Cassandre SOLON
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2022

CACHEZ CES VIOLENCES QUE JE NE SAURAIS VOIR

Alors que Philippe Poutou est convoqué par la police parisienne en tant que suspect dans le cadre d'une enquête pour "injure publique envers une administration publique", nous re-publions cet article écrit à l'occasion de la sortie du documentaire UN PAYS QUI SE TIENT SAGE de David Dufresne, toujours autant d'actualité. Car oui, "la police tue. Elle a tué, elle tue".

Cassandre SOLON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Ne parlez pas de répression, de violences policières, c’est inacceptable dans un Etat de droit ». En mars 2019, alors qu’un vaste mouvement populaire secouait la France depuis presque 5 mois, Emmanuel Macron niait le réel avec un aplomb désarmant. Le film de David Dufresne c’est le retour du réel, 1h26 de réel en pleine gueule.

Plutôt qu’une suite d’interviews, le réalisateur choisit de faire dialoguer les intervenants sur des sujets aussi vastes que la légitimité/légalité de la violence ou  la démocratie. Le film alterne donc sobrement, échanges entre sociologues, historiens, gilets jaunes mutilés, représentants syndicaux de la police, et les images brutes. Parfois, les intervenants y sont confrontés comme le spectateur l’est, sur grand écran. Une main arrachée n’est plus seulement une petite image mal pixelisée, le cri d’une manifestante tabassée ne peut plus être diminué par un bouton de volume. Impossible d’échapper au réel. Il reste une seule solution, fermer les yeux et les oreilles comme le font tous ceux qui nient l’évidence. Le documentaire se passe de musique. Les mots et les images sont suffisamment brutales. Elles retournent le bide, serrent la gorge, font monter la rage mais déclenchent aussi des rires nerveux face à tant d’aberrations.

Après 1h15 de réel brut et direct, il paraît peu probable que l’on puisse encore nier les faits. C’est le moment que choisit David Dufresne pour sortir les chiens de garde. C’est alors le grand ballet de la caste d’éditocrates et de pseudo-journalistes qui affichent clairement leur soutien au système tel qu’il est. Ces femmes et ces hommes assènent les coups de matraque médiatique depuis leurs plateaux télé. Le contraste entre leurs mots et les images les font apparaître définitivement comme les défenseurs de l’ordre établi (saccager le Fouquet’s sera toujours plus grave à leurs yeux qu’une main arrachée).

Le réel fait mal, comme la matraque qui s’abat sur les cervicales de cette gilet jaune. C’est cette dernière qui dépassera la question centrale de la violence physique. C’est elle qui rappellera l’extrême violence des mots et des décisions politiques.

Macron, les médias, le Préfet Lallement exercent une violence symbolique qui humilie, blesse et invisibilise. Les politiques néolibérales conduites à marche forcée sont violentes lorsqu’elles font dormir les gens dehors, les font avoir faim, les angoissent car ils « sont dans le rouge dès le 10 du mois » … Pour beaucoup, la raison première de leur besoin de manifester c’est bien cette violence qu’ils subissent chaque jour depuis des années. Les images peuvent être l’être, mais il n’y aura rien de plus dévastateur que la prise de parole de cette gilet jaune qui transcrit ce qu’est la violence de son quotidien. 

Cassandre Solon

* Article initialement paru dans le Fil des communs le 6 octobre 2020 à l'occasion de la sorti du documentaire https://lefildescommuns.fr/2020/10/06/un-pays-qui-se-tient-sage-de-david-dufresne/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida