Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

241 Billets

3 Éditions

Billet de blog 26 nov. 2018

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Un mouvement «bon enfant»?

L’expression « bon enfant » a qualifié largement les différentes actions des gilets jaunes dans les médias et dans la parole politique.

Catherine Chabrun
Pédagogue, écologiste et militante des droits de l'enfant -
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelques exemples :

Barrages filtrants bon enfant

Marée de gilets jaunes bon enfant

Gilets jaunes, ambiance bon enfant

Le  mouvement bon enfant des gilets jaunes

Gilets jaunes, pique-nique bon enfant

Des rassemblements bon enfant

Des blocages bon enfant

« Deux types de manifestants : ceux que je qualifie de "bons enfants" passant un message, une revendication et ceux qui sont violents. » (Le ministre de l’intérieur)

L’expression n’a pas été employée pour le mouvement #NousToutes ou alors nuancée : « Les défilés du 24 novembre initiés par le mouvement #NousToutes se sont déroulés dans une ambiance bon enfant, mais consciente de la gravité du combat. »

Les principales définitions de l’expression « bon enfant » :

L'événement est joyeux, bon enfant, il y a presque un côté festif,

Qui a une gentillesse simple et naïve.

Aimable, indulgent, bon, pour une personne.

Le mouvement des gilets jaunes serait donc joyeux, festif, gentil…  voire naïf ?

Pourtant sur tout le territoire,  le rejet des nouvelles taxes sur le carburant s’est nourri des difficultés matérielles, de la baisse de pouvoir d’achat et du mépris des élites politiques. Les témoignages des gilets jaunes révèlent un fort malaise général, une perte de dignité et un fort ressentiment contre la politique de Macron.

Avec une nouvelle donne pour un mouvement national : la mobilisation s’est faite en dehors des organisations politiques et syndicales traditionnelles, grâce aux réseaux de proximité  ou « sociaux ».  

 Jusqu’au 24 novembre, les actions des gilets jaunes ont été qualifiées de « bon enfant » et ont reçu un accueil exceptionnel de la part des chaînes d’information continue ce qui a rapidement donné au mouvement une dimension et une sympathie nationales.  L’audience recherchée était assurée par la forme de la médiatisation : mise en spectacle des actions et des témoignages en s’appuyant sur le côté « bon enfant » des gilets jaunes. 

Au lendemain des incidents sur les Champs-Élysées, on n’entend plus l’expression « bon enfant » pour les gilets jaunes, mais plutôt de « Français paisibles » et pour les auteurs d’incidents de « Français en colère ».

Les chaînes d’information continue insistent plutôt sur la désignation de porte-paroles, sur l’abandon d’un projet péage à l’entrée des villes, sur les propositions à venir de Macron et un peu moins sur les blocages du jour.  Les autres points d’actualités sont traités au même niveau que les actions des gilets jaunes…

Pas d’état d’âme, l’audience avant tout, les chaînes d’information continue feront le spectacle avec les actions des « Français paisibles » ou des « Français en  colère » selon ce qui pourra rapporter le plus d’audience.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
« CNR santé » : la désertification médicale fait dérailler le grand raout institutionnel
Difficile de bien qualifier le Conseil national de la refondation, dans sa version santé, lancé dans la Sarthe. Devant 500 personnes, le ministre de la santé a appelé les « territoires » à trouver leurs « propres solutions ». Des habitants sans médecin traitant ont tenté de rappeler à l’État ses obligations.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicales
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal
Guerre en Ukraine : des Français collaborent avec la « justice » de Poutine
Depuis le lancement de l’invasion de l’Ukraine, plusieurs militants français d’extrême droite fabriquent des preuves de crimes de guerre ukrainiens pour un faux tribunal russe.
par Elie Guckert
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André