du début du XXe siècle leur semble risible.

Ils s'esclaffent franchement en apprenant que des rues de Bruxelles, dont le nom évoquait les « ennemis », ont été débaptisées après la défaite de l'Allemagne et de l'Autriche. De même, on n'a plus parlé, lorsque ces pays furent écrasés, de « café viennois », mais de « café liégeois » (pour saluer la résistance des forts de la ville à l'invasion allemande), et les « boules de Berlin » sont devenues pour un temps des « boules de l'Yser ».

Lorsqu'on en vient à leur parler de l'infime minorité qui – des deux côtés de la frontière – avait refusé de s'investir dans le conflit et avait prôné une solution négociée, on voit des jeunes auditeurs soulagés d'apprendre qu'au milieu de ce délire nationaliste, il y avait donc au moins quelques personnes sensées ne se laissant pas entraîner à la haine envers ceux qui ont une autre nationalité.

La difficulté d'être pacifiste en temps de guerre

Le principal ténor de l'humanisme internationaliste, Jean Jaurès, qui, quelques jours avant l’invasion allemande, galvanisait, au Cirque royal de Bruxelles, la foule venue l'acclamer et défilant au cri de « Guerre à la guerre », est assassiné le 31 juillet 1914.

Sa voix est donc étouffée à la veille du conflit alors qu'elle était écoutée, et même vénérée, dans les divers partis socialistes des pays désormais belligérants.

Reste alors la voix de Romain Rolland, homme de lettres, musicologue, internationaliste. Il cherche un moyen de communion entre tous les êtres humains. Il ne veut pas mettre à l'écart, comme le prônent les chauvinistes français, Beethoven et Richard Strauss (qui est d'ailleurs un de ses amis personnels) parce que nés dans le camp « ennemi ».

Il critique les deux camps dans leur volonté belliciste et dénonce la démence dans laquelle sombre l'humanité.

Ami de Stefan Zweig, il publie un appel pacifiste (« Au-dessus de la mêlée ») qui fait dire à Zweig que Rolland est la « conscience de l'Europe ».

Bien qu'il ait été couronné en 1915 par le Prix Nobel de littérature, Romain Rolland est vilipendé par tous les va-t-en-guerre et les médias dont ils se servent. Ses appels au désarmement et à la cessation des combats y sont évidemment ignorés.

Prudemment exilé en Suisse, il est accusé d'être un traître à la patrie française, un agent de l'ennemi, un pion de Guillaume II, ce « Kaiser » allemand, qui sert d'épouvantail en France. 

Et aujourd'hui...

La bêtise nationaliste est sans frontières et défie le temps.

On a vu récemment l'Université « Bicocca » de Milan interdire à Paolo Nori de donner un cours consacré à l'écrivain russe Dostoïevski (1821-1881).

Le concert d'un groupe folklorique suédois a été annulé à Uppsala parce que... il jouait de la balalaïka.

Une cantate de Prokofiev (1891-1953) a été supprimée par l'Orchestre national de Slovaquie, comme la représentation de « Boris Godounov » de Moussorgski (1839-1881) par l'Opéra de Varsovie. Même la Scala de Milan a procédé à ces censures absurdes.

Les musiciens et chefs d'orchestre détenteurs d'un passeport russe, quelles que soient par ailleurs leurs convictions politiques, sont « déprogrammés », écartés, montrés du doigt par des institutions culturelles européennes.

L'Académie européenne du cinéma boycotte tous les films russes pour les « European Film Awards ».

Cerise sur le gâteau dans l'excès de zèle et le ridicule, le MR bruxellois a suggéré qu'on débaptise la rue de Russie (La Libre du 6 mai 2022), ignorant sans doute qu'en 1918 les fureurs nationalistes avaient déjà débaptisé à Bruxelles toutes les rues évoquant l'Allemagne et l'Autriche.

« Pacifiste » est redevenu une injure comme lors de la Première Guerre mondiale et le mot équivaut aujourd'hui à être considéré comme un « agent de Poutine ».

Romain Rolland, resté, malgré le conflit entre la France et l'Autriche alliée à l'Allemagne, l'ami de Stefan Zweig, n'aurait certainement pas davantage renié aujourd'hui son autre ami, l'écrivain russe Maxime Gorki, avec lequel il a échangé vingt ans de correspondance.

Le dixième principe de propagande de guerre[1] veut que celui qui n’adhère pas avec enthousiasme à la propagande de son pays soit vilipendé en tant qu’agent de l’ennemi.

On taxerait donc en 2022, sans aucun doute, ce Prix Nobel de « poutiniste ».

Anne Morelli, Professeure honoraire de l'ULB, pour Carta Academica (https://www.cartaacademica.org/).

[1] Anne Morelli, « Principes élémentaires de propagande de guerre, utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède », nouvelle édition 2022 sous presse

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie