CHUTE LIBRE

CHUTE LIBRE

 

CHUTE :  action de s’écrouler, de commettre une faute, de s’effondrer, de couler, de répandre, d’inonder. Il vaut mieux se prémunir de mots avant la chute, pour l’amortir. Intolérable, immorale, insupportable, inacceptable, traîtrise… Quoi dire de plus que de répéter en boucle ce qu’on entend depuis deux jours.

Un évadé ministre fiscal. Au moins, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir expérimenté son terrain de jeu. On n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Touché, coulé.

 

Qu’est ce qu’on attend pour faire la fête.

Qu’est ce qu’on attend pour être heureux.

Pour plus payer, se faire entuber.

Et arrêter de se faire étrangler.

Qu’est ce qu’on attend pour s’indigner.

 

Pâques au tison, Cahuzac au « peloton ».

CHUT ! ordre  de se taire, de ne pas dire, d’enfouir, de rabattre son caquet.

 

Merci Médiapart d’oser dire ce que tout le monde pense tout bas et que personne n’ose dire. Face au silence, votre voix s’élève et porte, surtout elle ouvre la porte de pandore. Que font les autres journalistes ? à part ne pas être indépendant.

 

La peopolisation des gazettes noie les gros poissons. Le silence est d’or.

Leurs économies peuvent reposer en paix. Une brume abyssale entoure d’un voile complice leurs pépites bien protégées, bien gardées par des bien entraînées à nous hypnotiser, à nous embobiner, à nous taxer pour que nous, les autres,  acculés, déplumés, on ne puisse pas disperser la brume et récupérer les pépites qui scintillent et nous narguent.

 

CHUTE DU JOUR : moment où la nuit arrive

J’ai douté, je le reconnais, face à l’affaire Cahuzac, pas douté de Médiapart, mais de l’ampleur du mensonge, de la bombe dormante sous le lit du ministre. Peur des impacts de l’explosion. Peur des conséquences.

 

Quelqu’un à dit, pas plus tard qu’hier, que tant que la population n’investira pas la rue, les pouvoirs ne seront pas menacés. Et bien investissons là et dispersons la brume qui devient irrespirable.

 

ANGLE DE CHUTE - lieu d’arrivée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.