TRAFIC D INFLUENCE AU VILLAGE DES PECHEURS DE LAS TERRENAS?

Le magnifique  village des pécheurs de Las Terrenas en République Dominicaine avait été entièrement détruit en 2012 par les flammes.

Le village avait été reconstruit et des concessions locatives ont été octroyées a de nouveaux locataires par le Ministère du Tourisme.

En son temps il y avait eu de nombreux grincements de dents car les anciens exploitants qui ont tout perdu se sont rendu compte ce jour-là, mais nul n’est censé ignorer la loi, que le village était construit sur la bande de terre dont la propriété ne peut être que celle de l’Etat.

Durant des années de nombreux faux vrais propriétaires se sont déclarés propriétaires de terres qui n’appartenaient qu’ a l’Etat et ont signé des contrats de location et de vente sans pourtant n’avoir aucune qualité pour cela.

Apres la reconstruction on pouvait espérer que les erreurs passées ne seraient pas renouvelées et que les nouveaux arrivants prendraient garde de ne pas louer ou de ne pas acheter des biens a des tiers qui en aucune manière ne peuvent être des prives.

Il semble que l’histoire se renouvelle sans cesse.

Une procédure en responsabilité civile a été engagée en 2012 par la société Indiana Café, ex exploitant du village détruit, contre Mr JANA ex loueur de l’un des locaux et contre Mr René TECHER intermédiaire qui a proposé à la location et à la vente après la reconstruction du village les locaux du village des pécheurs.

Dans le cadre de cette procédure les avocats ont versés au dossier des pièces prouvant que certains prives, bénéficiaires des nouvelles concessions de location, continuent de proposer à la location ou à la revente ces biens qui ne leur appartiennent pas.

Des procédures pour escroquerie risquent d’être prochainement soumises à la justice et certaines pourraient être aussi dirigées contre le Ministère du Tourisme si ce trafic perdure et s’il s’avère que des fonctionnaires ont participé à ce marche noir de la sous location et de la revente de biens du domaine Public.

Affaire a suivre….

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.