Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

242 Billets

3 Éditions

Billet de blog 15 juin 2017

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Méfiance pour l’École de la confiance

Après la lecture des quatre mesures[1] de Jean-Michel Blanquer pour bâtir l’école de la confiance pour la rentrée de 2017, publiées le 13 juin. Je me suis arrêtée sur la première mesure « Dédoubler les classes de CP en REP+ ».

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Orange

« Pourquoi dédoubler les classes de CP en REP+ ? »

  « Il faut agir à la racine pour combattre la difficulté scolaire, c'est-à-dire dès les premières années des apprentissages fondamentaux (CP et CE1). À la rentrée 2017, le choix est de concentrer l'effort là où c'est le plus nécessaire : dans les classes de CP des REP+. L'objectif global dans lequel s'inscrit cette mesure est "100 % de réussite en CP" : garantir, pour chaque élève, l'acquisition des savoirs fondamentaux - lire, écrire, compter, respecter autrui. »

Eh bien, avec « garantir, pour chaque élève, l'acquisition des savoirs fondamentaux - lire, écrire, compter, respecter autrui. », les inégalités scolaires ont de bons jours devant elles !

L’accès aux connaissances qui donnent sens aux savoirs opérationnels et permettent de comprendre le monde et d’y prendre place, ce n’est pas pour l’enfant de REP +, il n’en a pas besoin ! Sa voie est toute tracée : être « enseigné » de savoirs opérationnels, être « civilisé » pour accepter respectueusement les injustices qu’il découvrira tout au long de ses études – courtes bien sûr – et de sa vie professionnelle.

Ce retour aux fondamentaux opérationnels rendrait possible les pratiques pédagogiques idéalisées de l’enseignement de l’École républicaine du 20e siècle qui permettaient aux enfants de lire, d’écrire sans fautes, de débiter la suite numérique, d’effectuer les quatre opérations, de réciter quelques dates et récits d’histoire, de reproduire des cartes de France... et d’écouter quotidiennement des leçons de morale pour construire un citoyen respectueux des lois – qu’il n’a pas besoin de connaître, mais qu’il ne doit pas ignorer.

On oublie bien sûr que ces acquis récompensés par le certificat d’études primaires (CEP) ne concernaient pas tous les enfants.

« On peut estimer à seulement 25 % la proportion d’une classe d’âge qui obtient le certificat de fin d’études dans les années 1880, au tiers dans les premières années de l’entre-deux-guerres et à presque la moitié juste avant la Seconde Guerre mondiale. La proportion de lauréats du certificat de fin d’études primaires ne dépassera jamais 55 % d’une classe d’âge : c’est la proportion actuelle de lauréats d’un baccalauréat général ou technologique », précise Claude Lelièvre dans un article du Monde (21 août 2016).

De plus, pour de nombreux enfants, les études se terminaient avec le CEP qui représentait le bagage minimum opérationnel pour participer à la vie économique et citoyenne.

Est-ce donc ce qui est visé aujourd’hui pour les enfants de REP et de REP + ?

Quant au « respect d’autrui », limiter ainsi l’éducation à la citoyenneté élimine tous les droits de l’enfant pour ne se centrer que sur ses « devoirs ». La participation et l’expression des enfants sont ainsi balayées d’un revers autoritaire où seule la parole de l’adulte est reconnue. Celle de l’enfant n’est sans doute que du bavardage qu’il faut réprimer et canaliser pour ne la réserver qu’aux réponses aux interrogations du professeur !

Et pourquoi éduquer un enfant, un jeune à ses droits si un projet de société ne souhaite pas qu’ils les utilisent une fois adultes ?

Et pour ce gouvernement, la participation citoyenne n’est certainement pas attendue des jeunes et des adultes sur les territoires populaires – ou pas ! 

 « L'enjeu majeur c'est la qualité de la pédagogie déployée dans ces classes » 

 « La qualité de la pédagogie » est sans doute celle qui était utilisée dans les classes de l’école républicaine idéalisée par les penseurs de l’éducation qui inspirent le gouvernement ?

Par exemple pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture l’enseignant devra-t-il utiliser les méthodes syllabiques, voire phonétiques, la répétition collective de syllabes isolées, la lecture et l’écriture de phrases sans sens, mais qui scandent les syllabes, la rédaction de petits textes avec ce que l’élève a mémorisé… ?  

Et pour la langue orale et le vocabulaire, devra-t-il instituer la répétition collective d’expressions, de mots avant que les élèves les apprennent par cœur pour les restituer dans des exercices ? 

On peut imaginer la même « qualité pédagogique » pour le calcul basée sur la répétition, l’apprentissage par cœur, et la résolution de petits problèmes d’application. 

« Les professeurs bénéficieront d'une formation adaptée à ce nouveau contexte d'enseignement. »

Qui ? Des experts des think tanks, instituts, fondations… et autres chercheurs inspirateurs de la politique éducative ou tout simplement une formation à distance avec quelques bonnes vidéos dans des classes validées. 

Beaucoup d’inquiétudes pour ce projet qui en induiront d’autres en REP.

Les CP en 2017, les CE1 en 2018 et après ?

Un projet d’éducation prioritaire centré sur les seuls fondamentaux opérationnels pendant que dans les écoles des autres territoires, l’accès aux autres fondamentaux (ceux qui permettent de comprendre et de penser le monde avec toute sa complexité, de se projeter dans la société…) sera possible.

La « qualité » émancipatrice de la pédagogie n’est certainement pas prévue dans ce déploiement !

Les autres propositions pédagogiques comme la classe de CP/CE1 qui réunit les CP et les CE1[2] ne sont pas entendues, voire rejetées sur le terrain. Pour constituer une classe de 12 CP, certaines écoles voient leur projet de constitution de classes refusé par l’inspection.  

Et pourtant, deux ans pour apprendre « à lire, à écrire, à compter », comprendre le monde et assurer la suite du chemin scolaire, ce n’est pas rien dans la vie scolaire d’un enfant !

Mais la « qualité » émancipatrice de la pédagogie n’est pas envisagée.

Petit à petit, la « qualité » pédagogique souhaitée en éducation prioritaire sera-t-elle étendue à toutes les écoles ?

Le ministère de l’Éducation nationale ne redeviendrait-il pas celui de l’Instruction nationale ?

Beaucoup de questions !

Mais elles traduisent les inquiétudes d’une pédagogue portant les valeurs et les principes de l’Éducation nouvelle et qui n’a pas confiance dans le projet d’école du ministre.

 [1] Sur le site : http://www.education.gouv.fr/cid117637/-infographie-4-mesures-pour-batir-l-ecole-de-la-confiance.html

[2] Une classe de 12 CP, de 12 CE1, c’est possible : https://www.icem-pedagogie-freinet.org/node/50411 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar