Carta Academica
Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2022

Innovation et Covid : demain, rebelote ?

La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer

Carta Academica
Carta Academica est un collectif d'universitaires belges qui a décidé d’intervenir dans le débat public
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’interminable et pénible épisode " Covid " semble s’éloigner – en tout cas dans nos pays –, on commence à souffler et à retrouver une vie normale. Le souvenir de ces longs mois d’attente d’un vaccin salvateur s’estompe. On ne pense plus guère aux innombrables victimes qui dans le monde n’ont pas eu accès à temps à ces vaccins. Encore aujourd’hui, seulement seize pour cent des personnes dans les pays à faible revenu ont eu droit à au moins une dose de vaccin. Au contraire, on parle aujourd’hui de surabondance de vaccins, en tout cas dans les pays riches. Il y a trop de vaccins, et beaucoup seront d’ailleurs périmés sous peu et devront être détruits… D’autres seront sans doute, on l’espère, envoyés aux pays désargentés qui en manquent encore. En effet, le transfert de technologie et la levée des monopoles de fabrication demandés par plus de cent pays n’a pas eu lieu et ne leur permet toujours pas d’utiliser leurs capacités de production pour leurs propres besoins. Cependant, le bénéfice de vacciner avec la première génération de vaccins est aujourd’hui plus aléatoire car le virus a muté. Décidément, la gestion de l’épidémie basée sur les lois du marché et de l’offre et de la demande continue à produire ses effets pervers.

Pourtant, il est important de se préparer pour les temps qui viennent. De nouvelles générations de vaccins risquent bien d’être nécessaires contre les variants du virus, voire d’autres formes de coronavirus. Les géants pharmaceutiques tels que Moderna et Pfizer se préparent d’ailleurs à une nouvelle campagne de vaccination en automne. Il y a fort à parier que, par le biais d’engagements d’achats anticipés, les États-Unis, l’Union Européenne et les autres pays riches sont déjà sur les rangs… Comme à l’accoutumée, le reste du monde tirera vaille que vaille son plan… et bénéficiera sans doute, en fin de parcours, des surplus. Bref, tout est en place pour ne surtout pas tirer les leçons du passé.

Mettre l’accent sur la santé publique ou sur le chiffre d’affaire ? 

Il faut encore taper sur le clou : il est indispensable de changer de modèle. Il ne faut plus accepter qu’une poignée de sociétés pharmaceutiques dispose du monopole sur ces technologies critiques, les connaissances et les plateformes technologiques sous-jacentes et monopolise l’offre. Ces entreprises rivalisent avec leurs technologies propriétaires pour arriver les premières sur le marché et ainsi décider à qui vendre, quand et à quel prix. Pour le développement et la fabrication des vaccins, va-t-on continuer à livrer à ces firmes, dont le but final est l’enrichissement de leurs actionnaires, d’énormes sommes d’argent venant des contribuables sans mettre aucune condition pour garantir un bénéfice maximal pour la santé publique ? Cette manière de faire a conduit à une inégalité de l’accès aux vaccins qui a été qualifiée d’"échec moral catastrophique" par le Dr Tedros, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé. On peut tourner le problème dans tous les sens, l’accès équitable aux vaccins est incompatible avec un marché monopolistique. Il y a d’ailleurs d’autres effets pervers à ce modèle. Plus discrets, ils n’en sont pas moins redoutables. Comme toute firme commerciale, les géants de la pharmacie ont intérêt à produire un produit unique, un vaccin qui pourra être vendu à des milliards d’exemplaires. Il est bien moins rentable d’affiner la recherche en vue d’obtenir un vaccin à l’efficacité plus longue, ou qui serait plus adéquat à des spécificités régionales. Campant sur ses monopoles, la grande pharmacie empêche les laboratoires publics ou les plus petits producteurs de chercher à s’adapter de manière flexible aux besoins sanitaires d’une épidémie. Ou simplement à proposer aux populations désargentées des vaccins à un prix plus abordable. 

Sous l’égide d’Oxfam, des actionnaires tout minoritaires ont présenté à Moderna, Pfizer ou Johnson & Johnson des résolutions demandant le partage de la technologie avec les pays moins argentés, assorti de l’octroi de l’autorisation de produire les vaccins pour leurs populations. L’impact de la démarche restera symbolique car, sans surprise, elle a été rejetée. 

L’innovation médicale ? Oui bien sûr, mais au service de la santé publique 

Une question mérite d’être posée à nouveau. Qui décide sur quel médicament, quelle maladie, sur quel virus il vaut la peine de se pencher et de faire des recherches ?  Qui définit le prix auquel les nouveaux médicaments ou vaccins seront vendus ? Dit autrement, qui détermine ce que requiert la santé publique, ici et ailleurs ? De fait, ce sont aujourd’hui les firmes pharmaceutiques et plus encore leurs actionnaires, voire les fonds d’investissement, qui décident des priorités de recherche, et qui aura accès à ces nouvelles technologies et aux médicaments ou vaccins qui en découlent, quand, et à quel prix. C’est donc tout l’écosystème pharmaceutique qu’il faut avoir le courage de revoir dans une perspective de santé publique, d’innovation médicale et de production résolument orientée vers le bien commun. À défaut d’avoir eu le courage de corriger les effets pervers d’une approche uniquement basée sur une logique de marché, le scenario d’accès à la nouvelle génération de vaccins en cours de développement sera-t-il aussi inégalitaire que ce que nous avons vécu jusqu’à maintenant ?

Els Torreele, Visiting Fellow au University College London et Honorary Science Fellow à la Vrije Universiteit Brussel et Daniel de Beer, professeur honoraire à l'Université Saint-Louis, pour Carta Academica (https://www.cartaacademica.org/).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes