VINCI AIRPORT MORT MYSTERIEUSE D’UN INGENIEUR FRANCAIS EN REPUBLIQUE DOMINICAINE

Le 5 février 2018 un ingénieur Français ne prend pas son vol mais chute mystérieusement du 3e étage de l’aéroport Las Americas en République Dominicaine géré par le groupe VINCI et meurt. Un tragique fait divers qui ouvre la boite de pandore sur le financement et les méthodes de rachat et d’administration des aéroports internationaux.

Le 5 février 2018, Marius Siounandan, de nationalité Française, âge de 37 ans, ingénieur informatique et père d’un enfant de 3 ans, en Vacances en République Dominicaine, ne prend pas son vol de retour Air Antilles Express A l’aéroport international Las Americas pour des raisons encore inexpliquées. Pourtant juste avant d’embarquer il prévenait un ami de Guadeloupe de venir le chercher.

Marius ne prendra plus jamais d’autre vol . Le jour même il tombe mystérieusement du 3e étage de l’escalier roulant de l’aéroport et meurt des suites de ses blessures.

Les autorités locales mettront presque 2 semaines pour renvoyer le corps auprès de sa famille.

La famille du défunt, qui exige des explications, confie l’affaire A Me DANINTHE en Guadeloupe et au Cabinet d’Avocats VIGNERON en République Dominicaine (Décret d’exequatur 2009-0466).

L’avocat multiplie les visites auprès des services juridiques de la société pour visionner l’accident, sans succès. Il fait notifier une mise en demeure par huissier mais les sièges sociaux des filiales Françaises paraissent fictifs et l’acte doit être finalement déposé au Parquet.

Un seul acte a pu être notifie, a AERODOM, mais il est remis en fait à MACROFINANZAS, une boite de domiciliation et de gestion qui indique compter « SANS SOUCI » (famille VICINI) comme client mais Aerodom Aeroport fait défaut dans sa liste publiée !!!

MACROFINANZAS est dirigé par Gregory Salcedo, Hector SALCEDO, Franck LLIBRE (vice Président du groupe PUNTA CANA et de l’aéroport de Punta CANA, ex de city bank), et Natalia FERNANDEZ.

VINCI République Dominicaine s’énorgueille d’être à la pointe des normes internationales de sécurité sur son site. Pourtant son escalier de Las Americas semble être responsable du drame.

Ce silence sur le visionnement de l’accident est d’autant plus étonnant que Aerodom (AEROPUERTOS DOMINICANOS SIGLO XXI, registre du commerce numéro 1-01-81541-8) a été rachetée en 2016 par le Groupe Français VINCI via ses filiale VINCI AIRPORTS ATLANTICA SAS et VINCI AIRPORTS DOMINICANA SAS, 2 filiales Françaises de « VINCI concessions » dont le siège social est à Rueil Malmaison.

Le cabinet d’Avocats Dominicain, spécialisé en droit international et en droit fiscal, qui a soulevé dernièrement une possible fraude fiscale de 300 millions d’euros par un groupe Français Franchiseur, qui est mandate pour l’indemnisation de centaines de victimes de déchets toxiques Rocash en République Dominicaine, confirme analyser actuellement les centaines de documents financiers des filiales du groupe VINCI en Rep. Dom et leurs intérêts croisés avec des sociétés domiciliées aux Bermudes et iles vierges Britanniques, un groupe de 8 sociétés qui géraient l’Aéroport jusqu’en 2016.

La maison mère VINCI Concessions (rcs 410 001 952) affiche un capital de plus de 4 milliards d’euros, des capitaux propres de plus de 6 milliards d’euros et un bénéfice net de plus de 2 milliards d’euros en 2016.

Les Français Nicolas NOTEBAERT (Président), Benoit TROCHU (vice-président), Pascale LEBRUN (secrétaire) et Astrid TRAN BA HUY (trésorier) siègent au Conseil d’Administration ; Monika HENRIQUEZ, semble être le premier fusil des filiales.

Par Décret du 10 octobre 2014, M. Nicolas Notebaert, Président des différentes filiales du groupe Vinci Airports, a été radié du corps des ingénieurs des ponts, des eaux et des forêts à effet rétroactif du 19 août 2012 et soumis à l'obligation de remboursement des frais supportés par l'État, lors de sa scolarité à l'École polytechnique ainsi qu'à l'École nationale des ponts et chaussées

Dans un article paru en 2013 Jade Lindgaard (MEDIAPART) rappelait les accusations portées contre les méthodes du groupe VINCI ; il rappelait que Philippe Laurent, cadre licencié pour trop parler, accusait le groupe de dysfonctionnements comptables et financiers, de diverses infractions aux codes civil et pénal d’infractions, à la charte éthique et d’escroqueries sur le projet du Cambodge ; il considérait que le cout des études de maîtrise d’œuvre suscitait des interrogations : « C’est impossible que cela coûte aussi cher ; Il y a de la surfacturation sur certains projets. On nous demande de prendre tel ou tel contractor sans appel d’offres »

Parfois l’arbre cache la forêt et derrière l’accident tragique ayant provoqué mort d’homme en République Dominicaine il y a un monde d’argent auquel s’intéressent les avocats. (organigramme sur le portfolio).

Il faut rappeler que la République Dominicaine est signataire de l’accord CAFTA avec les États Unis mais n’est pas signataire de l’accord bancaire sur l’échange automatique d’informations, en vigueur le 1er janvier 2018.

Via sa filiale Dominicaine le groupe Français VINCI gère les 6 aéroports internationaux de la République Dominicaine et notamment l’aéroport de Arroyo Hondo, cet aéroport situé au même endroit ou ont été déposés des millions de déchets toxiques (rocash)par la société AES, qui fait l’objet d’une demande de réparations de plus de 400 millions de dollars par le même cabinet d’Avocats Dominicains.

On peut légitimement se demander pourquoi le groupe VINCI, spécialisé dans les aéroports internationaux, concessionnaire depuis 3 ans de l’aéroport Las Americas, n’a toujours pas mis aux normes ses escaliers électriques alors que dans son rapport annuel 2016 il espère un good will pour l’Aéroport Las Americas de plus de 200 millions d’euros, ou il y passe plus de 4 millions de passagers.

Vinci a acheté officiellement A 8 sociétés des Bermudes et des Iles Vierges Britanniques 6,5 millions de dollars les parts sociales de la société AERODOM bénéficiaire de la concession de l’aéroport dont le capital social est de plus de 1 milliard. Mais le groupe déclare dans son rapport annuel 2016 qu’il a acheté la société pour 800 millions de dollars !

En République Dominicaine comme dans les autres pays le paiement effectué à une personne non résidente se voit appliquer une retenue a la source de 10%. Cette retenue de 80 millions de dollars a-t-elle été respectée pour ce paiement à destination des offshores ?

Après le rachat de la société AERODOM, une décision d’émission d’obligations sur le marché international est validée pour 550 millions de dollars ainsi qu’une autorisation d’emprunt de 230 millions de dollars.

D’un tragique fait divers c’est tout un monde de finances qui sera examiné prochainement à la barre et les langues pourraient se délier tant sur la nature de l’accident que sur les méthodes de rachat et d’administration des 6 aéroports internationaux.

Les avocats examinent les actions à mener en République Dominicaine mais également en France puisque le groupe est Français et que la victime est Française. Il sera peut-être demande au Parquet Français de se saisir de l’affaire.

En début d’année Le PDG de Vinci Xavier Huillard, ne déclarait t-il pas que «Toute entreprise devrait se reposer la question de son projet et de son utilité sociale et s'interroger sur le sens de son action»

Affaire à suivre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.