La 25e heure ?

En 2008, la semaine de 4 jours et demi laisse la place à la semaine de 4 jours. De 26 heures d’enseignement devant toute la classe, les enseignants passent à 24 heures, mais il leur reste toujours 27 heures de services (2 heures d’aide personnalisée pour les enfants en difficulté scolaire et toujours 1 heure pour la concertation).

En 2008, la semaine de 4 jours et demi laisse la place à la semaine de 4 jours. De 26 heures d’enseignement devant toute la classe, les enseignants passent à 24 heures, mais il leur reste toujours 27 heures de services (2 heures d’aide personnalisée pour les enfants en difficulté scolaire et toujours 1 heure pour la concertation).

Aussitôt, syndicats et militants pédagogiques ont montré leur désaccord et dénoncé le temps compressé par cette réforme. Ainsi, je me suis exprimée dans un billet « 24 heures chrono » où je m’inquiétais (et je n’étais pas la seule…) à la fois des horaires cloisonnés, de la fin des cycles, des programmes qui allaient ressembler de plus en plus à une table des matières de manuel scolaire et du recentrage sur les fondamentaux. Plus le temps de rechercher, de questionner, de tâtonner, de réinvestir… bref la pédagogie voilée.

Nous étions tous inquiets par rapport au rythme de l’enfant, de la fatigue engrangée dans ces journées trop remplies. Les chronobiologistes nous soutenaient. Il fallait au moins revenir à la semaine de 4 jours et demi, voire réfléchir davantage à la journée, à la semaine et l’année : « Le temps de l’enfant, ça se respecte ! ».

Nous nous étions également inquiétés pour les enfants qui auraient ces deux heures supplémentaires avec l’aide personnalisée : referaient-ils ce qu’ils n’avaient pas réussi dans la journée, une seconde couche serait-elle profitable ? Ne serait-ce pas une double peine pour eux ? Ne seraient-ils pas stigmatisés par rapport à leurs camarades ? Ce travail scolaire supplémentaire, ne serait-il pas proposé pendant des temps de repos ou d’activités culturelles ou sportives (que ce soit pendant la pause méridienne ou le soir) ? Certains enseignants ont résisté, détourné cette aide personnalisée et ont même été sanctionnés.   

Nos inquiétudes sur cette semaine de quatre jours se sont révélées justifiées par les constats négatifs des différents rapports sur les rythmes scolaires.  

Après la concertation de cet été, il est décidé qu’en 2013 la semaine de 4 jours et demi sera remise en place en primaire. Comme dans l’ensemble, les enseignants et les parents apprécient le samedi matin libéré, le nouveau ministre de l’Éducation propose donc de placer cette demi-journée le mercredi matin.

L’enseignant devra effectuer 25 heures devant toute la classe dont 2 heures hors enseignement (suggestion les devoirs !) et les collectivités locales auront à leur charge 2 heures pour des activités culturelles ou d’accompagnement. Les deux heures d’aide personnalisée sont supprimées.

Les enseignants ont donc une heure de moins devant les élèves par rapport à 2007, mais une heure de plus par rapport à 2012. Et coup de tonnerre, les syndicats surfent sur cette heure supplémentaire, les communiqués indignés se succèdent, les enseignants se sentent maltraités… On a même l’impression que la semaine de 4 jours avec les 24 heures devant la classe entière est un acquis qu’il faut défendre. On oublie les rythmes, le temps compressé, les programmes qui ne suivent pas et l’aide personnalisée…

Mais où est l’intérêt de l’enfant ?

Pourtant, il y a de quoi réagir dans l’organisation que propose Vincent Peillon, par exemple les 30 minutes en fin de chaque journée réservées aux devoirs !

Soyons plus ambitieux que la défense d’un acquis qu’on n’a d’ailleurs pas toujours revendiqué !

Les consultations continuent on peut proposer, peser pour le bien-être de l’enfant et de l’enseignant.

 Le minimum à demander :

– Plus de devoirs ! 

Demandons la fin des devoirs et revendiquons un temps de travail personnel (entraînements, mémorisation, recherche documentaire, lecture, écriture…) réparti sur toute la journée en lien avec les apprentissages et pas seulement concentré sur une plage du soir. L’enseignant peut ainsi organiser ces temps comme il le souhaite. Les pratiques pédagogiques qui favorisent l’entraide, les binômes dans ces temps de travail individuel peuvent ainsi être préférées. Plus besoin d’aide aux devoirs !

– Du temps de concertation enseignants et animateurs pour donner sens et cohérence aux activités culturelles.

Les deux heures dues pour atteindre les 27 heures de service pourraient être utilisées. Ainsi, les différents temps d’éducation (scolaire et hors scolaire) qu’ils soient organisés par les enseignants ou par les animateurs ou en coopération ne seraient pas juxtaposés, mais vraiment complémentaires.

– Reprendre les cycles et les mettre vraiment en pratique pour personnaliser les temps d’apprentissage et donner du temps à l’enfant sur plusieurs années. Un chapitre qu’il serait bon de mettre dans la formation qu’elle soit initiale ou continue.

– Arrêter la pression des évaluations et de la compétition.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.