La pédagogie Freinet, toujours aussi jeune et émancipatrice!

La loi de Refondation de l’école, le Socle commun… prônent des pratiques pédagogiques coopératives respectueuses des cheminements personnels d’apprentissage et de l’expression de l’enfant, de l’élève. Je pourrais m’en réjouir, mais un triste constat m’en empêche

La loi de Refondation de l’école, le Socle commun… prônent des pratiques pédagogiques coopératives respectueuses des cheminements personnels d’apprentissage et de l’expression de l’enfant, de l’élève. Je pourrais m’en réjouir, mais un triste constat m’en empêche : les mouvements pédagogiques qui les mettent en œuvre depuis presque un siècle restent toujours invisibles dans les préconisations institutionnelles. En effet, les ESPE les tiennent le plus souvent à l’extérieur de la formation et elles sont parfois méprisées par certains cadres de l’éducation nationale.

Pourtant de nombreux jeunes enseignants sont en recherche de pratiques différentes,  certains participent aux réunions locales, départementales de l’ICEM-pédagogie Freinet où formation et mutualisation se tissent pour accompagner leurs premiers pas dans le métier d’enseignant.

Il était important d’apporter à tous ceux qui souhaitent enseigner autrement quelques « pourquoi » et quelques « comment » pour conforter leur désir de changer leurs pratiques et leur permettre d’oser se lancer en pédagogie Freinet. Un petit livre est sorti, nourri de mon vécu d’enseignante : « Entrer en pédagogie Freinet ». Voici les quelques mots que j’ai écrits pour sa conclusion :

« Les premiers pas pour entrer en pédagogie Freinet présentés dans cet ouvrage sont bien sûr personnels. Un autre enseignant aurait sans doute privilégié des pistes différentes.

Ma vision de l’enfant, de l’adulte qu’il deviendra et de la société dans laquelle je voudrais qu’il vive a guidé mon cheminement tout au long de ma vie d’enseignante. Une recherche permanente – et passionnante – pour articuler utopie et réalité. Chaque rentrée scolaire a été une nouvelle “entrée” en pédagogie Freinet, mais enrichie des années précédentes, une histoire sans fin…

L’utopie est essentielle pour semer les plants d’une autre société dans une autre école, mais la réalité que nous vivons au quotidien dans la classe dans l’établissement l’est tout autant. Le temps de l’enfance est précieux, il n’a pas à être sacrifié, et huit heures pour un enfant c’est très long… Ce qu’il a vécu, subi, aimé, pleuré, appris, pensé… contribuera à façonner l’adulte de demain qui réfléchira et agira – ou pas – sur la société.

Pour moi, les principes indispensables de l’école sont la confiance, la considération, la reconnaissance, le désir, le plaisir, l’épanouissement personnel, la coopération, l’écoute, le dialogue, la valorisation et le respect des cheminements singuliers. 

La pédagogie Freinet pourra s’installer tranquillement dans un tel milieu !

En attendant que l’école reprenne ces principes, chacun de nous peut les faire vivre dans sa classe. 

Plus la terre sera riche et respectée, plus les graines pédagogiques Freinet pourront se développer : l’expression, la communication, la création, la méthode naturelle, le tâtonnement expérimental, la recherche documentaire…

Si vous doutez, après une remarque de collègues, de parents, regardez les enfants. Un regard qui pétille lors d’une recherche, une expression de fierté après une présentation d’une œuvre, une main qui se tend pour aider un camarade, la première prise de parole d’un enfant. »

Pour découvrir sa présentation, son sommaire … et plus, il est sur le site de l’éditeur les: Éditions Libertalia et dans toutes les bonnes librairies le 16 avril !

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.