Cartes sur table
Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2012

Cartes sur table
Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.
Abonné·e de Mediapart

Fausses frontières - II : Le mariage homosexuel

Cartes sur table
Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La revendication pour les couples homosexuels du même droit au mariage que celui des couples hétérosexuels est ancienne. Le PACS leur est accessible depuis longtemps mais se différencie du mariage sur deux points essentiels. D'une part, sur le plan symbolique, l'usage d'un même mot pour désigner les couples de même sexe et les couples hétérosexuels viendrait légitimer les unions homosexuelles aux yeux de la société dans son ensemble. D'autre part, sur le plan juridique, un PACS ne donne pas le droit d'adopter les enfants de son conjoint.

Sur le plan symbolique d'abord, indépendamment de toute connotation religieuse, certains esprits, à droite, pensent que le mariage doit être réservé aux couples hétérosexuels, parce qu'il consacrerait l'union 'prévue' par la nature entre un homme et une femme et la destinée procréatrice de cette union. On pourrait fort bien répondre que l'orientation sexuelle et l'amour qu'elle conditionne entre deux individus sont tout aussi déterminés par la nature et qu'on ne comprend guère pourquoi il faudrait choisir un élément de la nature plutôt qu'un autre comme fondation d'un droit. Il paraît plus sage en de telles matières d'admettre les évolutions de la société et de s'appuyer sur la forte majorité de Français qui sont favorables au mariage homosexuel.

Mais peut-être est-ce du point de vue de ses effets et non de sa fondation que le mariage homosexuel poserait problème ? Il entraînerait peut-être un changement de la vision du couple et un déclin des unions hétérosexuelles ? Ou bien il découragerait la procréation ? On voit bien la fragilité de telles hypothèses. Certains vont même jusqu'à dire que l'ouverture du mariage aux homosexuels au nom de l'égalité de choix annoncerait la légalisation d'autres formes illégitimes d'union : après tout, si, au nom d'un amour partagé, on permet un mariage, pourquoi ne pas le permettre dans d'autres configurations encore ? C'est bien sûr la polygamie qui se trouve ici visée. La réfutation de cet argument est simple : l'inégalité numérique qui caractérise la polygamie dans sa définition même et son association étroite avec des pays et des sociétés où règne l'inégalité des sexes la rendent légitimement suspecte à tout homme soucieux, justement, d'égalité. Rien de tel dans le mariage homosexuel.

Du point de vue à présent des modifications de l'adoption et de la filiation, il faut constater d'abord que la plupart des études menées sur ce sujet avec un peu de recul tendent à montrer que l'équilibre des enfants élevés au sein d'un couple homosexuel n'est pas plus en danger que celui de ceux élevés au sein d'un couple hétérosexuel. Aucune raison, donc, de penser que le droit à l'adoption puisse mettre en péril leur bien-être. Il est clair par ailleurs qu'il existe déjà de nombreux cas d'individus qui, après avoir eu des enfants, se sont installés dans un couple homosexuel qui, de fait, constitue le cadre familial au moins partiel de ces enfants. Il convient de voir cette réalité en face.

Du point de vue, ensuite, de la procréation assistée, la fécondation in vitro ne semble pas poser plus de problème que dans le cas de couples hétérosexuels, déjà très encadré juridiquement. C'est plutôt la question des mères porteuses qui doit faire débat. Soulignons d'abord que, d'un point de vue juridique et moral, le problème ne se posera pas plus pour les couples homosexuels que pour les couples hétérosexuels dont la femme ne peut porter d'enfant. Il faut en tout cas qu'un débat long et clair soit conduit sur le sujet, qui garantisse que la légalisation de cette pratique n'ait pour but que l'établissement de la possibilité, pour ceux qui en bénéficieraient, d'être pleinement parents des enfants qui en seraient le fruit. Il faudrait donc en premier lieu que toute possibilité de marchandisation soit écartée avec détermination. De fait, cette marchandisation existe hors de France et certains couples de Français ne pouvant faire autrement y participent : mieux vaudrait leur proposer une alternative légale et morale.

On le voit, la plupart des arguments lancés contre le mariage homosexuel ne semblent pas tenir la route. Rappelons pour conclure que, en son temps, le PACS était annoncé comme le héraut de l'effondrement des normes conjugales et familiales. Comme chacun l'a vu, il n'en a rien été.

• • • • •

Cartes sur table est un espace de proposition et de réflexion politique à l’échelle nationale et européenne, dédié à la libre expression de jeunes gens de gauche venant de tous horizons.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte