Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

237 Billets

3 Éditions

Billet de blog 16 janv. 2014

Temps éducatifs de l'enfant et tourisme !

Pour être entendu par Monsieur Peillon, mieux vaut représenter les professionnels des sports d'hiver que les militants des mouvements pédagogiques !« Bon temps scolaire » ou non le calendrier des vacances de printemps sera revu en 2016 pour plaire aux professionnels du tourisme de la neige... Vincent Peillon l'a annoncé à l'Assemblée nationale le 15 janvier.

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour être entendu par Monsieur Peillon, mieux vaut représenter les professionnels des sports d'hiver que les militants des mouvements pédagogiques !
« Bon temps scolaire » ou non le calendrier des vacances de printemps sera revu en 2016 pour plaire aux professionnels du tourisme de la neige... Vincent Peillon l'a annoncé à l'Assemblée nationale le 15 janvier.

Voici ce que j'écrivais après les questions au gouvernement du 18 décembre en tant que militante pédagogique :

Monsieur Peillon, le 17 décembre, répondant à une question à l’Assemblée nationale, vous vous exclamiez : « Pour bien apprendre, il faut du bon temps scolaire pour tous les enfants de France, c’est meilleur surtout pour ceux qui ont le plus besoin de l’école, car ils n’ont que l’école pour réussir ! »

 Et le lendemain, vous rassuriez les élus de montagne qui s’inquiétaient pour l’équilibre pédagogique, économique et de l’emploi menacé par le nouveau calendrier scolaire. Après voir dit « Vous avez raison », vous déclariez : « Je souhaite que le Conseil supérieur de l’éducation se réunisse en janvier prochain afin qu’on revienne sur les semaines tronquées des vacances de février – le fait que celles-ci commencent en milieu de semaine constitue une difficulté majeure – et qu’on évite que les vacances de Pâques mordent ainsi sur le mois de mai, une dérive qui s’amplifiait avec la troisième année du calendrier. »

 En 24 heures, quel changement !

Déjà, Monsieur Peillon, ce sont les vacances de printemps, et non de Pâques et comme le mois de mai appartient au printemps, où est la dérive ?  

Ensuite en acceptant de satisfaire le tourisme blanc, vous reniez vos propos du 17 décembre. En effet, ces enfants qui ont le plus besoin de « bon temps scolaire » ne partent jamais aux sports d’hiver. Seuls 8 % des Français partent au ski (et encore un an sur 2) et c’est pour cette minorité que vous allez concentrer les vacances d'hiver et de printemps sur les semaines où la neige fleurit pour satisfaire les entreprises touristiques !

En 2014, les vacances de printemps mordent sur le mois de mai (12 mai), ce qui permet à la première zone qui part en vacances d’hiver, d’avoir au moins six semaines de classe. Ce ne sont pas les sept semaines recommandées, mais si on resserre encore pour ne pas mordre sur mai, on tombera à quatre semaines !

Ces coupures rapprochées avec les temps de reprise brisent le rythme et réduisent d’autant le « bon temps scolaire » nécessaire « pour bien apprendre ». Et pour à peine 10 % des enfants qui partent aux sports d’hiver (et ce sont toujours les mêmes de vacances en vacances), il faut dire qu’une semaine aux sports d’hiver pour une famille équivaut au minimum à deux mois de SMIC.

Et ce ne sont pas « ceux qui ont le plus besoin de l’école, car ils n’ont que l’école pour réussir » qui partent. Ce sont plutôt les enfants pour qui l’école fonctionne bien : les enfants de familles à haut revenu, fortement diplômées, de cadres… et si peu d’ouvriers. De plus, partir en vacances en hiver va de pair avec une vie sociale, culturelle et sportive riche. Ce sont les mêmes qui fréquentent les pistes, les cinémas, les théâtres, les activités culturelles… Et pour les autres surtout « Ceux qui ont le plus besoin de l’école, car ils n’ont que l’école pour réussir », ils n’auront guère d’activités à part la télé, l’ordinateur, les bas d’immeubles…

Eh bien, ce n’est pas ainsi que l’on va renverser la tendance constatée par PISA : la croissance des inégalités scolaires liées aux inégalités sociales !

Monsieur Peillon, il n’y a pas que la semaine scolaire pour respecter les temps éducatifs de l’enfant, penser l’année scolaire est inévitable. Les vacances sont sources d’inégalités non seulement sur le plan du bien-être, mais également sur celui de l’accès à la culture, de la découverte de son milieu…  

Le temps scolaire annuel est à revoir, mais également ce qu’on propose aux enfants pendant les vacances. Les séjours doivent retrouver l’expression « populaire » qu’ils ont perdue, l’accès au départ pour tous est un élément important pour réduire les inégalités sociales et donc scolaires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin