cassin31
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 janv. 2014

cassin31
Abonné·e de Mediapart

Le Diable Dieudonné

cassin31
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis quelques semaines maintenant, il semble que le Diable soit parmis nous. Ce Diable, les médias nous l'ont d'abord désigné, et c'est maintenant au tour du gouvernement : Il s'agit de Dieudonné. A priori il n'a pas une tête de diable, il était il y a quelques années très fréquentable et fréquenté, mais si l'on écoute Valls et TOUS les médias français (médiapart inclus), Dieudonné est le diable personnifié. Sa seconde caractéristique souvent reprise dans les médias est qu'il ne fait rire personne. Ce qui est faux, évidemment, il suffit de regarder les videos de ses spectacles pour s'apercevoir qu'il fait rire au moins les gens présents dans la salle. Qu'en est-il de la première, est-elle vraie ou fausse ?

Alors par où commencer ? Peut être par ce qui lui est reproché. Le premier reproche naît en 2003 alors qu'il fait un sketch dans l'émission de Fogiel où il compare l'humoriste Jamel à un terroriste en étant lui même habillé comme un colon israélien.  Il termine le sketch par un bref Heil Israël, et c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, les condamnations pleuvent de toutes parts sans trop qu'on comprenne vraiment pourquoi. Au lieu de s'excuser Dieudonné persévère et pour prouver sa liberté de pensée il continuera toujours à caricaturer les juifs.

Ensuite, les principaux reproches à son encontre sont d'avoir demandé à Le Pen de devenir le parrain sa fille et d'avoir inviter Faurisson sur scène pour lui décerner le prix de l'infréquentabilité par quelqu'un déguisé en déporté juif. Puis ce sont ensuite toutes les blagues (ses détracteurs disent que ce n'est plus de l'humour) sur les juifs ou les israéliens dans ses spectacles. Dieudonné est aussi très provocateur, et on lui reproche aussi de ne jamais avoir voulu apaiser les choses, et d'être toujours allé au conflit. C'est vrai. C'est aussi vrai pour ses détracteurs.

Par contre, Dieudonné qui a été poursuivi et condamné au moins quatre fois pour incitation à la haine du fait de ses blagues sur les juifs n'a jamais été poursuivi pour ses blagues sur les musulmans, les noirs et les catholiques. Certains parmis ses fans expliquent ceci par le complot Juif, c'est à dire que les juifs dirigent le monde. Absurde me direz vous ? Oui bien sûr je vous répondrai, mais le fait est, que des gens croient à cela du fait du traitement différent que reçoit la communauté juive en France de la part de la LICRA et des pouvoirs publics et médiatiques en général. Alors que les actes rascistes sont condamnés du bout des lèvres, les actes antisémites donnent lieu à des tonnerres d'indignation. Il faudrait un tonnerre d'indignation pour tous les actes racistes, qu'ils soient anti-juifs, anti-musulmans, anti-arabes ou anti-homos. Le racisme concerne tout un chacun. L'antisémitisme est aussi écoeurant et stupide que le racisme contre les arabes ou les noirs, ou même les blancs et les verts.

Dieudonné répète à l'envie qu'il n'est ni raciste ni antisémite, et que le geste de la quenelle n'est pas antisémite non plus. Les médias répètent à l'envie que Dieudonné est antisémite et que le geste de la quenelle est antisémite.
Qui croire ? Et bien croyez vous même. Si vous désirez vraiment vous faire une opinion sur Dieudonné, regardez ses spectacles sur internet. Ne regardez pas simplement les sketches qui traitent des juifs mais tous les sketches et ensuite vous pourrez vous faire une idée juste. Les médias malheureusement ont repris en coeur TOUTES les accusations contre Dieudonné.
Car soutenir Dieudonné, c'est tomber sous le coup de l'accusation d'être soi même antisémite, ce qui est au terriblement insultant et cela fait peur, car personne n'a envie d'être traité d'antisémite ou de raciste.

Soutenir le droit à l'expression d'un concitoyen signifie t-il que l'on partage ses vues ou ses opinions ? Voltaire le disait : "Je ne suis pas d'accord avec ce que tu dis, mais je me battrai pour que tu puisses le dire". D'où mon billet. Je n'aime pas Dieudonné. Je le trouve vulgaire et peu de ses sketches me font rire (avec quelques exceptions comme celui du conseil de discipline sur le voile à l'école).

Mais là n'est pas la question. La vraie question c'est : Faut-il interdire Dieudonné ?

C'est en fait une question pour très peu de médias et très peu de politiques car tous sont unanimement d'accords pour l'interdire.

On assiste en ce moment à une très belle démonstration de la puissance de la vision binaire. Blanc ou noir. Gentil ou méchant. Ange ou Diable. Dieudonné a été jugé comme Diable. Ce n'est pas certaines choses qu'il a dites qui sont jugées, mais tout le personnage, tous ses sketches. Valls aurait pu faire preuve d'un début de finesse en disant qu'il voulait interdire seulement les sketches jugés comme antisémites. Non il faut carrément interdire Dieudonné, toute son expression. Mais là n'est pas vraiment le problème.

Le problème c'est que très peu de gens ont été choqués de voir un ministre de l'intérieur décider par lui même qui doit être interdit de spectacle et qui ne doit pas l'être. C'est un geste digne d'une dictature ou d'une fausse démocratie, comme la Russie au hasard. La France serait-elle une fausse démocratie ? Heureusement non je ne crois pas, loin s'en faut (pour l'instant tout du moins).

La réalité est qu'il existe une justice, séparée du pouvoir exécutif et si des propos sont jugés illégaux ou délictueux, une plainte doit être déposée devant les tribunaux. On ne peut pas interdire à quelqu'un de s'exprimer, on doit par contre encadrer sa liberté et sanctionner s'il y a des abus.

C'est d'ailleurs ce qui se passe depuis plus de trente ans, non pas avec un comique mais avec un homme politique : Mr Le Pen. Le Pen a fait maintes et maintes déclarations jugées comme racistes et antisémites et il a d'ailleurs été souvent condamné pour cela. Mais est ce qu'il faut pour autant l'interdire ? Pourtant tout le monde sait que Le Pen est raciste et antisémite. Ce n'est un secret pour personne. Alors pourquoi ne pas l'interdire lui aussi, et sa fille qui défend les mêmes idées ?

Si l'on veut interdire les spectacles de Dieudonné, alors en toute logique, et même à plus forte raison (car Le Pen est un homme politique), il faut interdire les réunions politiques de Le Pen et plus généralement du Front National.

Ce qui est très intéressant et terrifiant à la fois dans l'affaire Dieudonné c'est de voir avec quelle complaisance tous les médias et toutes les personnalités publiques se rangent derrière le jugement et la condamnation d'un comique par un ministre de l'intérieur.

Absolument personne pour prendre un peu de recul.

Enfin si, il y a nous, les citoyens. On réfléchit, et tant qu'on réfléchit il y a de l'espoir !

 Note postérieure (2019)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP