Cécile Asanuma-Brice
Chercheure associée à l'université Lille-CLERSE-UMR CNRS 8019, chercheure associée au centre de recherche de la Maison Franco - Japonaise UMIFRE CNRS (Tôkyô)
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2015

À l’heure où l’on est

À l’heure où l’on répond au sang par le sang. À l’heure où les ventes d’armes abreuvent nos économies humanicides. À l’heure où la pensée de nos sociétés aveuglées par la consommation est gangrenée par un fanatisme inculte.

Cécile Asanuma-Brice
Chercheure associée à l'université Lille-CLERSE-UMR CNRS 8019, chercheure associée au centre de recherche de la Maison Franco - Japonaise UMIFRE CNRS (Tôkyô)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'échappée du temps © Cécile Brice, 2014

A l’heure où l’on est

A l’heure où l’on répond au sang par le sang.

A l’heure où les ventes d’armes abreuvent nos économies humanicides.

A l’heure où la pensée de nos sociétés aveuglées par la consommation est gangrenée par un fanatisme inculte.

A l’heure où l’Etat-protecteur s’arroge le droit de perquisitionner les intégristes (?) agricoles[1] qui mettent moins en péril la sécurité civile que celle du TAFTA et autres marchés de l’environnement.

A l’heure où l’avenir climatique débattu lors du COP 21 sera aux mains des industrieux promenant leur impunité au soleil, tandis que des innocents pourrissent dans la terre (Zola, Débâcle, 1892).

A l’heure où les manifestations institutionnelles seront maintenues quand les manifestations civiles seront interdites.

A l’heure où l’on nous vendait du « involvment of the stakeholders » à tout bout de chant  de conférence en conférence, la participation citoyenne deviendrait soudainement un danger :

La participation… : oui ! L’opposition… : non ! 

La seule participation civile autorisée dans l’Etat sécuritaire se doit d’être résiliente, sage, docile et soumise aux décisions gouvernementales. La participation civile n’est plus envisageable que voguant dans le sens du vent. Il s’agit plus d’une manœuvre communicationnelle qui produit l’illusion d’une ouverture au processus décisionnel en vue d’une acceptation civile des choix établis, que d’un véritable mode participatif qui prendrait en considération les voix citoyennes. En ces temps instables, la sécurité imposerait de faire taire toute voix d’opposition en vue de protéger, contre leur gré, ceux-là même qui souhaiteraient afficher leur désaccord. La belle aubaine…

Michel Galy coordinateur de l’ouvrage La guerre au Mali nous rappelait, il y a à peine deux années :

«(...) la reprise par un gouvernement socialiste de la rhétorique de la «guerre au terrorisme» initiée par Georges W.Bush après le 11 septembre (mais rejetée par Barak Obama qui déclarait avec pertinence qu'on ne fait pas la guerre à un mode opératoire) sonne comme une capitulation idéologique et témoigne d'une incapacité à prendre en considération la base sociale des mouvements militaro-religieux et, par conséquent, à envisager des alternatives possibles à l'action armée.» 

Faire croire à une nécessité de protection pour mieux soumettre est un mécanisme-clef de nos démocraties dont il ne reste plus qu’une image aux couleurs fondues qui coulent telles des larmes dans l’aven.

Cécile Asanuma-Brice,

Yokohama, le 30 novembre 2015

Le texte qui suit, en décryptant les politiques de communication sur le risque, apporte des outils de réflexion dont aucun de nous ne devrait se priver, … à l’heure où l’on est.

De la vulnérabilité à la résilience, réflexions sur la protection en cas de désastre extrême - Le cas de la gestion des conséquences de l’explosion d’une centrale nucléaire à Fukushima, Cécile Asanuma-Brice

http://www.raison-publique.fr/auteur1932.html


[1] Bastamag, 26 nov. 2015 Etat d’urgence : Perquisition administrative chez des maraîchers bio : « ils s’attendaient à quoi, des légumes piégés ? »

http://www.bastamag.net/Perquisition-administrative-chez-des-maraichers-bio-Ils-s-attendaient-a-quoi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti
Journal — Politique
Violences conjugales : le jugement qui condamne le candidat LREM Jérôme Peyrat
Investi par la majorité présidentielle malgré sa condamnation pour violences conjugales, l’ancien conseiller d’Emmanuel Macron continue de minimiser les faits. Mais le jugement rendu en septembre 2020 par le tribunal correctionnel d’Angoulême note que Jérôme Peyrat a « adapté sa version » aux stigmates, physiques et psychologiques, constatés sur son ex-compagne, ayant occasionné 14 jours d’ITT.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat