Cartes sur table
Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juil. 2012

Cartes sur table
Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.
Abonné·e de Mediapart

Fausses frontières - I : Le droit à mourir dans la dignité

La campagne de Nicolas Sarkozy s'est faite en grande partie sur ce que l'on appelle les valeurs. Elle fut axée sur les enjeux économiques, rigoriste mais surtout nationaliste, moraliste, “buissonnière”.

Cartes sur table
Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La campagne de Nicolas Sarkozy s'est faite en grande partie sur ce que l'on appelle les valeurs. Elle fut axée sur les enjeux économiques, rigoriste mais surtout nationaliste, moraliste, “buissonnière”. Par opposition, elle tenta avec un succès limité de présenter le candidat socialiste comme l'agent, sous ses dehors bonhommes et apaisants, d'un bouleversement économique, social et moral qui effacerait les frontières entre le légitime et l'illégitime. Elle voulut faire croire que les mesures économiques irréalistes, adossées à des redistributions confiscatoires et injustes, se multiplieraient. Que les partis de gauche et les syndicats, adeptes du 'drapeau rouge', s'uniraient dans la haine des riches et du travail. Que l'intégrité morale des Français, l'intégrité territoriale de la nation s'effaceraient face à l'euthanasie, le mariage homosexuel, le droit de vote des étrangers.

Aujourd'hui, après les défaites électorales de l'UMP, malgré l'émergence d'une droite dite humaniste (sans doute moins 'dure' sur les points susmentionnés) sur les décombres de cette stratégie droitière, cette dernière demeure d'actualité pour bien des députés de l'opposition, surtout au vu du score réalisé par le Front National aux présidentielles comme aux législatives. Il est donc toujours nécessaire d’y répondre. C’est ce que nous ferons ici, sur le terrain des questions les plus « idéologiques ». Le côté artificiel et électoraliste de cette 'pensée' des frontières qu'a voulu nous vendre le candidat Sarkozy, que persista à nous vendre une certaine droite à l'occasion de ces élections législatives et qu'elle persistera sans doute à défendre accentue l'urgence pour la gauche, alors qu'elle brise ces fausses frontières, de travailler à composer leur éloge funèbre.

I – Le droit à mourir dans la dignité

La droite affirme toujours aujourd'hui que la loi Leonetti relative au droit des malades et à la fin de vie suffit. Que dit cette loi ? En substance, que les médecins sont en droit de suspendre les traitements qui maintiennent en vie un individu mourant dans certains cas particuliers ; qu'ils peuvent également administrer à leurs patients en fin de vie des traitements à double effet, c'est-à-dire qui soulagent la souffrance et raccourcissent la durée de vie, si ces traitements sont les seuls qui permettent un tel soulagement ; que ces décisions enfin se prennent conformément à la volonté du malade ou, si cette dernière ne peut s'exprimer, selon une procédure collégiale impliquant une personne de confiance, sa famille ou un proche.

Si l'on franchissait le pas suivant, suggèrent certains à droite, si l'on permettait au médecin de déployer les mesures nécessaires pour que cesse la vie du patient et non pour apaiser sa souffrance, on rentrerait dans le domaine du meurtre et cela menacerait gravement les normes de notre société. Il s'agirait en somme d'un permis de tuer.

Le projet socialiste propose que « toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». On prêterait donc assistance au malade, ce qui implique que lui-même agirait. La formulation évoque de fait le suicide médicalement assisté qui existe aujourd'hui en Suisse ou au Luxembourg. On donnerait au malade qui le demande les moyens de se suicider sans que le médecin exerce le moindre rôle actif dans cette opération. Entre donner à un homme les moyens de faire face à sa mort en prenant sa vie et tuer, on ne voit guère de rapport.

Supposons à présent que ce projet contienne en germe la possibilité que le médecin joue un rôle actif, particulièrement dans le cas où un malade serait inconscient ou incapable de se mouvoir. Il s'agirait alors d'euthanasie (par exemple par injection létale). On enfreindrait donc l'interdit du meurtre : un homme entraînerait activement la mort d'un autre homme.

Il y a alors deux hypothèses. Soit on estime que c'est la volonté qui fait que l'on est actif. Dans ce cas, l'euthanasie selon la volonté du malade ne serait qu'un suicide, le médecin n'étant pour ainsi dire que la courroie de transmission de cette volonté.

Soit on considère que c'est le geste physique lui-même qui fait que l'on est actif. Dans ce cas-là, il convient de penser aux cas d'euthanasies clandestines qui ont été révélés et à tous ceux qui ne l'ont pas été. Faut-il laisser des soignants, dépassés par leur compassion, accomplir un geste illégal, incontrôlé, aux répercussions psychologiques et symboliques imprévisibles ? Ne risque-t-on pas de faire des sortes de martyrs de ceux qui auraient le courage de suivre ainsi leur sentiment face à une institution incapable de proposer la solution qui convient (le chef-d’œuvre de C. Eastwood, Million Dollar Baby, illustre pour tous la difficulté qu'il y a à condamner ce genre d'actes) ? Il semble éminemment préférable de mettre en place des instances auxquelles ces soignants pourraient s'adresser et qui prendraient, en concertation avec médecins, malades, familles, la responsabilité d'un acte si grave. On pourrait même imaginer qu'y soient aussi représentés des personnalités juridiques et des membres de la société civile, afin que toute la communauté nationale assume symboliquement la charge de cet acte.

Les médecins répondront peut-être que la considération de ces distinctions n'empêche pas l'accomplissement d'un tel geste de heurter leurs sentiments moraux les plus immédiats. Face à cela, rappelons qu'au cœur de la proposition socialiste se trouve le vécu subjectif des malades qui souffrent et non celui des médecins ; que c'est le respect de celui-là qui doit primer sur la prise en compte de celui-ci. Beaucoup de malades ont demandé, parfois publiquement, qu'on les aide à mettre fin à leurs jours. Il s'agit de faire de leur parole le moteur d'un processus apaisé et pleinement assumé. Même dans le cas de malades incapables de s'exprimer à la fin de leur vie, leur donner la possibilité, à l'avance, de prévoir s'ils le désirent les conditions de leur disparition et d'en confier la responsabilité à la personne qu'ils auront choisie serait une source de tranquillité. On peut et on doit faire le pari d'une révision des intuitions morales face aux arguments et aux circonstances si l'on veut faire progresser notre société dans le traitement de ses membres.

Quant à l'idée que la pratique de l'euthanasie suppose de réduire l'homme à ce qu'il a de matériel et lui ôte ainsi sa dignité, disons simplement que, lorsque la loi Leonetti fait référence, entre autres, à un maintien 'artificiel' de la vie d'un malade, on ne voit pas bien quelle dignité il lui reste.

De fait, respecter la vie d'un homme, c'est lui permettre de la prolonger ou d'y mettre fin comme il le veut, y compris en lui offrant ouvertement les aides qu'une souffrance trop grande peut le conduire à solliciter. Regarder cela en face, ce n'est pas prendre un risque social ou moral, c'est prémunir la société contre des courants souterrains qui s'expriment obscurément si on ne les canalise pas.

Nicolas Faucher

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière