Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

241 Billets

3 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2018

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Lutte collective ou colère individuelle ?

Ce qui se profile ce 17 novembre dépasse largement les seules taxes sur le carburant...

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La journée de grève enseignante du 12 novembre était exceptionnelle, tous les syndicats y appelaient. Mais le résultat questionne : peu de grévistes, surtout dans le premier degré, et peu de manifestants. L'idée de luttes collectives disparaîtrait-elle en même temps que la confiance dans les acteurs historiques de la politique et des luttes (partis, syndicats) ?

Aujourd’hui, on n'est plus dans la recherche du progrès social pour tous, les acquis sont rognés à vitesse grand V.  La peur de perdre ce qu'on a force le repli sur soi. On se contente de l’existant, ça pourrait être pire, on préserve les siens... du coup, on ferme les yeux sur ce qui nous entoure. On entrouvre la fenêtre du monde avec la télé, le journal… mais ce qu’on voit fait peur, l’autre, l’étranger à sa famille devient menaçant, pour son travail, son quartier, son école, son logement, sa voiture… on se replie encore un peu plus sur soi et les siens et un jour on devient sensible aux propos conservateurs voire réactionnaires.

Et les cadeaux de Macron aux plus riches... de son expression « pognon de dingue » pour les prestations sociales, de « il suffit de traverser la rue » ont laissé des traces. Et ce n'est pas fini. La fin des cotisations sociales sur la feuille de paie sonnent le glas de la sécurité sociale, des allocations chômage, du temps de travail... Chacun devra être son propre recours, si on il en a les moyens, car les inégalités de revenus ont de l’avenir !

La population active regroupe 26,6 millions d’actifs ayant un emploi et 3 millions de personnes au chômage (INSEE 2016). Sur ces 29,6 millions (montants nets par mois) : 

 5 % touchent moins que le SMIC et 1,83 million n'ont que le RSA (550,90 euros)
12 % touchent 1150 euros  (le SMIC)
20 % touchent moins de 1350 euros
30 % touchent moins de 1 500 euros.
44 % touchent moins de 1700 euros
50 % touchent moins de 1800 euros (revenu médian)
59 % touchent moins de 2 000 euros 
68 % touchent moins de 2250 euros
80 % touchent moins de 2800 euros

La moitié de la population touche moins de 1800 euros. Presque le tiers moins de 1500 euros. Beaucoup ont donc des fins de mois difficiles qui débutent de plus en plus tôt dans le mois. Beaucoup de jeunes adultes ne peuvent accéder au logement et vivent de plus en plus longtemps chez leurs parents ou y retournent. On constate également la multiplication de postes sous-payés, ce qui crée une nouvelle pauvreté : la pauvreté qui travaille. Du coup ce qui se profile ce 17 novembre dépasse largement les seules taxes sur le carburant... 

 Sur ce fond de régression sociale alimentée sans complexe par le gouvernement « qui assume », cette journée est également la conséquence de choix politiques antérieurs :

- fermeture des petites lignes de train,

- concentration des activités sur les villes et agglomérations (commerces, santé, transports en commun...),

- regroupements de classes avec fermeture d’école,

- mobilité accrue du salarié

- prix du logement qui diminue plus on s'éloigne des villes

- etc.
La voiture est donc importante pour tous ceux qui vivent sur les territoires ruraux ou périphériques.  Et leur confiance sur l'utilisation de l’augmentation de la taxe pour la transition écologique n'est guère au rendez-vous. Il faut dire que la transition écologique est la parente pauvre de ce gouvernement. Les grandes décisions ne se font pas, car il ne faut pas toucher au modèle économique, aux grandes entreprises comme Total, à l'exploitation économique des forêts. N’oublions pas que les compagnies aériennes sont épargnées en ne taxant pas le kérosène...
 

Ce 17 novembre ne risque-t-il pas de n’être qu’un rassemblement d’individus côte à côte mais qui ne fera pas mouvement, union, réunion… chacun ne défendant que ses propres intérêts ? Ce qui pourrait se reproduire pour d’autres contestations à l'avenir.

Pourtant des mouvements portant des causes humanitaires, environnementales existent. Les jeunes y sont fortement présents, même si pour l’instant peu d’entre eux viennent des quartiers très populaires. Nous inventeront-ils de nouvelles formes d’engagement ? Je l’espère !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel