Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

242 Billets

3 Éditions

Billet de blog 24 oct. 2012

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

La 25e heure ?

En 2008, la semaine de 4 jours et demi laisse la place à la semaine de 4 jours. De 26 heures d’enseignement devant toute la classe, les enseignants passent à 24 heures, mais il leur reste toujours 27 heures de services (2 heures d’aide personnalisée pour les enfants en difficulté scolaire et toujours 1 heure pour la concertation).

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2008, la semaine de 4 jours et demi laisse la place à la semaine de 4 jours. De 26 heures d’enseignement devant toute la classe, les enseignants passent à 24 heures, mais il leur reste toujours 27 heures de services (2 heures d’aide personnalisée pour les enfants en difficulté scolaire et toujours 1 heure pour la concertation).

Aussitôt, syndicats et militants pédagogiques ont montré leur désaccord et dénoncé le temps compressé par cette réforme. Ainsi, je me suis exprimée dans un billet « 24 heures chrono » où je m’inquiétais (et je n’étais pas la seule…) à la fois des horaires cloisonnés, de la fin des cycles, des programmes qui allaient ressembler de plus en plus à une table des matières de manuel scolaire et du recentrage sur les fondamentaux. Plus le temps de rechercher, de questionner, de tâtonner, de réinvestir… bref la pédagogie voilée.

Nous étions tous inquiets par rapport au rythme de l’enfant, de la fatigue engrangée dans ces journées trop remplies. Les chronobiologistes nous soutenaient. Il fallait au moins revenir à la semaine de 4 jours et demi, voire réfléchir davantage à la journée, à la semaine et l’année : « Le temps de l’enfant, ça se respecte ! ».

Nous nous étions également inquiétés pour les enfants qui auraient ces deux heures supplémentaires avec l’aide personnalisée : referaient-ils ce qu’ils n’avaient pas réussi dans la journée, une seconde couche serait-elle profitable ? Ne serait-ce pas une double peine pour eux ? Ne seraient-ils pas stigmatisés par rapport à leurs camarades ? Ce travail scolaire supplémentaire, ne serait-il pas proposé pendant des temps de repos ou d’activités culturelles ou sportives (que ce soit pendant la pause méridienne ou le soir) ? Certains enseignants ont résisté, détourné cette aide personnalisée et ont même été sanctionnés.   

Nos inquiétudes sur cette semaine de quatre jours se sont révélées justifiées par les constats négatifs des différents rapports sur les rythmes scolaires.  

Après la concertation de cet été, il est décidé qu’en 2013 la semaine de 4 jours et demi sera remise en place en primaire. Comme dans l’ensemble, les enseignants et les parents apprécient le samedi matin libéré, le nouveau ministre de l’Éducation propose donc de placer cette demi-journée le mercredi matin.

L’enseignant devra effectuer 25 heures devant toute la classe dont 2 heures hors enseignement (suggestion les devoirs !) et les collectivités locales auront à leur charge 2 heures pour des activités culturelles ou d’accompagnement. Les deux heures d’aide personnalisée sont supprimées.

Les enseignants ont donc une heure de moins devant les élèves par rapport à 2007, mais une heure de plus par rapport à 2012. Et coup de tonnerre, les syndicats surfent sur cette heure supplémentaire, les communiqués indignés se succèdent, les enseignants se sentent maltraités… On a même l’impression que la semaine de 4 jours avec les 24 heures devant la classe entière est un acquis qu’il faut défendre. On oublie les rythmes, le temps compressé, les programmes qui ne suivent pas et l’aide personnalisée…

Mais où est l’intérêt de l’enfant ?

Pourtant, il y a de quoi réagir dans l’organisation que propose Vincent Peillon, par exemple les 30 minutes en fin de chaque journée réservées aux devoirs !

Soyons plus ambitieux que la défense d’un acquis qu’on n’a d’ailleurs pas toujours revendiqué !

Les consultations continuent on peut proposer, peser pour le bien-être de l’enfant et de l’enseignant.

 Le minimum à demander :

– Plus de devoirs ! 

Demandons la fin des devoirs et revendiquons un temps de travail personnel (entraînements, mémorisation, recherche documentaire, lecture, écriture…) réparti sur toute la journée en lien avec les apprentissages et pas seulement concentré sur une plage du soir. L’enseignant peut ainsi organiser ces temps comme il le souhaite. Les pratiques pédagogiques qui favorisent l’entraide, les binômes dans ces temps de travail individuel peuvent ainsi être préférées. Plus besoin d’aide aux devoirs !

– Du temps de concertation enseignants et animateurs pour donner sens et cohérence aux activités culturelles.

Les deux heures dues pour atteindre les 27 heures de service pourraient être utilisées. Ainsi, les différents temps d’éducation (scolaire et hors scolaire) qu’ils soient organisés par les enseignants ou par les animateurs ou en coopération ne seraient pas juxtaposés, mais vraiment complémentaires.

– Reprendre les cycles et les mettre vraiment en pratique pour personnaliser les temps d’apprentissage et donner du temps à l’enfant sur plusieurs années. Un chapitre qu’il serait bon de mettre dans la formation qu’elle soit initiale ou continue.

– Arrêter la pression des évaluations et de la compétition.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André