Je suis Charlie, et aussi...

Il y a cinq ans, disparaissaient 12 personnes à Charlie Hebdo. "Je suis Charlie" réunissait les Français. Rendre hommage à ces hommes et femmes, mais aussi à tous ceux et celles d'aujourd'hui m'importait

charlie-attentat
Je suis Charlie, et aussi…

Le pompier qui risque sa vie pour sauver les forêts embrasées

La femme au rond-point qui enfile un gilet jaune pour devenir visible

Le gréviste en lutte contre les réformes antisociales

La marcheuse des rassemblements pour l’expression des oppositions

Le manifestant éborgné par les LBD des forces de police

L’infirmière qui demande de pouvoir faire son métier correctement

Le choriste qui résiste au démantèlement du Chœur de Radio France

Le professeur qui réécrit l’école pour qu’elle devienne intelligente et efficace

L’écolière en grève tous les vendredis pour le climat

L’écologiste qui défend sans concession les terrains naturels visés par les grandes entreprises

Le migrant qui recherche un pays d'accueil pour vivre tout simplement

La capitaine de l'équipage du navire de secours en Méditerranée

La pacifiste qui s’alarme des « va-t-en-guerre » du monde actuel

La députée qui dit non aux lois discriminatoires

Le syndicaliste qui occupe son lieu de travail pour le défendre contre la voracité de ses dirigeants

La militante politique qui ne cède pas aux sirènes du pouvoir

 

Je suis Charlie, et aussi…

Le travailleur précaire qui enchaîne les petits boulots pour atteindre à peine le SMIC

La femme au boubou qui prend le RER aux aurores pour nettoyer les bureaux.

La caissière d’une grande surface aux horaires ingérables quand on a des enfants

L’employé du dimanche ou des nocturnes pour augmenter un peu mon salaire.

 

Le SDF affamé qui crie sa misère dans le métro

La vieille femme qui fouille la poubelle pour trouver un peu à manger

L’homme fatigué qui s’endort debout dans le bus

La personne enfouie dans un sac de couchage à la station du Musée d’Orsay

 

Le sans-papier qui fuit les regards et les contrôles policiers

L’étranger qui cherche à trouver son chemin dans les méandres administratifs

L’enfant Rom sans école qui mendie dans les voitures du RER

Le migrant errant de camps en camps détruits inlassablement par les forces de police

 

Le paysan mis à mal par les grandes exploitations agricoles

L’épicier dont la grande enseigne voisine a baissé le rideau pour toujours

Le pêcheur qui ne sort plus en mer, les grands chalutiers ayant raclé tous les fonds marins

L’institutrice de l’école du village qui vient de fermer, ses élèves prendront le car pour rejoindre l’école voisine

 

L’homme qui vient d’être licencié par son employeur qui délocalise pour engranger de plus gros bénéfices

La femme expulsée de son logement par un huissier fataliste qui ne lui laissera que quelques valises

La mère au chômage perdue dans les dédales de Pôle emploi et qui n’en peut plus

L’enfant d’une famille jugée trop assistée et qui n’a plus le droit à la cantine

 

La retraitée touchant une toute petite pension et qui peine à survivre

La personne âgée sans mutuelle qui ne peut s’offrir d’appareil dentaire

Le cinquantenaire que l’entreprise licencie, car il coûte trop cher

Le retraité qui ne peut se passer d’un petit boulot s’il veut manger

 

Le garçon d’origine magrébine suspect à vue de délinquance et contrôlable à merci.

La mère musulmane qui n’a que le voile pour affirmer son identité féminine

L’enfant de seconde ou troisième génération que l’école républicaine laisse de côté, sa culture trop éloignée de la sienne

La jeune fille qui apprend un métier qu’elle ne rêvait pas dans un lycée réservé à ses semblables issus des familles immigrées

 

L’enfant qui dès son plus jeune âge sait que l’école… ce n’est pas pour lui

L’enseignant du 93 qui au quotidien voit la souffrance de ses élèves dans une école sans espérance

L’apprentie qui s’enthousiasme pour un métier, mais qui se heurte au favoritisme des filières.

L’élève décrocheur ou décroché qui n’a plus que les petits jobs ou les petits trafics pour gagner quelques euros

 Je suis Charlie, je suis nous, je suis vous, je suis eux, je suis elles…

 

Les huit membres disparus de la rédaction de Charlie Hebdo

Cabu, dessinateur 

Charb, dessinateur et directeur de la publication 

Tignous, dessinateur 

Honoré, dessinateur 

Wolinski, dessinateur ;

Bernard Maris, économiste et chroniqueur 

Mustapha Ourrad, correcteur 

Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse 

 

Les autres victimes sont :

Frédéric Boisseau, employé de la société chargé de la maintenance dans l'immeuble

Michel Renaud, invité de la rédaction

Franck Brinsolaro, officier du service de protection

Ahmed Merabet, gardien de la paix du commissariat du 11e arrondissement

 

Le 9 janvier 2015, une policière municipale puis quatre clients du magasin Hyper Cacher de la Porte de Vincennes sont tués au par Amedy Coulibaly après la prise d'otages pour libérer les deux frères Kouachi auteurs du massacre à Charlie Hebdo.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.