Doit-on participer à l'hystérisation autour de la confrontation Macron-Le Pen?

L'entre-deux-tours de la Présidentielle tient ses promesses. Après le lynchage politico-médiatique de Jean-Luc Mélenchon qui a permis au FN, que plus personne n'attaquait, de se hisser au second tour de la présidentielle, c'est un nouvel (mais Ô combien familier) épisode qui commence. Le FN est donc redevenu l'ennemi public numéro 1 et le Front républicain le seul moyen de l'abattre.

Cela fait 100 jours que Donald Trump est en poste à la tête des Etats-Unis.

Quelles étaient les promesses de campagnes les plus réactionnaires du candidat Trump? Quelle fut la platerforme idéologique sur laquelle s'est positionné un électorat pauvre sombrant chaque jour un peu plus dans l'indigence pour lui donner les clés de la Maison Blanche? Enfin quel est le bilan 3 mois après la passassion de pouvoir des mesures emblématiques du candidat d'extrème droite?

Trump s'est fait élire sur plusieures promesses proches de celles qui sont au coeur de la philosophie du Front National:

1) Faire échec au système, à l'oligarchie et mettre au pas les acteurs financiers de Wall Street.

2) Faire construire un mur entre les USA et le Mexique et mettre un terme à l'immigration qui prive les étasuniens d'emplois

3) Sortir de l'OTAN, organisation couteuse ayant pour ambition des interventions extérieures, pour se reconcentrer sur les Etats-Unis et sa population.

4) Sortir de l'ALENA, l'accord de libre échange Nord-Américain qui a drainé les industries étasuniennes hors du pays, et n'être pas favorable aux autre traités de libre échanges en cours de négociation.

5) Bannir les migrants en provenance de certains pays à majorité musulmane.

C'est donc principalement sur des promesses qui avaient pour ambition de rendre leur place aux étasuniens blancs les plus pauvres, ceux qui subissent de plein fouet le diktat de la mondialisation, que Trump a réussi a se faire élire.

Quel est son bilan 3 mois après son accession au pouvoir?

1) L'oligarchie ne s'est jamais mieux portée. Après une tentative de réforme de l'Obamacare qui aurait profité aux plus grandes fortunes, car elles  y contribuent à hauteur de leurs revenus, et auraient vu une baisse significative de leur participation au dispositif, Trump est présentement à la manoeuvre pour permettre la plus forte baisse d'impôts pour les riches de l'histoire des Etas-Unis. Passage de 7 tranches d'impositions à 3, fin des droits de succession et passage de l'impôt sur les sociétés de 35 à 15% sans aucune contreparties.

2) Le mur qui devait sceller la frontière entre les USA et le Mexique n'est plus vraiment à l'ordre du jour et les conseillers du président déclarent à présent que ce n'est pas une priorité et que cela peut attendre la fin de l'année ou l'année prochaine.....

3) Trump fait un virage à 180° concernant cette autre promesse. Dans une série de tweets dont il abuse et pour faire croire à sa naïveté ou sa bonne foi, le président étasunien feint de n'avoir pas mesurer l'importance de l'OTAN et son rôle. Il dit aujourd'hui découvrir que l'OTAN est une bonne chose et ne remet d'aucune façon son attachement à sa pérénité.

4) Trump vient de signifier aux médias ces jours derniers qu'il avait décidé non pas de sortir de l'Alena mais de la renégocier, car en sortir serait "un choc trop important pour le système en place". Nous savons trop bien en France ce que deviennent les promesses de renégociation à l'intérieur de traités internationaux quand ce sont les serviteurs de la mondialisation qui les font. Les Etatsuniens apprécieront la fin d'une proposition faite pour relocaliser des emplois aux USA.

5) Enfin, la mesure la plus stigmatisante pour les musulmans du monde, le bannissement de ressortissants de certains pays à majorité musulmane, aura fait long feu. Les cours de justice invalidant le première ordonnance puis la seconde car étant anticonstitutionnelle.

Voici le bilan des 5 mesures de Trump les plus en phase avec les mesures à priori les plus effrayantes voire fascisantes du programme de Marine Le Pen.

 

Dans une grosse semaine nous sommes appelés à nous porter en nombre sur la candidature d'Emmanuel Macron afin de faire barrage au FN de Marine Le Pen.

On voudrait nous faire croire que la famille Le Pen, dont la fortune n'est pas un secret, serait prête à se faire les poches elle-même pour contenter un l'électorat des "sans dents".

On voudrait nous faire croire que Marine Le Pen serait favorable à une économie recentrée sur la nation française alors qu'elle n'a eu de cesse de voter, ou s'est tactiquement abstenue, tous les textes européens favorables au secret des affaires, aux directives sur les travailleurs détachés ou à l'égalité hommes-femmes. Le groupe du FN se désinteressent des traités de libre échange et refusent de lutter contre les délocalisations ou l'évasion fiscale.

On voudrait enfin nous faire croire que son arrivée au pouvoir porterait un coup fatal à la démocratie, aux privations de liberté et au musèlement de la presse. Sera-t-elle en mesure de faire mieux/pire que ce qui est déjà en place en France avec un Etat d'urgence permanent, des assignations à résidence sans décision de justice, des arrestations sommaires ou encore des médias à 95% aux mains du grand capital?

On voudrait nous faire croire que l'extrême gauche et l'extrême droite c'est la même chose et un même glissement vers la dictature. On oublie vite que dans extrême droite il y a droite et que cette droite extrême n'a jamais lutté pour le bien vivre des travailleurs.

On voudrait nous faire croire que le FN n'est pas l'épouvantail qu'agite le capital financier à toutes les élections pour nous intimer l'ordre de désigner notre prochain bourreau. 

Il me semble qu'en considérant sérieusement l'exemple de l'abandon ou de l'invalidation récentes des mesures les plus indécentes de Donald Trump, pendant américain de Marine Le Pen, on peut sans doute jeter un nouvel éclairage sur le danger Marine Le Pen VS Emmanuel Macron.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.