ROSIMOND, LE DOUBLE DE MOLIERE

Nous sommes ravis de vous accueillir à la lecture de

 

Rosimond, le double de Molière 

édition La Librairie Théâtrale

de Alberto Lombardo et Catherine Tullat

 

Lundi 24 juin à 15h  au Théâtre Antoine 

14 Bd de Strasbourg - 75010 Paris - métro Strasbourg St Denis

 

Avec :   François Rollin, Bernard Menez, Isabelle Gardien, Jean-Christophe Allais, Marine Martin-Ehlinger, Hélène Serres,  Jean-Pierre Thiercelin et Philippe Touzet

 

La lecture sera suivie à 17h  d'une signature du livre autour d'un verre

 

 

Claude de La Roze alias ROSIMOND

(né vers 1640 et mort le 31 octobre 1686)

 

En passant par hasard devant le musée de Montmartre, nous sommes interpellés par le descriptif historique qui mentionne l’existence d’un certain Claude de La Roze, ancien propriétaire de ce lieu.

Bien que les documents autour de ce personnage soient minces et contradictoires, nous avons pu appréhender Claude de la Rose dit Rosimont, mais également sieur de la Tour, sieur Scipion, Jean-Baptiste Dumesnil… Il prend plaisir à s’octroyer divers pseudonymes, jouer avec son identité, à plagier ses contemporains et ses propres écrits. Il est démasqué et officiellement accusé de plagiat. Le compte-rendu du procès que nous avons lu, montre sa mauvaise foi et le plaisir qu’il prend à affronter son audience. Il devient le personnage que le regard des autres, lui a toujours renvoyé. 

 On le dit érudit, il possédait une collection de textes dramatiques la plus riche de Paris qui se trouve actuellement à Saint-Péterbourg. Certains le traitent d’ivrogne et de débauché, d’autres disent de lui qu’il est fort rangé. Certains disent qu’il est un excellent comédien, d’autres qu’il est plutôt médiocre. Certains prétendent que ses pièces sont d’un comique bas, mais elles n’en ont pas moins du succès auprès du public. Toutes ses pièces sont jouées aux théâtre du Marais.

 Il écrit son propre Dom Juan. Si, pour certains, le style de sa pièce reste médiocre, il n’en demeure pas moins que le questionnement est moderne et son personnage plus nihiliste que celui de Molière. Il est d’ailleurs resté à l’affiche plus longtemps que celui de son rival.

 Il est l’un des premiers sociétaires de la Comédie Française. Il interprête tous les rôles que jouait Molière jusqu’à mourir comme lui à la suite d’une représentation du Malade Imaginaire.

A partir de ces faits réels, nous nous sommes plus, dans l’écriture de notre pièce “Rosimond, le double de Molière”, à imaginer et à réinventer l’existence de ce personnage fascinant ainsi que sa relation avec Molière.

 Rosimont  s’inscrit directement dans un contexte historico-culturel connu de tous : le milieu théâtral parisien du XVIIe siècle, avec ses guerres intestines, ses rivalités entre les principaux théâtres de la capitale, que sa singularité nous permet d’approcher sous un angle original.

 Pourquoi cet artiste qui s’inscrit dans son époque, a été écarté et est tombé dans l’oubli ? Tout nous laisse à penser qu’il était trop perturbateur et lucide. C’est surtout l’homme intuitif, moderne et visionnaire qui déplaît et dérange. Il bouscule en tout état de cause, l’ordre établi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.