CÉCILE APSÂRA
Conseillère, chorégraphe, danseuse et enseignante, spécialisée dans le flamenco. Membre de l’International Dance Council CID (UNESCO)
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

1 Éditions

Billet de blog 11 déc. 2014

Celle qui cadre son esprit libre et sauvage

CÉCILE APSÂRA
Conseillère, chorégraphe, danseuse et enseignante, spécialisée dans le flamenco. Membre de l’International Dance Council CID (UNESCO)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un article de MARINE COMBE, mai 2014 / yeggmag.fr

Yegg mai 2014 © Celian Ramis

Le son des talons qui claquent contre le sol, des mouvements langoureux, les poignets qui roulent et jouent de leur dextérité. Il y a quelque chose d’intense dans le regard de la danseuse et chorégraphe flamenco, Cécile Apsâra, quand elle exécute un extrait de son solo. Et pour comprendre sa nouvelle expérimentation, SOL – qu’elle dévoilera, après 3 ans de travail, le 16 mai à 19h30 à l’occasion de sa sortie de résidence au Garage, invitée par le Collectif Danse Rennes Métropole – il faut parcourir les grandes lignes de son existence emplie d’arts et de musique. Sa vie ressemble à un bain de culture, dans lequel elle a plongé dès sa naissance. Issue d’une famille de musiciens, elle goûte très tôt à cette émulation culturelle, à Paris. Petite, elle apprend la danse classique, puis découvre la peinture, la danse africaine et l’aïkido. Elle se souvient des années 80, époque durant laquelle régnait un désir de grande liberté, très plaisant mais dénué de cadre. Sa rencontre avec le flamenco va la transcender et ne plus jamais la quitter. « C’est l’essence même de la liberté. Il y a un esprit sauvage et libre. Mais c’est aussi un art difficile au niveau de la technique, de l’apprentissage, des codes », précise Cécile. Séduite et habitée par la musique et danse flamenco, elle prend des cours pendant un an avant d’aller aux sources. Deux ans à Madrid ne lui suffiront pas à étancher sa soif et en revenant à Paris, elle commence à danser dans les cabarets et au théâtre du Chatelet avec un de ses mentors, Antonio Gades. « Avec Paco de Lucia, musicien révolutionnaire, ils ont universalisé le flamenco. L’ont sorti de son aspect espagnolade pour l’amener vers une expression dramatique, lui donner du sens », raconte-t-elle, animée par la passion. Cécile Apsâra part vivre à Séville et baigne dans un univers qui lui colle à la peau : « C’était la fin de la movida, il y avait une douceur de vivre, une ambiance incroyable, électrique, on vivait et on sortait beaucoup ! » À cette époque, Séville, « ville très traditionnelle », accueille l’exposition universelle, « une manifestation très moderne ». Des extrêmes complémentaires que la chorégraphe ne cessera d’allier dans ses spectacles qu’elle présente avec la structure qu’elle fonde à Rennes, Apsâra Flamenco. Son histoire, ses rencontres, son lien avec le flamenco – expression rêvée pour dire la frustration et la colère, selon la chorégraphe – sa philosophie de vie qu’elle transmet dans ses cours… l’heure est au bilan dans SOL : Je veux renouer avec moi-même. J’ai commencé en étant très libre et la discipline m’a cadrée. L’idée est aujourd’hui de se libérer du cadre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel