Cassandre SOLON
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 déc. 2021

DES POINGS ET DES TSHIRTS

Au-delà de l'émotion légitime, quels enseignements tirer, pour la "gauche", des violences contre SOS Racisme au meeting de Villepinte.

Cassandre SOLON
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que cela soit clair dès le départ, nous apportons notre soutien total aux militants de SOS Racisme agressés et violentés lors de la réunion fasciste d'Eric Zemmour.

Cela étant posé, l'émotion quelque peu retombée, il n'est pas interdit de penser cette séquence. 

Oui, ce moment nous semble révélateur de l'état de ce qu'on appellera « notre camp », celui d'une grande partie de la gauche et y compris de la « gauche de gauche » comme l'appelait Bourdieu. 

Face aux actions violentes auxquelles on ne s’habitue jamais vraiment, une question nous vient : Qu'allaient-ils faire dans cette galère ? Deux réponses s'imposent : soit les militants de SOS Racisme étaient conscients du risque, soit ils ne l'étaient pas. Peu importe la réalité, ces deux alternatives posent des questions fondamentales pour « la gauche ».

Du pouvoir de l'image face à la menace fasciste.

Imaginons tout d’abord qu'ils aient été parfaitement conscients du fait que par cette action, ils allaient avoir droit à des mandales. 

Il faut reconnaître en premier lieu le courage d'une telle démarche, mais ces militants allaient donc chercher des images au risque de leur intégrité physique, des images pour apporter la preuve de la violence des zemmouristes, tout cela dans le but de réveiller le bon peuple endormi face à la menace fasciste.

Premier constat, il est flippant de voir qu'on a encore besoin de dire et démontrer que les fascistes sont violents et prêts à en découdre. Alors que les articles de Médiapart ou Streetpress se multiplient, des militants auraient besoin d'aller se faire défoncer pour qu'on ouvre enfin les yeux ?

On peut penser qu'il s'agissait de ramener des images pour un public plus large que les gauchos abonnés à ces médias, que le but était de toucher les millions de Français qui n'ont pas conscience du péril fasciste et ne sont pas(plus?) au courant que l'extrême-droite est violente.

Ici aussi, on peut interroger le cheminement intellectuel et découvrir la naïveté d'une (grande) partie de notre camp.

Qui pouvait croire que les médias, dont les consultants/editorialistes sont au « mieux » idéologiquement affiliés au macronisme (et ont un seuil de tolérance assez haute face à la violence sur ceux qui ne pensent pas comme eux), au pire directement salariés par des journaux réactionnaires (Figaro/Le Point/Valeurs actuelles...), condamneraient sans nuance la violence des nervis d'extrême-droite comme ils le font en cœur lorsqu'elles émanent (contre des banques) d'un black-bloc ?

Qui pouvait croire que Geoffroy Lejeune qui a son rond de serviette sur les chaînes d'info, n'assurerait pas le SAV des fascistes auprès des masses rassemblées devant BFN ? Qui pouvait croire que les politiques, notamment la droite qui s’extrémise chaque jour, diraient enfin STOP ?

Après des heures de violences policières (Gilets jaunes, contestations sociales...), alors que des centaines de vidéos de youtubeurs racistes s'empilent sur internet, et que même les journaux télévisés commencent doucement à se faire le relai des arrestations des groupuscules armées d'extrême-droite, est-il encore possible de croire que la simple dénonciation de ce qu'est la menace fasciste suffira au grand éveil des consciences ?

Penser que les images et les indignations de « notre camp » suffiront à faire changer les choses, c'est se condamner à répéter l'histoire.

Du pouvoir du t-shirt face au gant coqué.

Seconde solution, les militants allaient à ce meeting en imaginant pouvoir s'exprimer, conscients qu'ils seraient quelque peu chahutés, mais persuadés qu'ils réussiraient à participer au « débat démocratique » dans une réunion où étaient présents le rance du rance.

Dans ce cas de figure, il faut une nouvelle fois reconnaître le courage des gens de SOS Racisme.

Cependant, imaginer que l'on puisse débarouler à une dizaine munis de t-shirt, face à 10 000 fachos dont plusieurs centaines d'exciter groupusculaires se préparant concrètement à la guerre civile, cela nous laisse sur le cul.

Envisager cette solution, c'est découvrir le manque cruel de culture politique, historique et militante d'une grande partie de « notre camp ». Face aux fascistes, nous avons l'histoire qui nous apprend les violences inouïs auxquelles ils ont pu s'adonner. Face aux fascistes, nous avons la culture des antifas, qui développent des réponses concrètes pour s'opposer à cette menace bien particulière. Face aux fascistes, nous avons des journalistes, des militants, des penseurs qui nous informent et nous forment.

Débarquer dans une réunion de fascistes dopés au nationalisme guerrier, à la masculinité exacerbée et pour certain au néo-nazisme virilistes, et y opposer une action pacifique fondée sur des t-shirts dénonçant ce qu'ils assument, c'est démontrer que nous ne sommes pas conscients du danger. C'est crier haut et fort que nous ne sommes pas prêts à faire face.

Débarquer au meeting de Zemmour sans savoir où l'on met les pieds, c'est-à-dire dans un lieu dangereux pour des gens qui expriment des valeurs contraires (ou même critiques) à celles dégueulées sur scène et dans les travées, c'est s'exposer physiquement. Oui cela relève du courage mais du courage non éclairé donc en partie de l'inconscience.

Au final, tout reste à faire et cette séquence aura rappelé, s'il était besoin, qu'en face, ils sont déjà prêts. En face, ils n'hésitent pas à entrer dans une confrontation physique, d'ailleurs, ils n'attendent que ça. Pour la Gauche se pose la question des moyens (mais aussi des fins). Alors que nous continuons l'éternel débat « quelle légitimité pour la violence ? », en face, ils y ont répondu depuis bien longtemps. Ils ont construit leur « identité » sur la guerre, les chevaliers, Napoléon et maintenant le Krav-maga. Face à ça, que faisons-nous ?

Cassandre Solon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire