Le bal des maudits

Vive le cinéma et à bas les fossoyeurs du 7eme art. Changement de bobines.

J’ai eu la chance de vivre pendant 40 ans avec un cinéaste aujourd’hui disparu qui a je crois  réalisé de très bons films et qui aimait ce métier plus que tout. Il en est d’ailleurs mort de chagrin pour n’avoir plus tourné de films depuis 1984. Cela ne l’ a pas empêché de continuer à écrire des scénarios qui malheureusement n’ont pu voir le jour car à un moment vous n’etes plus bankable comme le disent les technocrates du cinéma . Mais il a laissé un livre de mémoires préfacé par Umberto Eco en 2013 et qui a été très bien accueilli par la critique, ce qui lui fut d’un grand réconfort.

J’ai vécu des moments d’immense bonheur et de grandes angoisses . Et j’ai su aimer le cinéma à travers lui car quand vous avez été l’assistant des plus grands comme Carné, Max Ophuls ou André Cayatte vous ne pouvez que transmettre cet amour du cinéma.

Si je prends aujourd’hui la parole c’est parce que devant ce scandale qui enfin éclate à propos de l’Académie des César, je le connaissais depuis longtemps pour en avoir connu certains protagonistes dont Monsieur Alain Terzian sorte de parrain du cinéma français. Que ce Monsieur soit président de l’Academie depuis 2003 est une honte et que personne jusqu’à aujourd’hui n’ait remis son statut en cause est un mystère mais il y a sûrement de bonnes raisons et je crois en connaître quelques unes.

Je souhaite que cette Académie disparaisse et fasse la place à une autre institution composée de vrais cinéphiles qui mettent en valeur notre cinéma et le fassent vivre comme il le mérite.

Mon mari s’appelait Jean Valère 

Catherine Valère 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.